Trente tableaux : Confessions d’une enfant du siècle
Cinéma

Trente tableaux : Confessions d’une enfant du siècle

Trente tableaux

, c’est l’histoire d’une vie, celle de l’actrice-réalisatrice Paule Baillargeon (La cuisine rouge, Le sexe des étoiles). C’est une autobiographie ludique, un essai cinématographique proustien qui nous raconte l’histoire d’une femme à coups de fragments de mémoire articulés en fonction des caprices sentimentaux de la cinéaste-fille-mère, qui se souvient. C’est tantôt des images d’archives, tantôt de fascinants segments d’animation, et plus tard des images plus récentes, moins inspirées, moins transcendantes, qui devraient pourtant faire le pont entre les différents tableaux, mais limitent plutôt l’oeuvre par leur manque d’ambition. Si elle fait preuve de courage dans sa narration, Baillargeon diverge parfois gravement dans son discours, soulignant d’autant plus la subjectivité de cet effort intimiste et furieusement féministe qui, selon les points de vue, a probablement les qualités de ses défauts, et vice versa.