Hubert Reeves : «Faisons comme si c'était pas foutu»
Cinéma

Hubert Reeves : «Faisons comme si c’était pas foutu»

Dans La Terre vue du cœur, l’auteur et astrophysicien évoque l’état de la planète et l’urgence d’agir. Cette fois, pas juste avec «un regard qui essaie de comprendre, mais un regard qui essaie de sentir»…

Depuis son banc dans la maison bourguignonne où Hubert Reeves a élu domicile, jusqu’à Syracuse et en passant par Montréal ou la Floride, le documentaire de Iolande Cadrin-Rossignol nous promène un peu partout sur la planète. Dans La Terre vue du cœur, qui sort ce mois-ci, la réalisatrice montre les impacts des changements climatiques, mais aussi la beauté de cette nature dont on ne connaît pas encore tous les secrets.

Adaptation du dernier livre d’Hubert Reeves, Le banc du temps qui passe, le film donne la parole à de nombreux experts qui apportent leur éclairage sur la situation environnementale, que ce soit Frédéric Lenoir pour discuter de philosophie, ou le bassiste Jérôme Dupras, de la fondation écologiste des Cowboys fringants. On y parle d’intelligence animale, de forêts tropicales, d’identité et, surtout, de cette sixième extinction de masse qui est en cours: la nôtre. Entrevue avec Hubert Reeves, scientifique et militant.

Voir: Quand vous êtes-vous rendu compte de l’urgence de la situation environnementale?

Hubert Reeves: Ç’a été progressif. Dans les années 1980, on parlait peu de la hausse de la température; c’était des rumeurs… Puis je m’y suis intéressé parce que ça promettait d’être sérieux. On commençait à avoir des preuves que la température augmentait vraiment, mais on ne savait pas si c’était dû à l’activité humaine ou si c’était un phénomène naturel, comme les grandes glaciations.

Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), mis sur pieds par les Nations-Unies, a déterminé que le rôle de l’homme dans les changements climatiques était majeur par rapport à d’autres phénomènes naturels invoqués, comme le changement du champ magnétique du Soleil. Maintenant, il est très clair que la part humaine est plus que majeure: le réchauffement climatique est presque dû à 95% à l’activité humaine. Et aujourd’hui, c’est suffisamment prouvé pour qu’une personne raisonnable puisse s’en convaincre.

Trouvez-vous qu’aujourd’hui les gens sont suffisamment conscients de la situation?

Pas suffisamment! C’est justement une des missions des associations qui font des événements de sensibilisation sur l’état de la planète. Ce qui est encourageant, c’est qu’il y en a beaucoup, des organismes de ce genre, et de gens qui s’impliquent et qui sentent que ça devient une urgence pour l’avenir. Il y a de plus en plus de municipalités, de compagnies, d’activités axées sur ce problème – qui est devenu le problème majeur de l’humanité.

Ça n’est plus un danger lointain, d’où l’importance d’éveiller le plus possible la conscience populaire. On ne parle pas d’un million d’années, comme en astronomie. Là, c’est devenu une question urgente: quel sera l’état de notre planète dans 50 ans?

Ce film a pour but de «renverser la vapeur» quant à l’état de la planète. Mais est-ce encore possible?

Ça, on ne peut jamais le dire, l’avenir est inconnu. On peut par contre dire qu’on fait comme si c’était pas foutu, qu’on va faire tout ce qu’on peut pour que ce ne soit pas foutu, mais que peut-être que c’est foutu: voilà la situation. Il ne s’agit pas de dire qu’on a dépassé le point tournant. Ce qui menace l’avenir n’est pas ce que sera l’avenir – vous voyez la différence? Il y a maintenant tellement de motivation un peu partout… Peut-être que la situation a changé ces 30 dernières années.

Car il y a 30 ans, ça paraissait beaucoup plus grave et dramatique. Non pas parce que les causes ne sont plus là aujourd’hui, elles le sont, mais parce que la réaction n’y était pas. Il est important de noter la croissance rapide de la volonté d’agir des villes, des instituts, des quantités d’associations qui s’engagent pour restaurer la situation.

Pensez-vous qu’il soit plus efficace de faire peur en montrant les impacts des changements climatiques, ou de mettre en avant la beauté de cette nature qui disparaît?

Il faut montrer qu’il y a des solutions, que ce n’est pas foutu, qu’il y a des choses qui s’améliorent. Par exemple, on a retiré il y a quelques mois la baleine à bosse de la liste des animaux en danger. Il y a 50 ans, on tuait 50 000 baleines par an; à ce rythme-là, personne ne pensait que l’espèce pourrait survivre. On la considérait pratiquement comme étant éliminée. Aujourd’hui, grâce à toutes les activités des commissions baleinières et des associations pour préserver les océans, on s’aperçoit que la population de baleines à bosse augmente! Un événement comme ça vous montre qu’il se passe des choses, qu’il existe des solutions et qu’il faut les développer. C’est le but de ce film.

Il y a deux positions opposées qui sont mauvaises: la première est de cacher la vérité, de dire que ça va mieux quand ça ne va pas, et la deuxième est de faire peur aux gens en les décourageant, en leur donner l’impression qu’il n’y a rien à faire. Il faut naviguer entre les deux: pleine conscience de la détérioration rapide qui se poursuit, et pleine conscience de ce qui se fait et qui pourrait amener une solution. C’est subtil comme position.

la-terre-vue-du-coeur_visuel

Vous avez cette phrase dans le film: «Si on n’arrive pas à réconcilier l’économie et l’écologie, on est foutus»…

Oui, mais on a des preuves qu’il y a des progrès dans ce sens-là. Même dans les banques, où il y avait beaucoup d’investissements dans les puits de pétrole, l’argent alloué à ces projets est retiré. Aux États-Unis, beaucoup de grandes universités qui avaient déposé des sous dans des compagnies d’énergies non durables les retirent maintenant, et de plus en plus rapidement.

À la Silicon Valley en Californie, on a pris conscience du fait que l’écologie peut être profitable même sur le plan économique. On a repensé la façon d’investir pour qu’elle puisse résoudre des problèmes écologiques tout en faisant des profits économiques. C’est ça que nous essayons de signaler pour éviter le danger de la morosité, qui fait dire «c’est foutu, y a rien à faire». Aujourd’hui, avec la croissance très rapide des filières d’énergies renouvelables un peu partout dans le monde – jusqu’en Chine –, on s’aperçoit qu’il y a un avenir possible, que ça pourrait marcher. Tout ça va en tout cas dans le bon sens.

Vous qui vivez en France, quelles différences voyez-vous dans les mentalités entre l’Amérique du Nord et l’Europe, par rapport à l’écologie?

Il y a un plan assez général qui se voit partout: ce sont surtout les municipalités qui mettent sur pied des projets – comme avoir du compostage, ne plus utiliser de pesticides. Il y a déjà beaucoup d’initiatives qui gagnent en vigueur. On retrouve la même chose au Japon, en Amérique du Sud, en Chine. De plus en plus de pays sont éveillés et actifs au niveau des municipalités, des individus… Un peu moins au niveau des gouvernements; on sent bien qu’eux vont prendre le train en marche.

Quoique… L’attitude de notre président Macron et le fait qu’il a nommé comme ministre de l’Écologie Nicolas Hulot vont déjà dans le bon sens. Aux États-Unis, c’est moins vrai, mais je pense que même ce qui se passe là-bas est positif, car l’attitude de Trump a révolté tellement de gens qu’il se forme un front pour l’écologie qui a énormément de puissance, en réaction au président. C’est un sujet qui bouge beaucoup aux États-Unis, et Trump, sans le savoir, en est une des causes.

Sentez-vous de fortes différences générationnelles dans la réaction?

Il y a des différences dues au fait évident que ce sont plutôt les jeunes qui sont menacés par tout cela. En ce moment, on ne sent pas encore tout l’impact du réchauffement climatique; on commence à le sentir à cause des grandes tempêtes, des froids et des canicules, mais ça n’a pas encore atteint tout le monde. C’est quelque chose de croissant, et les jeunes se sentent plus concernés: c’est à eux que ça s’adresse.

Est-ce que l’écologie a besoin d’être vulgarisée, comme l’astrophysique?

Plus, même! Justement parce que ça touche à des problèmes concrets. Aujourd’hui, on parle par exemple beaucoup de sauver la biodiversité. Mais beaucoup ne savent pas ce que c’est, la biodiversité. Si vous dites aux gens qu’il faut sauver la nature, ils savent de quoi vous parlez. Si vous dites qu’il faut sauver la biodiversité, la plupart ne vont pas comprendre. Le mot abstrait n’a pas le même impact émotif. La vulgarisation, c’est d’expliquer que c’est aussi important de sauver la nature que la biodiversité.

C’est pourquoi il faut faire campagne pour rendre connu ce qui se passe. Un des problèmes qu’on a aujourd’hui, par exemple, c’est la disparition des vers de terre. La plupart des gens ne savent pas que cette disparition est grave pour nous, car cela stérilise les sols. Avec les moyens de culture contemporains, on tue les vers de terre et ça diminue la fertilité des sols. Quand vous dites ça, les gens comprennent mieux, car la fertilité des sols, c’est «qu’est-ce qu’on va manger?» Et ça, ça parle aux gens.

Consacrez-vous aujourd’hui l’essentiel de votre temps au militantisme environnemental?

Pas l’essentiel. J’essaie de garder un équilibre entre mes activités d’astrophysique, de vulgarisation surtout, et mes activités pour l’environnement. L’environnement est évidemment plus pressant, mais répandre les bonnes nouvelles de l’astrophysique sur nos connaissances de l’Univers est aussi de la toute première importance.

En parlant d’astrophysique, on apprenait récemment la mort de Stephen Hawking…

Il a joué un rôle très important dans l’astrophysique contemporaine. C’est lui qui a remis en évidence l’importance de ce phénomène un peu délirant qu’est le trou noir, dont on pensait pendant longtemps que ça allait rester une curiosité. Mais on s’aperçoit en fait que c’est un sujet crucial, et le travail de Hawking a apporté des choses fondamentales à l’étude de la matière et de l’Univers.

C’est aussi une image un peu épique, celle de quelqu’un qui s’est battu toute sa vie contre sa maladie mortelle, qui a persisté à travailler et à faire ce qu’il aimait alors qu’on ne lui promettait qu’un an de survie. Il a finalement survécu plusieurs décennies… C’est devenu un exemple de la puissance de la volonté humaine contre la mort. La volonté de vivre peut être un moteur puissant.

Un instinct de survie dont on pourrait s’inspirer pour la planète…

Mais oui. Par rapport à toutes ces menaces qui pèsent sur l’avenir, c’est la volonté de faire tout ce qu’il faut pour enrayer ces menaces.

La Terre vue du cœur
avec Hubert Reeves

sortie le 13 avril à Montréal

Les offres sur Boutique.Voir.ca

Obtenez de 25% à 40% de plus dans ces établissements!