Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Before Midnight : L’amour à 40 ans

Dix-huit ans après son escapade romantique à Vienne, le couple de Before Midnight, de Richard Linklater, fait face à la banalité du quotidien.

Lors de leurs retrouvailles à Paris (Before Sunset), moins de 10 ans après leur rencontre à Vienne (Before Sunrise), on devinait chez Jesse et Céline (Ethan Hawke et Julie Delpy, toujours aussi naturels et complices), deux romantiques devant l’éternel, une lucidité teintée d’un certain cynisme. Ce qui était, avouons-le franchement, un vent de fraîcheur qui nous transportait bien loin des héros formatés des comédies sentimentales carburant à l’eau de rose.

Créés par Richard Linklater, Hawke et Delpy, les protagonistes de la trilogie, étaient et demeurent d’une réelle authenticité. À l’instar des précédents chapitres, la formule reste toute simple, mais diablement efficace. Pas de temps pour l’esbroufe ni les cartes postales, et ce, même si le couple passe ses vacances avec sa progéniture chez des amis en Grèce, puisque Linklater ne laisse tourner sa caméra jamais très loin de ses acteurs, sans trop de découpage, afin de saisir l’émotion brute, la cruelle vérité dans tous ses éclats et les moments de tendre drôlerie.

Autour d’une table en bonne compagnie ou dans une chambre d’hôtel louée par leurs amis afin qu’ils aient droit à quelques heures de romance, Jesse et Céline sont toujours de fins causeurs. Toutefois, le gentil babil et la séduction ont fait place aux complaintes de Céline, devenue acerbe et revancharde, et aux regrets de Jesse, qui se sent loin de son fils vivant avec sa première femme aux États-Unis. Ils se lamentent et s’engueulent tant qu’on voudrait leur crier de se la fermer et de réfléchir avant de parler. Et pourtant, lorsqu’approchent les 12 coups de minuit, on espère déjà les retrouver dans moins de 10 ans, car l’amour existe encore, comme le chantait l’autre…