Nouveau dans le quartier Saint-Henri, la buvette Ludger carbure à la créativité et à la convivialité. Coup de cœur.

Une heure du matin, un vendredi soir du mois d’août, à l’angle des rues Notre-Dame et du Couvent. Pendant que le quartier roupille, un attroupement de jeunes gens grillent une clope sur le trottoir devant le Ludger. À l’intérieur caquète une faune animée dont les conversations joyeuses se mélangent aux airs de musique dance.

Le Ludger, c’est la toute nouvelle adresse gourmande du Sud-Ouest, charmante sous plus d’un aspect. Empruntant le prénom de l’architecte du marché Atwater, le Ludger s’affiche comme une buvette de quartier. Ici, on cultive le bon boire et le bon manger dans la bonne humeur, entouré d’un décor vintage-contemporain qui fait de l’œil aux années 1920. Exit les nappes blanches et le décorum. Place aux dessus de table en inox patiné et à la cool attitude.   

Au menu

Dans la cuisine ouverte, le chef Adam Aspelund (passages au Barroco, au XO, au Chasse et Pêche) concocte des assiettes dont les portions sont plus grandes qu’une entrée, mais plus petites qu’un plat de résistance. Une astuce qui permet de maintenir les prix en dessous de 20$. Intéressant.

Une salade de betteraves et des sliders de langue de veau sont proposés en entrée. La première est constituée de quartiers de tubercules rouges et jaunes, auxquels s’amalgament de petits nuages de feta soyeux qui les enrobent d’une suave onctuosité, de petits oignons perlés marinés, des chips de patate douce et un bouquet de pousses de moutarde, ce qui apporte une touche de craquant et de fraîcheur. Une salade vraiment réussie. 

Les sliders, ou petits sandwichs, sont deux pochettes formées par des pains nan maison pliés en deux farcis d’une garniture de tranches de langue de veau et de pickles. Une mayo maison lie les ingrédients. Savoureux et audacieux.

Sur l’ardoise, les propositions changent régulièrement. Le soir de notre passage, il y avait un délectable tataki de filet de bœuf, auquel se mariait un kimchi très relevé et de la coriandre fraîche. Il y avait également des agnolettis (pâtes qui s’apparentent à de gros raviolis) farcis au fromage ricotta et déposés sur une belle tranche de flanc de porc. Deux plats à la fois rustiques et recherchés, aux parfums d’Asie et d’Italie. On en redemande.    

Douceurs

Les desserts nous ont paru moins attrayants que les autres étapes du repas. Le sandwich à la crème glacée à la citrouille et ses biscuits de céréales étaient trop «granos». Quant aux Twinkies, interprétation libre du rouleau suisse, servis avec des triangles de guimauve maison et un beurre de caramel, ils étaient à l’opposé trop sucrés.   

Emballant

L’atmosphère décontractée et joyeuse d’une buvette où il est possible de goûter à des plats concoctés avec passion et créativité. Un lieu plus que bienvenu dans le quartier.

Décevant

Quoi? Pas de thé ni de déca pour terminer le repas? On nous assure que le tir sera corrigé.

Combien?

Environ 70$ pour deux avant les taxes, le vin et le service.

Quand?

Du lundi au samedi, de 17h à 3h. Réservation pour les groupes de cinq personnes ou plus.

Adresse

Ludger

4001, rue Notre-Dame Ouest, Montréal

438 383-3229

Ludger Critique par - 2013-10-17
Cote: 3

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel