Le vin dit "naturel" est très en vogue par les temps qui courent, mais aucune définition officielle n’existe.

Pour la plupart, les vins naturels doivent être issus de la culture agrobiologique ou biodynamique. De plus, ces pinards doivent, pour les puristes, être élaborés sans ajout de sulfites. Avec l’amélioration des pratiques vitivinicoles jumelées à l’oenologie moderne, de plus en plus de producteurs diminuent les doses de SO2 ajoutées à leurs vins. Mais sachez toutefois que le vin zéro soufre n’existe pas, car le processus de fermentation en produit de toute manière un peu.

Pour les amateurs qui désirent se faire une opinion sur ces produits naturels contenant moins de soufre, il vous faudra visiter les restos et bars à vins branchés de votre quartier (Bu, Pullman, L’Express, Les trois petits bouchons), car les "sans soufre" ne contiennent pas le minimum requis de SO2 établi par le laboratoire de la SAQ et ne peuvent être distribués dans nos magasins d’État. Ces vins naturels sont vendus, par les agents importateurs, aux établissements désireux d’offrir ces produits tendance aux amateurs avertis à la recherche de nouveautés… et de discussions vinicoles animées. Il sera aussi possible de se faire une idée sur quelques bouteilles lors de l’événement Foodlab qui organise en collaboration avec trois importateurs, deux dégustations de vins "nature" les 9 et 16 septembre prochains.

En attendant, voici les suggestions de la semaine qui, comme la totalité des pinards vendus à la SAQ, contiennent des sulfites:

Un blanc /

Chardonnay Koonunga Hill 2010 South Australia
Penfold’s, 321943, 15,95$
/87

Au boisé bien dosé, ce superbe chardonnay séduit grâce à son nez fruité et à sa bouche mûre et juteuse. Des arômes de fruits à chair blanche rehaussés d’une note fumée discrète complètent le tableau olfactif. Un beau blanc équilibré, savoureux à souhait, relevé d’une pointe d’amertume qui assure la persistance. Très bon rapport qualité-prix. Servir avec le filet de porc à la mangue et au brocoli.

Et d’excellents rouges /

Bourgueil "Tuffeau" 2008 Christophe Chasle
Loire France, 872481, 18,20$
/87

Nez typique offrant des arômes de poivron et de bourgeon de cassis, de même qu’un brin de minéralité du terroir. Doté d’une acidité bien présente qui lui confère fraîcheur et élégance, ce beau Bourgueil plaira aux amateurs à la recherche de finesse. Un excellent vin pour accompagner les grillades de volaille.

Château Ventenac Grande Réserve 2007 Cabardes
France, 11367537, 18,55$
/87

Seule appellation de France devant présenter au minimum dans l’assemblage 40% de cépages méditerranéens et 40% de cépages atlantiques. Dans un style qui rappelle le bordelais, ce cru aux allures élégantes et raffinées charme davantage par sa finesse que par sa richesse. Nez légèrement fruité et notes minérales évidentes. De sève et de corps moyens, il s’avérera le compagnon idéal pour les plats de boeuf longuement mijotés.

Pinot Noir 2008 Central Coast, Calera
Californie, 898320, 28$
/88

Dans un style plutôt élégant pour la Californie, ce très beau pinot est particulièrement réussi dans un millésime difficile pour le "Golden State". Nez fruité et épicé, rehaussé de notes florales et animales (cuir). Texture veloutée, tendre acidité et bon équilibre. Un bon pinot doté d’une belle allonge pour accompagner le steak de thon rouge grillé.

Church Block 2009 McLaren Vale, Wirra Wirra
Australie, 10340316, 23,10$
/88

Fruit d’un assemblage savant de cabernet sauvignon (48%), de shiraz (37%) et de merlot (15%), ce cru d’Australie méridionale demeure fidèle à lui-même. Toujours aussi réussi, son nez bien boisé offre des notes de fruits noirs confiturés, de même qu’un soupçon de poivron vert. Corsé sans être puissant, dans un style mûr sans excès, une surprenante fraîcheur assure l’équilibre. Ce superbe pinard australien sera le compagnon idéal des côtelettes d’agneau grillées, rehaussées de romarin.

www.nickhamilton.ca

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 1

  • 23 septembre 2011 · 11h28 Denis Levert

    Il serait intéressant de savoir si en Ontario on peut vendre des vins sans sulphite ajouté.
    Dans une visite à trois vignobles au Chili nous avons appris que normalement aucun pesticide était utilisé parce qu’il n’y avait presque pas d’insectes. Quelques-uns de ces vins étaient aussi dit bios…mais il faut lire l’étiquète pour savoir s’il y a du sulphite ajouté. En général cela signifiait qu’aucun produit chimique était utilisé pour faire pousser les raisins. Les normes bios étaient ceux de la Californie-donc fiables. Cependant l’organisme qui en faisait la certification bio m’était inconnu ou encore n’était pas nommé.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres