Avec Deux Folles et un fouet, l’auteure Rafaële Germain et sa gourmande complice Jessica Barker se lancent dans la "chick-cuisine". Le poulet passe enfin à la casserole!

La couverture du livre est rose bonbon. Sur la photo, deux jolies blondes toutes de rose vêtues nous sourient. L’une tient dans sa main une petite casserole et un fouet, l’autre présente un joli plat décoré de fleurs où trône… une montagne de saucisses crues! La thématique de Deux Folles et un fouet est lancée: malgré leur look girly qui semble inspiré des pimpantes ménagères de la série Mad Men, Rafaële Germain et Jessica Barker ne sont pas des petites filles sages. "Bien sûr, notre idéal culinaire serait de ressembler à Josée di Stasio: on rêverait d’être comme elle, chic, classe, calme, bref, parfaite. Mais en fait on est tout le contraire, blondes, loud et hystériques, bref, deux folles!" s’exclame Jessica Barker. "Il était hors de question de nous mettre en scène en train de composer une pyramide de cupcakes", ajoute Rafaële Germain. "On voulait s’éloigner de la mode des chefs tatoués à gros couteaux sans pour autant tomber dans le cliché fi-filles. Mettre un plat de saucisses en page de couverture, ça a un côté provoc… Et notre directrice artistique n’était pas sûre que le côté phallique de la chose soit du meilleur goût. Mais honnêtement, la charcuterie est tout simplement un de mes aliments favoris. Quand je suis en peine d’amour, je mange du bacon, du gras et du sel. Il n’y a rien de meilleur!" affirme l’auteure.

Manger ses émotions

"Il ne m’a pas rappelée après la deuxième date"; "Je me fais accroire que je veux perdre dix livres"; "J’ai commencé à parler à mon chien et je pense qu’il me comprend"; "Sauvetage d’une chum en peine d’amour"… Les recettes proposées dans les différents chapitres de l’ouvrage s’adressent donc aux copines. À la manière des romans à succès de Rafaële Germain, Soutien-gorge rose et Veston noir et Gin tonic et Concombre, il raconte les déboires cocasses de "beautés désespérées" dotées d’un solide sens de l’humour. "Mes héroïnes pourraient très bien cuisiner ces recettes", reconnaît d’ailleurs l’auteure. "La chick-lit est un style qui permet aux filles de regarder leurs défauts et leurs gaffes avec tendresse, d’assumer sans complexe leurs lendemains de veille, et Deux Folles et un fouet propose des recettes qui remplissent la même fonction: réconforter les amies", analyse-t-elle. "Ça nous est arrivé à toutes de se soûler après une peine d’amour, de développer un attachement étrange pour son chien ou son chat lors d’une période de célibat ou de penser que sans le beurre notre vie serait un vrai désert affectif, mais on s’en est sorties, grâce aux folles qui nous entourent et à leur sens de l’humour!" renchérit Jessica Barker.

L’art de virer folles

Des drinks "de folle" et huîtres Rockefeller des soirées improvisées au Gatorade maison et crapaud dans le trou des lendemains de veille, de la salade brocoli-féta "pour femme trop motivée" au gâteau aux canneberges "promesse d’overdose de gras et de sucre", de la purée de patate douce et fromage en crottes aux recettes raffinées de "wannabe chef", Jessica Barker et Rafaële Germain partent à la rescousse de la femme moderne! L’art de vivre gourmand en dents de scie composé par les deux auteures – dont l’amitié est basée sur une obsession commune pour la cuisine, et dont le projet de collaboration s’est décidé "un soir de brosse" – a de quoi chiffonner les adeptes du Guide alimentaire canadien et les ayatollahs des bonnes manières. "On est toutes les deux maniaques de sel et de beurre, et on est capables de se gaver de fleur de sel et de petits morceaux de beurre à l’état brut avant le repas… C’est ce qui nous a rapprochées, j’imagine!" s’amuse Jessica Barker qui avoue que si elle cuisine toujours en talons hauts, c’est surtout pour ne pas se sentir trop petite. De son côté, Rafaële Germain révèle sans complexe que pour faire la popote, elle s’habille toujours en pyjama et pantoufles à poils. "On n’a pas l’ambition de changer la vie gastronomique au Québec. On sait bien qu’on n’est pas des cooks. Les recettes que l’on propose ont fait leurs preuves auprès de nos proches, c’est ça qu’on cuisine à la maison. L’idée, c’est de prouver à nos mères et à nos copines qu’elles n’ont pas besoin de se mettre de la pression quand elles reçoivent. La cuisine, c’est fait pour se détendre, pas pour se casser la tête."

Deux Folles et un fouet
De Jessica Barker et Rafaële Germain
Éd. Trécarré, 2010, 175 p.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : ,

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres