Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Cinéma

Metallica: Through the Never : Rendez-vous manqué

Conscient que l’équation Metallica, explosions, feu et poursuites ne résulterait en rien de subtil, nous avons mis notre cerveau en mode divertissement face à Metallica: Through the Never de Nimrod Antál. Ce ne fut pas assez. 

Mise en ligne cet été, la bande-annonce du film Metallica: Through the Never avait de quoi intriguer. Le mythique groupe métal américain au centre d’une fiction? Un sac perdu dans une ville à feu et à sang? Son contenu si précieux aux yeux du groupe, au point d’envoyer un jeune coursier (Dane DeHaan) braver une guerre civile pour le retrouver? Un chevalier de l’Apocalypse? Des affrontements musclés entre manifestants et forces de l’ordre?  Et tout ça pendant que Metallica se produit dans un aréna au cœur du brasier?

Les questions se bousculaient au même rythme que tient Lars Ulrich dans Motorbreath. Metallica avait piqué notre curiosité, surtout que la formation de Los Angeles nous avait franchement surpris avec Some Kind Of Monster (2004) de Joe Berlinger et Bruce Sinofsky, l’un des meilleurs documentaires rock de l’histoire.

Or, même si nous ne demandions pas le scénario du siècle, il aurait quand même fallu que le long métrage jette un peu de lumière sur nos interrogations. Pratiquement sans dialogue, le film n’est qu’un long vidéoclip d’une heure et demie. Jamais les causes de l’émeute ne sont abordées, pas plus que les motifs du tueur à cheval. Pis encore, les différentes scènes d’actions, bien que parfois liées aux textes des chansons du groupe, n’ont quasi aucune incidence sur le concert du groupe.

On a franchement l’impression que le réalisateur Nimród Antal (Kontroll, Armored, Predators) n’avait qu’une série d’images en tête sans aucun scénario précis. Des images pour des images, alors que la bande-annonce, tout comme les cinq premières minutes du film, laissaient plutôt entrevoir une réelle histoire dans laquelle James Hetfield, Lars Ulrich, Kirk Hammett et Robert Trujillo allaient tenir un rôle clé.

Au final, l’étiquette «film d’action» semble seulement servir de prétexte à nous vendre un autre concert du groupe sur pellicule, moins d’un an après la sortie de Quebec Magnetic filmé lors du même World Magnetic Tour. Cela dit, à défaut de répondre à nos questions, Metallica: Through The Never offre des images en spectacle saisissantes puisque le concert a été organisé expressément pour le film. Les caméras y sont plus intrusives et le résultat est spectaculaire, surtout en Imax 3D. Mais l’impression de s’être fait mené en bateau demeure.

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie