Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Zach Braff / Oz – The Great and Powerful : Sur la route de brique jaune

Dans Oz – The Great and Powerful, de Sam Raimi, le sympathique Zach Braff prête sa voix à une attachante créature ailée.

Prequel du film-culte de Victor Fleming The Wizard of Oz, Oz – The Great and Wonderful de Sam Raimi (Spider-Man) nous ramène au Kansas où un magicien ambitieux et malhonnête (James Franco) se retrouve dans un pays magique après avoir été emporté par une tornade. Son fidèle et loyal assistant Frank (Zach Braff) n’ayant pu le suivre, Oz devra désormais compter sur Finley (voix de Zach Braff), petit singe ailé serviable.

«Contrairement à Chicken Little, où j’enregistrais ma voix en studio, explique Braff au bout du fil, pour jouer ce petit singe, je devais être sur le plateau puisque le réalisateur voulait capter ma performance, mes gestes, mes mimiques. Tout était enregistré, et ensuite, les animateurs se chargeaient de donner vie à Finley. J’ai été là chaque jour durant six mois.»

Ce n’est qu’à la première que Braff a enfin pu voir son double sur grand écran: «Je n’en croyais pas mes yeux, c’est incroyable, le nombre d’étapes qu’il y a eu avant d’obtenir ce résultat. Quand on voit des versions préliminaires, on doute du produit final, mais au bout du compte, c’est extraordinaire.»

Partageant presque toutes ses scènes avec James Franco, l’acteur a eu la permission d’improviser avec lui quelques scènes. «Je voulais que Finley soit à la fois le prolongement et une version enfantine de Frank, alors que Sam le voyait comme sa conscience. Beaucoup de nos blagues se retrouvent dans le film. Cela me vient de l’époque où je jouais dans Scrubs. J’aime bien quand on peut s’amuser et que cela sert le film.»

Ayant grandi en regardant The Wizard of Oz, comme bon nombre de Nord-Américains, Zach Braff garde un souvenir émerveillé de son passage au pays d’Oz: «Quand j’ai eu le rôle, je me suis imaginé que l’on serait entouré d’écrans bleus; or, j’ai découvert que Sam avait fait construire ces énormes décors dans des lieux aussi grands que des terrains de football. Il y avait des forêts, la route de brique jaune, des châteaux… C’était vraiment chouette! Je crois que les admirateurs du film vont apprécier celui-là parce que ce n’est pas un remake. L. Frank Baum a écrit tant d’histoires sur ce monde, pourquoi ne pas le revisiter?»

En salle le 8 mars