Mehdi Bousaidan, un nom à retenir

4 mars 2014 9h30 · Fadwa Lapierre

Mehdi

Je l’avoue, j’ai eu un crush au dernier Couscous Comedy Show. Pas pour sa belle gueule, pas parce que ça ferait plaisir à ma grand-mère que je côtoie des Arabes, mais par la seule présence qu’il dégage sur scène. Mehdi Bousaidan est fait pour être sur les planches. Dès les premières secondes, on le sait, on a ce sourire niais, emporté par son jeu charismatique.

Fraîchement diplômé de l’École nationale de l’humour, le jeune de 22 ans n’a pas chômé. Animateur aux soirées 100 % humour à l’Abreuvoir les mercredis, il est aussi derrière le concept du Pas si Late Night Show avec ses acolytes Jérémy Du Temple et François Tousignant. Deux humoristes y font un numéro et sont ensuite interviewés devant le public.

«On voulait faire un projet ensemble, une soirée pas comme les autres, dit-il. Des soirées de rodage, il y en a un milliard à Montréal. On voulait un concept original où on va plus loin que le numéro d’humour. C’est intéressant de parler au créateur, savoir ce qu’il l’a inspiré. Ça ajoute un cachet au numéro. » La nouvelle saison débute en mars au Quai des Brumes.

Humour international

Malgré son jeune âge, Bousaidan a récemment performé en France et en Belgique, entre ses prestations d’improvisation au Mondial d’improvisation théâtrale qui lui ont valu le titre de champion du monde avec son équipe du Québec. Il a fait sa marque et a reçu une inespérée invitation pour le prestigieux Jamel Comedy Club en mai prochain et sera probablement du prochain festival d’humour Alge’rire.

« Je me suis arrangé pour que ça arrive, je n’étais pas au bon endroit au bon moment, j’ai bossé! C’est facile de ne pas prendre l’humour au sérieux, de se perdre là-dedans et de finir dans un bar à juste avoir assez d’argent pour payer son loyer et être heureux. Au nombre de temps que je passe sur mon travail, je m’attends à des résultats. Je visais de faire partie de la scène montréalaise, aujourd’hui les portes de l’international sont ouvertes. Je suis vraiment heureux, je vais donner tout ce que j’ai! »

[youtube]Nkm6ZzQ6dJY[/youtube]

Il tâtonne également la réalisation de capsules Web et la figuration à la télévision, car selon lui, il faut se diversifier, sortir de la scène. Faire rire serait un exercice de style, sous n’importe quel médium.

L’humoriste est en compétition à En route vers mon premier gala et trime dur sur son spectacle au prochain Zoofest.

Humour ethnique ou pas?

« Dès que tu fais une référence culturelle, tu es tout de suite associé à l’humour ethnique, souligne l’Algérien d’origine. Il y a une frustration de la part des autres humoristes de ne pas pouvoir exploiter un sujet qui marche : la différence! Quand ils le font, leurs opinions peuvent être considérées comme racistes. Avant je ne voulais pas jouer la carte ethnique, je voulais prouver que j’étais capable d’être drôle sans ça. J’ai réalisé que ça fait partie de moi. Je me réconcilie avec l’humour ethnique, il faut juste trouver une manière de bien le faire. Il y a tellement de choses à dire! »

Ce qui le fait rire :

« J’aime beaucoup voir les gens tomber. Dans mes temps libres, je vais visionner des vidéos.»

«J’aime l’humour noir, de pouvoir rire de choses très tristes comme la famine ou les enfants soldats pour réfléchir aux problématiques. Une blague bien montée amène un autre angle et touche les gens. C’est ce que j’essaie de reproduire dans mon humour.»

Ce qui ne le fait pas rire :

« Les vidéos Web où les gens sont chez soi, insultent ou manifestent sur un sujet.»

« Les sujets banals en humour, pour moi, un numéro doit amener quelque chose de différent.»

 

Partagez cette page

Babel

Babel, c’est des regards bigarrés qui couvent la culture féconde. Au diable nos différences, à chacun son langage, à chacun ses codes, là où vous voyez la dissonance, nous on voit la connivence.

Faîtes connaissance avec Sonia, Hamza, Fadwa et Dorothée : de jeunes Montréalais aux origines variées qui sautent à pieds joints dans l’espace virtuel pour partager leur regard bien singulier. Passionnés par la vie urbaine, les activités culturelles, les actions citoyennes, les grands débats de société, l’actualité internationale ou ce qui fourmille à Montréal, ils vous charmeront par leur plume et leurs observations!

Le projet est réalisé par le Forum jeunesse de l’île de Montréal (FJÎM), en collaboration avec la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal, dans le cadre du Plan d’action de la région de Montréal en matière d’immigration, d’intégration et de relations interculturelles (PARMI). Il bénéficie également du soutien financier du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Le Voir est partenaire de diffusion du projet.

La sélection des blogueurs de Babel s’est effectuée suite à un concours de recrutement tenu à l’automne 2013. Les étapes de sélection comprenaient la production d’un billet de 500 mots, une lettre de présentation, une entrevue et un test écrit argumentaire. Les places ont été attribuées en fonction des résultats obtenus à ces épreuves.

Les opinions et commentaires exprimés sur ce blogue n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement les positions de l’instigateur du projet ou de ses partenaires.

logos

Auteurs

  • Hamza
    Abouelouafaa
  • Dorothée
    de Collasson
  • Sonia
    Ghaya
  • Fadwa
    Lapierre
  • Ikram
    Mecheri