Rumble: The Indians Who Rocked the World : Pour la suite du rock
Cinéma

Rumble: The Indians Who Rocked the World : Pour la suite du rock

Rumble, c’est en quelque sorte une révolution. Le documentaire nous convie à une révision complète de l’histoire récente de la musique populaire américaine. Et c’est à travers le prisme de figures centrales du rock et du blues du 20e siècle que les réalisateurs Catherine Baindbridge et Alfonso Maiorana réussissent leur pari. 

Qu’ont en commun Link Wray, Charley Patton, Mildred Bailey, Robbie Robertson, Jimi Hendrix, Buffy Sainte-Marie et Taboo de Black Eyed Peas? Ils ont tous du sang indien. Le documentaire oeuvre à rétablir le legs de ceux-ci dans l’histoire populaire de la musique américaine. Rumble: The Indians Who Rocked the World souhaite reconnaître l’héritage amérindien dans le blues et dans la musique populaire aux États-Unis. Combien de fois avons-nous entendu parler de l’héritage afro-américain de la musique d’Elvis Presley? Ici, il est question du rapprochement entre les communautés afro-américaines et indiennes et des façons dont elles se sont influencées mutuellement dans la foulée de la répression de l’Amérique ségrégationniste. 

Catherine Baindbridge et Alfonso Maiorana, sous l’impulsion du guitariste Stevie Salas, révisent un pan entier de la musique américaine avec comme figure de proue le guitariste et chanteur d’origine Shawnee Link Wray. La pièce Rumble, enregistrée en 1958, a fait de lui la toute première rockstar amérindienne et s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires. Toutefois, plusieurs radios américaines ont interdit la diffusion de la chanson, craignant son côté vindicatif et incitatif à la rébellion, ce qui est plutôt exceptionnel pour une pièce instrumentale.

C’est une belle mise en bouche que l’histoire de Link Wray, d’autant plus qu’elle permet un dialogue avec tout un pan de l’histoire récente du rock, car Rumble a influencé les plus grands. Ainsi interviendront dans le documentaire Martin Scorsese, Iggy Pop, Tony Bennett, Taj Mahal, Quincy Jones, Dan Auerbach, Slash et beaucoup beaucoup d’autres…

Que ce soit dans les faubourgs de La Nouvelle-Orléans, à travers la tradition des Indiens du Mardi gras qui nous rappelle la rencontre entre les esclaves en fuite et les familles indiennes, ou par la figure mythique de Charley Patton, qui jouait et usait d’harmonies vocales propres aux Indiens d’Amérique, le documentaire offre une importante remise en contexte de la contribution des Amérindiens au discours et aux harmonies rock du 20e siècle. Rumble, le film, parcourt toutes les dates importantes qui jalonnent son histoire jusqu’aux événements récents de Standing Rock. 

À l’affiche dès le 8 septembre au Cinéma du Parc

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!

East + 25 à 40 %
Prévente exclusive

East