Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Sur le rivage du monde : Résilience

Troisième film issu d’un cycle de documentaires tournés au Mali par Sylvain L’Espérance, Sur le rivage du monde laisse toute la place aux sans-papiers refoulés à Bamako.

Dans cette lourde et longue attente, ces êtres qui ont traversé le désert, connu la prison, fui un triste avenir tracé d’avance ou évité la mort en tentant d’atteindre l’Europe manifestent une résilience hors du commun. Sylvain L’Espérance la traduit d’ailleurs fort bien tout au long de son film, en mettant de l’avant plusieurs moments qui témoignent de la force des protagonistes de ne pas se laisser abattre malgré la fatigue, la méfiance ou la fragilité. Dans cet esprit d’endurance, la caméra filmera longuement, par exemple, les entraînements de César qui souhaite devenir boxeur professionnel. C’est pourtant lors de parallèles moins apparents, telle la lecture d’une lettre leur refusant un soutien financier afin de monter une pièce de théâtre, qu’on saisit la véritable ampleur de leur ténacité.

Au-delà des contextes sociopolitiques qui «divisent l’Afrique noire», souligne un des participants, L’Espérance illustre surtout la solidarité qui s’est forgée entre ces sans-papiers, à cause d’un vécu similaire, mais aussi grâce à l’expression par l’art. La poésie, le rap et principalement le théâtre de rue non seulement leur permettent de sensibiliser la communauté à leur réalité, mais contribuent à l’expression d’une révolte, d’un refus d’être mis à l’écart.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie