L’Abitibi-Témiscamingue n’est pas seulement une région de chasse et de pêche, de quatre-roues et de motoneiges. La vie culturelle y est aussi riche que les forêts luxuriantes et les lacs poissonneux.

Depuis 31 ans, le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue célèbre le septième art. Chaque année, c’est tout le gratin du monde cinématographique (réalisateurs, interprètes, producteurs, distributeurs et journalistes) qui vient des quatre coins de la planète jusqu’à Rouyn-Noranda. Se déroulant à 600 km au nord de Montréal, le festival a su démontrer, au fil des années, qu’il est possible de mettre en place et faire vivre des événements culturels d’envergure loin des grands centres urbains.

À partir du dernier samedi du mois d’octobre, on y met en valeur des courts, moyens et longs métrages de calibre international. Du 27 octobre au 1er novembre, ce sont 112 productions qui seront présentées, dont des animations en provenance de 32 pays. «Encore une fois, nous poursuivons dans cette même voie de découverte du cinéma en provenance autant d’ici que de l’international. Nous souhaitons permettre au public d’avoir accès au cinéma. Nous avons de belles premières cette année», souligne la relationniste de l’événement, Jessica Gagnon.


Jessica Gagnon, relationniste du FCIAT: «Encore une fois, nous poursuivons dans cette même voie de découverte du cinéma en provenance autant d'ici que de l'international. Nous souhaitons permettre au public d'avoir accès au cinéma.»


Photo : Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

C’est d’ailleurs le long métrage Tout ce que tu possèdes de Bernard Émond qui sera présenté en première québécoise lors de la soirée d’ouverture. Le Festival sera aussi le théâtre de premières mondiales de réalisateurs québécois, notamment Jean-Claude Lord et son documentaire Les criminelles, dans lequel il lève le voile sur la vie de travailleuses du sexe, ou Exil du réalisateur Charles-Olivier Michaud, qui raconte l’histoire de Samuel, un petit Haïtien dont la vie est brutalement perturbée par l’enlèvement de son père.

Les passeports ainsi que les billets pour les soirées d’ouverture et de clôture sont en vente sur le site Internet ticketaccess.net et au Théâtre du cuivre de Rouyn-Noranda.

Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue
Du 27 octobre au 1ernovembre
festivalcinema.ca

/

Où manger /

Le Bistro Jezz
Avec sa cuisine fusion, le Bistro Jezz (117, 8e Rue, Rouyn-Noranda, 819 797-4111) saura vous sustenter. Ouvert les midis de la semaine et du jeudi au samedi soir.

Restaurant Olive et Basil
Dans cet établissement de 50 places faisant aussi office d’épicerie fine (164-A, rue Perreault Est, Rouyn-Noranda, 819 797-6655), on sert paninis, pizzettas, couscous et calzones avec une touche toute méditerranéenne.

Où dormir /

Le Noranda Gouverneur
Le Noranda Gouverneur (41, 6e Rue, Rouyn-Noranda, 1 866 562-2341, lenoranda.com) vous accueille dans une ambiance chaleureuse et un décor contemporain. L’établissement 4 étoiles vous propose aussi de vous détendre au Jardin Spa et de vous ravitailler au resto-bar à vin Le Cellier.

Complexe hôtelier alpin
Très bien situé, le Complexe hôtelier alpin (260, boulevard Rideau, Rouyn-Noranda, 1 800 567-6423, hotelalpin.ca) se trouve à quelques minutes du lac Noranda ou des boutiques. Cet établissement 4 étoiles offre des chambres spacieuses et abrite le Pub O’Toole.

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel