Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Le style électrique de Volt Design
#Dossier

Le style électrique de Volt Design

Cette entreprise où l’on travaille en famille produit ses collections de prêt-à-porter féminin au Québec, avant de les redistribuer ici et à l’étranger. Sa marque de fabrique? Un design coloré et éclaté.

Volt Design a commencé il y a huit ans avec Marie-Claude Hevey, graphiste de métier. Après trente ans d’expérience dans la pub, elle décide de se lancer dans… le vêtement. Elle demande alors à sa cousine Ann-Marie Plante, à l’époque designer de vêtements pour enfants, de lui développer un petit modèle de robe.

«Marie-Claude en avait marre de la pub, c’est vraiment une artiste. Ce qu’elle fait est très ludique, créatif, et il y a toujours un côté coloré, décrit Ann-Marie. Elle a commencé à travailler à partir des dessins de ses enfants, qu’elle recolorait et digitalisait…» Ann-Marie fait un premier patron de robe qui peut se porter des deux côtés, avec un dessin différent sur chaque face.

Justement, la designer est très allumée par la mode féminine et rêve de s’y consacrer. «C’était un autre défi qui me tentait!» Les deux associées lancent alors leur marque avec trois types de robes: une droite, une semi-évasée et une évasée. «Presque toutes les silhouettes rentrent dans ces trois types de coupes», affirme Ann-Marie.

Décliner une toile

La première année, elles produisent 200 robes. Si les trois coupes ont perduré dans toutes les collections, de nouveaux modèles de vêtements se sont depuis ajoutés pour répondre aux demandes des clientes et aux modes. Mais toujours avec le même design distinctif: Volt évoque le côté électrique, coloré, ludique et arty qui caractérise les tenues. Marie-Claude travaille ses dessins à l’ordinateur, partant parfois d’une photo et y ajoutant des éléments. Les collections sont d’ailleurs appelées «tableaux».

«Ça commence par une toile, qu’on décline après dans plein de coupes, explique Ann-Marie. On applique le dessin sur des t-shirts, des blouses, des jupes… Mais sans jamais copier-coller; on joue sur les zones du corps pour affiner la silhouette. On fait attention aux couleurs qui sont près du visage, etc. C’est très pensé.» Quant aux tissus, les associées privilégient les matières techniques et pratiques, qui font un effet seconde peau et résistent bien à l’humidité, et qu’elles font tricoter à Montréal. On trouve aussi des suèdes et de faux cuirs…

Puis Jacques, le conjoint d’Ann-Marie, a intégré l’entreprise comme troisième associé. «Là, il nous a donné des ailes. Il nous a emmenées à l’exportation, raconte la designer. On s’est inscrits au show Who’s Next à Paris, et c’est là qu’on a fait la connaissance d’un agent.» Résultat: la marque compte aujourd’hui 350 points de vente au Canada, mais aussi en Europe (en France particulièrement).

«On est souvent dans le très haut de gamme des magasins multimarques», indique Ann-Marie. Si toute la production des vêtements se fait à Granby – soit 15 000 à 20 000 morceaux par an aujourd’hui, le bureau de création, d’administration et de gestion est à Montréal. Il y a un an, Volt Design a déménagé de la rue Notre-Dame à place D’Youville, offrant désormais une boutique. On y trouve, en plus des vêtements, une collection d’accessoires Volt, comme des coussins ou des foulards (que certains achètent même pour accrocher au mur en décoration). Avec, toujours, ce design survolté.

Volt Design
203, place D’Youville – Montréal
www.voltdesign.com