Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Rob Marshall et Johnny Depp / Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides : Des sirènes et des hommes

Remplaçant Gore Verbinski à la barre du quatrième volet de Pirates of the Caribbean, Rob Marshall mène On Stranger Tides à bon port malgré un scénario peu palpitant.

Réputé pour ses comédies musicales Chicago et Nine, Rob Marshall semble avoir trouvé la fréquentation de pirates plutôt agréable: "Il y a plus d’hommes dans On Stranger Tides que dans Nine… mais le tournage a été une expérience extraordinaire", racontait-il à la très courue conférence de presse au Festival de Cannes. "Je voulais depuis toujours réaliser un film d’aventures. Le défi ici, c’était que le récit demeure central malgré un super casting. Mon plus grand plaisir, c’est de travailler avec de grands acteurs et ce n’est pas par hasard que Penélope Cruz est dans ces deux films. C’était aussi un bonheur que de pouvoir voyager aux quatre coins du monde. Ça valait également la peine de voir Johnny Depp constamment en train de créer: un marathon dans chaque scène." Dans ce quatrième volet de Pirates of the Caribbean, présenté Hors compétition au Festival de Cannes, se retrouvent aux côtés de Johnny Depp et de Geoffrey Rush, respectivement Jack Sparrow et Hector Barbossa, Penélope Cruz et Ian McShane dans les rôles d’Angelica, ex-flamme de Jack, et son père Blackbeard – mais sont-ils réellement parents?

À propos de sa quatrième apparition en flamboyant capitaine, Johnny Depp a déclaré: "Je pense que pour tout personnage, on finit par se fatiguer. On peut continuer à le jouer pour de mauvaises raisons, il est donc important de trouver les bonnes raisons. Jack est comme un autre personnage, j’ai encore plus de plaisir et d’aisance à le faire. Tant que l’histoire est bonne, Jack va bien. Et l’une des choses les plus intéressantes du personnage, c’est d’avoir ici comme antagoniste une très belle femme. Cela permet pour la première fois de voir Jack très inconfortable, grâce à elle." Retrouvant son partenaire de Blow 10 ans plus tard, Penélope Cruz s’est entraînée deux mois à Los Angeles afin d’incarner l’intrépide aventurière: "La première fois que j’ai travaillé avec Johnny, je ne comprenais pas très bien l’anglais. Je travaille toujours avec un super coach pour les dialogues, bien que je sois plus à l’aise avec la langue. Sur le plateau, les gens étaient très prévenants. Dans certains plans larges, c’est ma soeur Monica qui m’a remplacée. Mes plus grands défis ont été d’apprendre à manier l’épée et de garder mon sérieux… surtout devant Johnny, c’était très difficile", a révélé la belle actrice espagnole.

À voir si vous aimez /
La saga Pirates of the Caribbean de Gore Verbinski, Stardust de Matthew Vaughn, Cutthroat Island de Renny Harlin

ooo

Déjà que les deuxième et troisième épisodes de la célèbre saga de Disney étiraient platement la sauce avec leurs intrigues alambiquées, on ne se gênera donc pas pour dire que le quatrième volet est franchement de trop. Bien que Rob Marshall signe une ambitieuse réalisation au rythme assez soutenu, cela ne réussit pas à faire oublier le laborieux scénario dont l’issue est d’emmener les sympathiques personnages à la fontaine de Jouvence. Hormis la présence de la fringante Penélope Cruz, signalons une horde de sirènes féroces, incluant la mignonne Astrid Berges-Frisbey, dont l’apparition fouette un instant l’embarcation s’enlisant dans les scènes de combat répétitives. Auprès de Johnny Depp sur le pilote automatique, Geoffrey Rush et Ian McShane paraissent s’amuser sous leurs allures de pirates mal léchés.