Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Finissant(e)s de Rafaël Ouellet : À la verticale de l’été

Alors que le succès critique de son précédent Camion retentit toujours (l’œuvre se retrouve en nomination dans sept catégories aux Jutra), Rafaël Ouellet nous revient déjà avec un cinquième film, Finissant(e)s.

À mi-chemin entre le documentaire et la fiction, Finissant(e)s s’inscrit dans un univers beaucoup plus près de ce que Rafaël Ouellet avait proposé avec New Denmark. Normal, en fait, car dans ce film tourné en 2009 à Dégelis, on retrouve certains jeunes acteurs non professionnels du village, notamment Carla Turcotte. Venant tout juste de terminer leur secondaire, ces adolescents que nous suivons cette fois passent un dernier été dans leur village avant de quitter la région pour poursuivre leurs études.

Il se dégage de Finissant(e)s un regard nostalgique sur une étape où, devant cette nouvelle réalité qui les propulse dans le monde adulte, ces jeunes, parfois insouciants, tantôt incertains, songent à leur avenir. Ainsi, c’est lorsque Ouellet joue la carte de l’observateur que son essai filmique réussit le mieux. Bien que certaines situations dramatiques soient convaincantes, d’autres moments scénarisés paraissent forcés. Par exemple, la conversation téléphonique entre un parent et Carla lorsque cette dernière anime une ligne ouverte, ou la soirée autour d’un feu de camp qui prend brièvement des allures de suspense détonnent parmi l’ensemble.

Cela dit, malgré son aspect exploratoire qui lui confère quelques inégalités, Finissant(e)s demeure un portrait contemplatif accessible et réussi. Faisant habile usage d’une musique planante signée Man an Ocean, Rafaël Ouellet saisit surtout avec sensibilité l’essence d’une jeunesse qui ne change pas tant que ça au fil du temps.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie