Dorothée de Collasson

dorothee« Trois mois, ça sera bien. Pas plus. » Voilà ce que je me disais, il y a maintenant un an et neuf mois, en mars 2012, lorsque je posais mes valises la première fois à Montréal. Après de nombreux voyages aux 4 coins de la planète, ces immenses rues de huit mille numéros, ces perspectives interminables, ce centre ville plein de buildings m’intimidaient alors.  Et puis petit à petit, j’ai dompté Montréal. Ou peut être que c’est cette ville si humaine, remplies de ruelles et de clins d’œil artistiques et citoyens qui m’a doucement adoptée.

De nature curieuse, un peu obstinée et résolument spontanée,  j’ai ouvert grand les yeux, les oreilles, les narines. Peu à peu, les incompréhensions de la banlieusarde parisienne, face à une métropole nord-américaine aux parfums d’Europe, ont fait place à un éventail de fascinantes questions, dont certaines cherchent encore aujourd’hui la réponse. Attention : je ne renie surtout pas mes belles racines françaises : ma terre natale n’est pas si loin, et j’ai la chance d’avoir encore en moi cet apport. Cette famille qui me soutient de loin, cette culture qui m’a vue grandir, cette passion incommensurable pour la gastronomie, le bon vin et le fromage affiné, pour les Alpes, pour Boris Vian, Yann Tiersen et Saint Exupéry, pour la Cannebière marseillaise, les falaises d’Etretat. Mais la vie vous pousse parfois à sortir de votre cocon, pour le meilleur et pour le pire, à grandir par vous même, et les voyages sont là pour forger la jeunesse, right ? Du confort à l’inconnu, mon gros chat interne s’est levé de sa terrasse ensoleillée, s’est étiré, et a levé le camp.

A Montréal, une cause m’attendait, les bras ouverts. C’est ainsi que j’ai plongé mon nez dans des enjeux sociaux et citoyens, accédant à un tout autre niveau de réflexion, d’observation, de questions. Expression citoyenne, esprit critique, médiation intellectuelle et culturelle, rejoignent mon jargon quotidien, et s’ancrent solidement dans mes pensées.

J’aime regarder la réalité en farce, chercher le bon côté des choses, jouer avec les mots, me tourner en dérision. Pis j’aime ça imaginer, créer, réver à plusieurs. Partage d’expérience, partage de trottoir, partage de point de vue, d’initiatives. Accessibilité culturelle, musique en plein cœur de l’espace urbain, inclusion.

Après un an et huit mois, voilà mon point de vue: Montréal est une ville qu’il faut vivre. Non, ce n’est pas une erreur de syntaxe. Je n’entend pas « où il faut vivre », mais bien qu’il faut vivre. Une ville dont il faut croquer les subtilités, contempler les détails, apprécier le caractère innovant, saluer les initiatives, mais aussi reconnaître les imperfections,  réfléchir aux solutions.

Je veux être ma propre auberge espagnole : un endroit où, comme le dit Maurois, l’ « on trouve que ce que l’on apporte ».

Partagez cette page

Babel

Babel, c’est des regards bigarrés qui couvent la culture féconde. Au diable nos différences, à chacun son langage, à chacun ses codes, là où vous voyez la dissonance, nous on voit la connivence.

Faîtes connaissance avec Sonia, Hamza, Fadwa et Dorothée : de jeunes Montréalais aux origines variées qui sautent à pieds joints dans l’espace virtuel pour partager leur regard bien singulier. Passionnés par la vie urbaine, les activités culturelles, les actions citoyennes, les grands débats de société, l’actualité internationale ou ce qui fourmille à Montréal, ils vous charmeront par leur plume et leurs observations!

Le projet est réalisé par le Forum jeunesse de l’île de Montréal (FJÎM), en collaboration avec la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal, dans le cadre du Plan d’action de la région de Montréal en matière d’immigration, d’intégration et de relations interculturelles (PARMI). Il bénéficie également du soutien financier du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Le Voir est partenaire de diffusion du projet.

La sélection des blogueurs de Babel s’est effectuée suite à un concours de recrutement tenu à l’automne 2013. Les étapes de sélection comprenaient la production d’un billet de 500 mots, une lettre de présentation, une entrevue et un test écrit argumentaire. Les places ont été attribuées en fonction des résultats obtenus à ces épreuves.

Les opinions et commentaires exprimés sur ce blogue n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement les positions de l’instigateur du projet ou de ses partenaires.

logos

Auteurs

  • Hamza
    Abouelouafaa
  • Dorothée
    de Collasson
  • Sonia
    Ghaya
  • Fadwa
    Lapierre
  • Ikram
    Mecheri