Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Jonathan Levine / Warm Bodies : Zombie de cœur

Après la reconnaissance obtenue pour 50/50 en 2011, Jonathan Levine revient avec Warm Bodies, son cinquième long métrage.

Jonathan Levine nous parle immédiatement de Montréal, lieu de tournage de cette comédie romantique infestée des zombies basée sur un roman d’Isaac Marion que le réalisateur a non seulement mis en scène, mais également scénarisé. S’il rigole de bon cœur lorsqu’il se fait lancer à la blague qu’étant donné le nombre important de zones de construction dans la métropole, le décor postapocalyptique n’a pas dû demander trop d’effets numériques, le New-Yorkais préfère dire tout le bien du monde de la métropole. «Sincèrement, l’équipe et moi avons eu beaucoup de plaisir dans votre ville. D’ailleurs, si je ne m’abuse, je crois qu’il s’agit de la production hollywoodienne la plus imposante jamais tournée à Montréal. Warm Bodies a été intégralement filmé sur place.»

Ainsi, on reconnaît le Stade olympique, quelques rues du Vieux-Montréal et le mont Royal, alors que R (Nicholas Hoult), un zombie doté d’intelligence, éprouve de l’affection pour une ravissante blonde (Teresa Palmer) qu’il choisit d’épargner. Malgré le fait que cette histoire suggère qu’un mort-vivant manifeste des émotions, Levine a bon espoir qu’une majorité adhérera à cette proposition. À cet égard, le cinéaste se défend d’être un fan de films de zombies. «J’adore ce que fait George A. Romero. Lui-même présentait déjà une certaine évolution du zombie dans Day of the Dead. À mon avis, nous ne faisons qu’amener ce concept encore plus loin.»

L’adaptation ayant été entreprise par Summit Entertainment, studio responsable des Twilight, il devient quasi impossible de ne pas établir de parallèles entre la populaire franchise et Warm Bodies. D’autant plus que le roman a bénéficié des louanges de Stephenie Meyer, quoique Simon Pegg se soit également enthousiasmé au sujet du bouquin sur Twitter. Jonathan Levine ne se sentait toutefois pas contraint de réunir, main dans la main, les fans de Twilight et de Shaun of the Dead.

«Le film possède un attrait pour les jeunes, il combine plusieurs éléments correspondant à la réalité de cette génération. Pour moi, Warm Bodies fonctionne surtout comme une variation moderne de La Belle et la Bête. Mais ma véritable intention était d’offrir une solution de rechange sophistiquée à une trop grande majorité de productions insignifiantes, destinées au public adolescent.» 

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie