Coriolanus : Jeux de pouvoir
Cinéma

Coriolanus : Jeux de pouvoir

Avec cette première réalisation dans laquelle il s’attribue le rôle principal, Ralph Fiennes s’attaque à Shakespeare. Transposition moderne assez fidèle (certains passages sont tronqués, mais le texte déclamé demeure l’original) de cette tragédie adaptée par John Logan, Coriolanus brosse le portrait de Caius Martius Coriolanus, héros militaire exprimant ouvertement son mépris du peuple en révolte. Chassé de Rome à la suite de quelques manigances exécutées dans l’arène politique, l’exilé décide d’offrir sa vie au service d’un ennemi juré, Tullus Aufidius (Gerard Butler), avec qui il entreprend la destruction de Rome. Optant pour une caméra nerveuse qui renforce l’idée d’omniprésence médiatique marquant notre époque, Fiennes, par sa performance vigoureuse, ramène toutefois l’aspect théâtral à l’avant-plan. Au final, on demeure estomaqué devant la pertinence du texte toujours d’actualité du célèbre dramaturge anglais.


Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie