Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Beasts of the Southern Wild : Le carnaval des animaux

Grand Prix à Sundance, Caméra d’or à Cannes, Beasts of the Southern Wild, de Benh Zeitlin, met en scène une adorable petite héroïne devant faire face à de grands tourments.

Il y a quelques années, le réalisateur new-yorkais Benh Zeitlin s’installait en Louisiane. Afin de célébrer la fierté et le courage de ce peuple éprouvé par les ouragans et les inondations, il signe un premier long métrage, Beasts of the Southern Wild, d’après la pièce Juicy and Delicious de Lucy Alibar, où le merveilleux côtoie la misère.

Orpheline de mère, Hushpuppy (Quvenzhané Wallis, époustouflante) vit pauvrement dans le bayou avec son père (Dwight Henry, truculent) sur une île appelée le Bathtub (signifiant baignoire), entourée d’une ménagerie dont elle prend soin. Son univers bascule à la suite de terribles inondations qui détruisent tout sur leur passage. Pis encore, de féroces aurochs reprennent vie alors que les glaciers fondent. Son père gravement malade, la fillette part à la recherche de sa mère.

Porté par la voix off de Hushpuppy, ce qui n’est sans doute pas l’un des meilleurs choix de mise en scène ici, Beasts of the Southern Wild compense en imagination ce qui lui manque en budget. De fait, malgré tous les cataclysmes s’abattant sur ce petit monde en retrait de la société et les monstres fantastiques qui l’envahissent, cette production indépendante n’a rien à voir avec les blockbusters bénéficiant d’effets spéciaux aux coûts faramineux.

L’aspect artisanal et bordélique de Beasts of the Southern Wild, qui évoque le joyeux chaos des films de Kusturica, est sans doute ce qui fait son charme premier, lui conférant l’allure d’un conte bricolé et raconté à hauteur d’enfant qui voit de la magie là où d’autres n’aperçoivent que désolation. À partir de haillons, ne fait-elle pas revivre sa mère, qui, selon son père, était si séduisante qu’elle faisait bouillir l’eau sur son passage?

Victime de drames plus grands que nature, la petite Hushpuppy n’a reçu en héritage de son père que sa farouche détermination et son amour inconditionnel pour son coin de pays. Récit pathétique sur l’enfance, l’abandon et le deuil, Beasts of the Southern Wild n’en demeure pas moins une fougueuse leçon de vie ponctuée de moments de poésie et de drôlerie.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie