Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Cinéma

Playing for Keeps : Coup franc

Gerard Butler joue au champion de foot et au papa perdant dans la comédie romantique Playing for Keeps, de Gabriele Muccino. 

Playing for Keeps joue la carte du père absent qui tente de rétablir une relation avec son fils et de reconquérir son ancienne flamme, à quelques jours du second mariage de celle-ci avec un banlieusard effacé. On y rencontre George Dryer (Gerard Butler, musclé et terne) dont l’aura de champion de soccer européen n’est ternie que dans l’esprit de son ex-femme (Jessica Biel, à l’image de la banlieue: sans éclat) et de son jeune fils (Noah Lomax, troublant de naturel). Dryer tentera de se trouver un job de chroniqueur sportif pour prouver son sérieux et payer ses dettes. Entre deux auditions ratées, le gentil papa prendra les rênes de l’équipe de soccer de sa progéniture.

Si l’intrigue (!) est loin d’être novatrice (même avec un accent écossais), les soccer moms valent le détour. Entre une ex-chroniqueuse sportive (Catherine Zeta-Jones, professionnelle), une névrosée (Uma Thurman, sensuelle) entretenue par son mari paranoïaque (Dennis Quaid,  hilarant) et une maniacodépressive divorcée (Judy Greer, coquine qui crève l’écran), Dryer devra manœuvrer pour éviter le pire et ne pas succomber aux avances de ces banlieusardes de Virginie.

Surprenante, la place accordée au soccer et aux charmes de l’Europe apporte une touche rafraîchissante, bien que Butler travaille davantage ses abdos que sa diction. Gabriele Muccino (The Pursuit of Happyness) signe ici une réalisation classique, sans fard, mais qui se révèle idéale pour ne pas réfléchir entre deux dindes farcies.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie