Ne manquez rien avec l’infolettre.
Cinéma

Les merveilles (Le Meraviglie) : Un goût d’évasion et de miel

Portrait en clair-obscur de traditions italiennes en voie de disparition, Les Merveilles se dévoile tel un rêve éveillé, entre nids d’abeilles et gloriole télévisuelle.

Après avoir fait belle figure à la Quinzaine des Réalisateurs en 2011, avec le très spirituel et maîtrisé Corpo Celeste, l’Italienne Alice Rohrwacher, la jeune trentaine, récidive dans la même veine délicate et rafle le Grand Prix du Festival de Cannes, en 2014, avec Les Merveilles. Les deux films illustrent, à cheval entre un regard documentaire et une fiction légèrement onirique, un moment de bascule dans la vie d’une jeune adolescente, la première écrasée sous le poids de la religion, la seconde ici étouffée par la rigidité de Wolfgang, son père apiculteur (Sam Louwyck, un acteur et danseur belge à la présence forte, parfois même inquiétante).

Aînée de quatre fillettes, Gelsomina (Maria Alexandra Lungu, d’un naturel confondant) est le bras droit de son père dans leur commerce du miel, essaimant les arbres à la recherche des nids, raclant les rayons des ruches pour en extraire cet or doré qui les fait vivre de peine et de misère. Si l’accueil sur la ferme d’un garçon allemand en rééducation leur donne un second souffle, on sent la mère (Alba Rohrwacher, la sœur comédienne de la cinéaste) au bord de la crise de nerfs. Convaincue qu’elle peut sauver les siens d’une faillite, et attirée par les sirènes de la télévision, Gelsomina inscrit son clan au concours du Village des Merveilles, qu’anime justement une star mielleuse (Monica Bellucci, qui ressort presque ses costumes de Cléopâtre, n’a besoin que de quelques minutes pour imposer son aura d’actrice), à la recherche des agriculteurs les plus méritants.

Filmé dans la région natale des Rohrwacher, en Ombrie, le tout permet de creuser en douceur des questions fondamentales au cœur de ces paysages aussi beaux que tristes, parce qu’abandonnés. Persuadé que le monde tire à sa fin, dormant à la belle étoile pour protéger ses terres, Wolfgang figera devant le micro de l’animatrice, insistant sur le fait que «certaines choses ne peuvent pas être achetées». Cette philosophie laisse planer son désœuvrement: mais qui donc prendra sa relève? Chez les voisins, on dira que «les pizzas ne se plantent pas»! À l’autre bout du spectre, on s’interroge sur l’avenir de ses filles dans un univers aussi hermétique, continuellement tiraillées entre leur gout du jeu, à chorégraphier leur chanson préférée ou à boire à même les rayons du soleil, et leurs responsabilités familiales, desquelles on voit poindre certains dangers – piqûre d’abeille, extraction de miel sanglante ou laboratoire inondé.

La plus grande force du film réside dans l’équilibre du scénario, d’abord dédié à l’exposition minutieuse des aléas des ruches et à la marque indélébile de la vie agricole sur une cellule familiale, aussi aimante soit-elle, puis détournant le regard sur ce goût d’évasion qui en découle. La nuit sur la ferme apparaît menaçante, avec ses ombres inconnues et ses chasseurs tapageurs. Le jour, tout est permis pour se perdre un peu: le sifflement dompteur d’abeilles du nouveau venu qui ne parle pas, un chameau en cadeau et surtout ces invitantes caméras, promesses de lendemains qui chantent. Quand Les Merveilles locales se font enfin compétition, la nuit est retombée sur une île pittoresque où nous attend une vraie scène d’envoûtement. On ne sait pas toujours ce qui motive ces intrigants personnages, qui tairont bon nombre de leurs mystères, mais ils captent aisément notre attention, habités d’une soif inaltérable, un bourdonnement jamais bien loin dans la profondeur du champ… La réalité suspend çà et là son vol, si bien qu’on ne sait plus si, au terme de la nuit, ils dansent ou ils dorment. Ou les deux à la fois.

 

En salle le 6 mars
Aussi présenté dans la section Ciné-Ado du Festival international du film pour enfants de Montréal (FIFEM), le dimanche 8 mars à 17h, au Cinéma Beaubien

 

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie