Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Jupon pressé : Embellir Québec une robe à la fois
#Dossier

Jupon pressé : Embellir Québec une robe à la fois

Niché au cœur du coquet quartier Saint-Jean-Baptiste, comme à mi-chemin entre le cabaret du Drague et la bibliothèque Claire-Martin, Jupon pressé est un arrêt incontournable pour les amoureuses de mode réellement québécoise.

Parfaitement indépendante, ouverte il y a un peu plus de neuf ans, la boutique de Josiane Turmel-Poulin et Sylvie Cliche s’impose comme un pôle d’attraction majeur pour la faune bien sapée du 418 et d’ailleurs. Étoffes rose dragée, bleu de France, olive audacieux et noir de jais indémodable se côtoient contre les tringles de ce local pourtant tout petit, mais gorgé de pièces finement sélectionnées par les deux esthètes. Des copropriétaires au regard affûté qui, après leurs études aux beaux-arts, auront finalement donné corps au rêve qu’elles portaient en elles depuis toujours. Celui d’avoir pignon sur rue. «On s’est connues au cégep de Saint-Georges et, après, on est venues faire notre bac en arts à Québec, raconte Josiane. On habitait en appartement ensemble. […] Sylvie faisait de la photo, de la peinture et moi, mon objectif, c’était d’essayer le plus d’affaires possible. Sculpture, dessin, peinture, photo, sérigraphie… C’était très coloré, clairement. Avec du recul, si je recommençais, je ferais plus jamais ça.»

On reconnaît la blonde moitié du duo à son rire sonore, contagieux, ce penchant qu’elle a pour l’autodérision, cette façon qu’elle a, finalement, de mettre tout le monde à l’aise. Au fil des ans, la souriante Beauceronne s’est liée d’amitié avec les femmes qui passent le pas de sa porte, des notables comme des créatrices, des parlementaires du haut de la côte comme des musiciennes très en vue.

Confection irréprochable et motifs originaux, ici, font bon ménage. C’est rare. «Au premier abord, quand on fait nos achats, Sylvie et moi fonctionnons toujours par coup de cœur. Oui, on a des articles plus basic et tout, avec le temps on en a ajouté dans la boutique. Mais tu sais, pour nous, ce qui nous attire en premier, c’est des imprimés, des couleurs, des trucs qui sortent de l’ordinaire. Ensuite, c’est beaucoup les matières. On aime ce qui est doux, extensible, confortable, des matières qui sont naturelles, qui respirent et qu’on sait qui vieillissent bien. Finalement, pour les coupes, on mise sur ce qui va faire à différentes silhouettes.»

Jupon Pressé   (crédit : C. Genest)

Au rang de leurs valeurs sûres? La couturière montréalaise Eve Gravel, la marque torontoise Bird of North America («le fit des robes fait à toutes les femmes, ç’a pas rapport!») et la griffe Annie 50. «C’est plus rétro un peu, quoique ce l’est de moins en moins, mais honnêtement, les filles travaillent vraiment bien. Les coupes sont flatteuses, c’est féminin, les coutures sont belles…» De grande qualité tant sur le plan des coutures que des tissus, les trouvailles du Jupon pressé résistent aux lavages à répétition et autres petits aléas de la vie active. Rien à voir avec le fast fashion de H&M ou Forever 21, avec la mode jetable. «L’objectif, admet Josiane, c’est que les gens achètent moins, mais mieux.»

Ça fait drôle à dire, à écrire, mais une pièce du Jupon pressé, en fin de compte, c’est un peu comme un investissement à long terme.

Jupon pressé 
790, rue Saint-Jean – Québec
418 704-7114
juponpresse.com

Jupon Pressé   (crédit : C. Genest)