Le goût d'un pays : L'autopsie d'un été qui ne vient pas
Cinéma

Le goût d’un pays : L’autopsie d’un été qui ne vient pas

C’est le fruit d’une rencontre entre Gilles Vigneault et Fred Pellerin qui a donné naissance à ce film. Francis Legault a donc rassemblé les deux hommes autour de la question du sirop d’érable et un documentaire allait suivre. Le voici.

Francis Legault a une feuille de route solide depuis ses débuts. Il a amorcé sa pratique au Japon en réalisant des petits documentaires sonores pour l’émission de radio Ici comme ailleurs avec Michel Désautels. Ensuite, il passera plusieurs années à décoder les papilles gustatives des Québécois en tant que réalisateur avec Josée Di Stasio et Daniel Pinard. Mais son véritable succès, et ce qui lui a donné une signature unique, c’est l’émission radiophonique aujourd’hui culte L’autre midi à la table d’à côté.

gdp_sirop

«Avec la radio, il n’y a pas le diktat de l’image, dit Legault. Les auditeurs peuvent se former un monde à partir de la proposition sonore. Tu n’imposes rien à la radio et ce médium fait beaucoup appel à la créativité et à l’imagination des gens. Mais il ne faut pas se tromper, j’aime beaucoup les images. Et dans Le goût d’un pays, elles ont été magnifiées grâce au travail de mes chefs opérateurs.»

Avec Le goût d’un pays, Francis Legault avait envie de prolonger la rencontre des deux auteurs qu’on avait pu entendre à la radio.

«C’est moi qui ai provoqué la rencontre de Fred Pellerin et de Gilles Vigneault dans le cadre de l’émission L’autre midi à la table d’à côté. À la fin de l’enregistrement, Gilles Vigneault a regardé par la fenêtre en faisant une réflexion sur les sucres qui s’en venaient. Les deux se sont ensuite mis à échanger sur le sujet et l’idée de les rassembler dans une érablière avec comme trame de fond la question du pays était née.»

Je me pose encore la question du rêve de construire un pays. Est-ce un rêve qui nous hante, a-t-on encore le goût?

C’est ce qui compose l’essence de ce documentaire. Une conversation nourrie entre les deux hommes à propos de la possibilité du pays et des gestes simples qui nous rassemblent comme peuple. Il faut dire que le sujet ne pouvait que donner naissance à une plus large réflexion avec ces deux auteurs qui sont bavards sur le sujet. Legault réussit dans son documentaire à établir le lien entre les rituels et l’affirmation identitaire. Autrement dit, s’il n’y a plus de rituel, il n’y a plus de peuple; ces gestes quotidiens et fraternels sont nécessaires à l’identité.

Au fil du récit, les intervenants se succèdent pour donner une voix à ce pays: Roméo Bouchard et son fils Géronimo dans l’érablière familiale, Daniel Turcotte qui éclaire de sa connaissance l’histoire intime des Québécois et leur nature profonde, Fabien Cloutier qui, de son côté, se demande pourquoi l’été n’arrive jamais par ici. À ces protagonistes et à la rencontre Pellerin-Vigneault viennent aussi se greffer Simon Tessier et Maëcha Nault qui ont fait le choix de vivre le temps des sucres chaque année en famille. On visite aussi l’érablière centenaire de la famille Vermette. Toute cette constellation de visages et de propos permet de mettre en relief l’ADN de notre peuple.

Fabien Cloutier
Fabien Cloutier
Kim Thuy
Kim Thuy
Gabriel Nadeau-Dubois
Gabriel Nadeau-Dubois
Boucar Diouf
Boucar Diouf
Daniel Turcotte
Daniel Turcotte
Lesley Chesterman
Lesley Chesterman

«Ce film m’a conforté dans l’idée qu’on pouvait être fiers de ce qu’on est ici, nous explique Legault. Fiers de notre culture et de nos acquis. Je me pose encore la question du rêve de construire un pays. Est-ce un rêve qui nous hante, a-t-on encore le goût? Je n’ai toujours pas la réponse à cette question. Ce que j’ai essayé de faire, ce n’est pas tant de répondre à mes propres questions, mais plutôt de montrer cette société à travers plusieurs portraits pour que l’on comprenne ce que nous sommes.»

Le témoignage de Roméo Bouchard sur son érablière qu’il a baptisée «le petit pays» fait partie des moments forts du documentaire. On aime voir sa complicité avec son fils. On sent la froidure, les gestes quotidiens et la véracité du propos tenu par l’ancien prêtre devenu militant paysan. Un personnage formidable, un homme plus grand que nature.

On retiendra sans aucun doute ce fameux dialogue entre Gilles Vigneault, en verve, toujours éloquent et passionné par tout ce qui touche au pays, et Fred Pellerin, qu’on pourrait voir comme son digne descendant. Ensemble, ils font l’analogie des cicatrices de l’arbre et de l’histoire d’un peuple. À ce moment, le documentaire prend une forme poétique d’une grande beauté. Une poésie qui laisse en suspens des questions tragiques: l’histoire est-elle une suite de cicatrices? Chose certaine, elles laissent des traces et permettent de comprendre qui nous avons été, mais aussi, surtout, qui nous sommes devenus.

gdp_arbre

La chanson Mommy de Pauline Julien vient un peu galvaniser cette prise de conscience où se rencontrent la nostalgie, l’actualité et un futur qui demeure difficile à deviner. Un choix musical qui se présente comme une trame de fond pour le documentariste: «Cette chanson traite de la disparition de la langue française et de la possible assimilation. Quand Gilles Vigneault dit qu’on ne veut peut-être pas devenir un pays, cela me fait peur. C’est une chanson que j’entends depuis que je suis tout petit, c’est déchirant. J’adore le paradoxe entre la douceur de la mélodie et le grinçant du propos, c’est d’une formidable beauté.»

Ainsi, le documentaire de Francis Legault réussit à nous donner le goût du sucre, du pays et de beaux lendemains. Mais parfois, le sucre peut avoir un goût amer, et l’été ne jamais arriver. Chose certaine, Legault signe ici un documentaire efficace, qui offre une belle réflexion kaléidoscopique sur la question nationale en ces temps troubles et tristes de politicaillerie.

En salle le 2 décembre 2016

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!

Caligula + 25 à 40 %
Théâtre
Jusqu’au 8 avril 2017

Caligula