The Killing of a Sacred Deer: totalement captivant
Cinéma

The Killing of a Sacred Deer: totalement captivant

Le réalisateur grec Yórgos Lánthimos renoue avec Colin Farrell (parfait dans l’inoubliable The Lobster, prix du jury à Cannes en 2015) et nous offre un nouveau film percutant et troublant, doté d’une photographie impeccable.

Contrairement à son personnage célibataire et moustachu de The Lobster, Farrell est ici un père de famille marié et bien barbu. Mais les deux personnages ont ceci en commun: ils sont difficiles à cerner de par leur stoïcisme. Lorsque son fils tombe malade subitement dans des circonstances nébuleuses, Steven, un chirurgien – donc un homme de science – est incapable de trouver un diagnostic. Sa relation assez floue avec un jeune homme étrange et sociopathe y est peut-être pour quelque chose… Quel est le lien qui les unit? Quel serait le motif de ce jeune homme? On en apprendra de plus en plus au fil du récit.

Dans The Killing of a Sacred Deer (Mise à mort du cerf sacré) – prix du scénario à Cannes l’an dernier – le réalisateur prouve qu’il n’a rien perdu de sa fougue et réussi à nous garder en haleine. La tension est palpable et le jeu du jeune Barry Keoghan est tout à fait admirable. On se retrouve dans un film d’auteur non loin des codes du cinéma d’horreur et le suspense est captivant. 

Un thriller psychologique déroutant à voir absolument.

Les offres culturelles sur Boutique.Voir.ca

Obtenir plus d’argent pour voir des spectacles? OUI C’EST POSSIBLE!