Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

The Lego Movie : Briques en vrac

Avec The Lego Movie, Phil Lord et Chris Miller ont relevé le défi de signer un solide film d’animation.

Quelques craintes pouvaient resurgir face à ce film d’animation qu’est The Lego Movie de Phil Lord et Chris Miller (21 Jump Street). Les jeunes (et moins jeunes) auraient-ils à subir une infopub de plus d’une heure et demie? Que pouvait-on ajouter aux diverses séries animées s’inspirant des populaires briquettes permettant de bâtir une infinité de bidules?

Les réalisateurs de Cloudy With a Chance of Meatballs arpentent quelques chemins sinueux pour parvenir à leurs fins; l’avant-propos a tôt fait de semer le doute chez les grands et la confusion chez les tout-petits, mais le tandem réussit par on ne sait trop quel tour de passe-passe à nous faire embarquer dans cette proposition éclatée, qui s’avère aussi amusante que touchante.

Dans une société se rapprochant d’une dystopie, Emmet (voix de Chris Pratt), constructeur bien ordinaire, mais surtout incroyablement docile, est identifié comme l’Élu qui sauvera le monde de Lord Business (Will Ferrell), un impitoyable tyran sur le point de réaliser un plan des plus machiavéliques. C’est ce que lui apprend Wyldstyle (Elizabeth Banks), personnage féminin nous ramenant notamment à Trinity dans The Matrix, rapportant cette prophétie entrevue par le mage Vitruvius (amusant Morgan Freeman).

Sauvé in extremis de l’interrogatoire corsé d’un policier (Liam Neeson) doté d’une double personnalité qui se la joue «bon cop, bad cop» et qui les pourchassera sans relâche, Emmet et Wyldstyle parcourent plusieurs endroits thématiques en compagnie de vaillants camarades, dont Batman. Celui-ci est interprété par un Will Arnett qui fait mouche en parodiant la version du super-héros incarné par Christian Bale dans la trilogie de Nolan, volant ainsi la vedette à chacune de ses présences.

Le film est bourré d’action et de gags métaréférentiels, tout en faisant habilement cohabiter de nombreuses figurines issues de jouets Lego dérivés des Harry Potter, The Lord of The Rings ou Star Wars. Phil Lord et Chris Miller ont pensé à tout le monde, accordant même une certaine importance au petit homme de l’espace popularisé durant les années 1980. Geeks et nostalgiques seront charmés.

Il est légitime de mettre en doute la pertinence de la 3D, mais la qualité d’animation épate dans ses moindres détails, laissant la vive impression qu’absolument tout a été créé à partir de véritables Lego. Avec un récit mettant de l’avant de saines valeurs, The Lego Movie ne possède pas tout à fait le charme de Toy Story, mais s’en rapproche drôlement.

À l’affiche le 7 février

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie