Kurt Cobain: Montage of Heck : Je suis Kurt
Cinéma

Kurt Cobain: Montage of Heck : Je suis Kurt

Brett Morgen lève le voile sur les archives personnelles de Kurt Cobain, permettant au mythique leader de Nirvana de se raconter à travers ses dessins, notes, enregistrements et vidéos de famille.   

Kurt Cobain: Montage of Heck est un documentaire efficace, captivant et important, qui ne cherche pas tant à comprendre le mythique chanteur à travers les autres mais plutôt à laisser l’artiste lui-même se raconter. La famille du défunt chanteur de Nirvana a fait un énorme cadeau au réalisateur Brett Morgen (qui a signé l’excellent The Kid Stays In The Picture en 2002): lui donner accès à ses archives personnelles. Doté d’une énergie créative impulsive dès l’enfance, les dessins, écrits et enregistrements qu’a laissés derrière lui Kurt Cobain sont d’une infinie richesse.

Bébé aux cheveux d’or adoré de tous, Kurt Cobain est devenu un enfant hyperactif, médicamenté et perturbé à tout jamais par l’humiliation que lui a fait vivre son père, qui ne savait pas comment gérer cet enfant à l’énergie débordante. Le documentaire revient à cette idée d’humiliation plusieurs fois dans le film: un Kurt Cobain humilié par le divorce de ses parents; un Kurt Cobain humilié par son intimité perturbée par les médias; un Kurt Cobain humilié par sa dépendance à l’héroïne. Kurt raconte sur un enregistrement audio avoir été humilié par ses camarades de classe suite à sa première expérience sexuelle. Il avait alors 14 ans et il n’en pouvait plus. Il a tenté de se suicider sur les rails d’un train.

Toute sa vie, le chanteur a rejeté sa haine sur papier et sur cassettes. Brett Morgen propose de très jolis effets visuels autour des cahiers de notes de Cobain – comme si ses mots prenaient vie devant nos yeux – en plus de recréer en animations des moments clé de sa vie, comme cette scène de tentative de suicide. Au-delà du sujet fascinant qu’est Kurt Cobain, Montage of Heck est aussi, visuellement, un très beau documentaire.

Infos
Fermer
Plein écran

      Le film avance ensuite de façon graduelle vers la vie adulte de Kurt alors que sa créativité n’a pas de limites. Au tournant des années 1990, la célébrité arrive dans sa vie, se mêlant dangereusement à la drogue et à l’amour, puis arrive bébé Frances dans cette tourmente. C’est à ce moment que le film mise surtout sur les vidéos personnelles de Cobain et Courtney Love, à la fois éclairantes et troublantes. Elles montrent un homme aimant, parfois très «goofball», mais de plus en plus maigre et dopé, tellement protecteur de sa vie de famille qu’il rage lorsque les médias doutent de sa capacité à être parent. Il y a beaucoup de tendresse chez Kurt, mais le documentaire nous montre aussi des scènes  perturbantes, comme celle où il regarde Courtney se bercer avec bébé Frances dans les bras en chantant maladroitement Amazing Grace.

      Frances Cobain, aujourd’hui âgée de 22 ans et qui agit à titre de productrice exécutive sur le film, voulait un film honnête sur son père, selon les dires du réalisateur. Les images de Montage of Heck ne mentent pas: Kurt, un être extrêmement troublé, s’est donné corps et âme toute sa vie pour son art. Un film qui donne encore plus de sens et de pertinence à la musique de Kurt Cobain.

      *Présenté avec sous-titres français au Cinéma du Parc à Montréal et au Cinéma Le Clap à Québec dès le 8 mai.