Ne manquez rien avec l’infolettre.
Le Royal : des cocktails à saveur écoresponsable
Histoires

Le Royal : des cocktails à saveur écoresponsable

Dès son inauguration, l’équipe du Royal a fait des choix écoresponsables, à commencer par maximiser l’utilisation des ingrédients – locaux autant que possible, il va sans dire. Et si les pailles jetables se font de plus en plus rares dans nos verres, l’établissement de l’avenue du Mont-Royal, lui, s’en est toujours passé, et ce, bien avant que les pailles en inox ne deviennent tendance!

Le Royal a tranquillement bâti sa réputation de bar à cocktails par excellence en misant sur la qualité des produits et sur les alcools d’exception. Installé discrètement dans le sous-sol du bar à vin Le Rouge Gorge (on y accède par une porte extérieure adjacente), l’établissement propose une ambiance tantôt lounge, surtout en début de semaine, tantôt festive. La présence d’un DJ les jeudis, vendredis et samedis soirs n’est d’ailleurs pas étrangère aux fins de soirées dansantes et animées.

«C’est un bar au look de speakeasy, un bar sexy où on consomme des produits de qualité, où on fait des rencontres et où on danse», décrit Manu Ruiz, gérant et bartender du Royal depuis l’ouverture, il y a deux ans.

Cocktails créatifs

Les soirées y sont conviviales, certes, mais c’est en particulier grâce à sa carte unique que le bar situé au cœur du Plateau Mont-Royal se distingue. On y trouve autant des classiques «réinventés», précise Manu, que des créations originales.

«La carte de cocktails est un peu comme notre bébé, illustre celui qui joue aussi le rôle de mixologue. Elle a été longuement réfléchie et travaillée.» Et elle laisse autant la place à certains alcools québécois  qu’à des importations privées, surtout des spiritueux, mais aussi une belle sélection de bulles. L’objectif? Offrir la meilleure expérience possible aux clients et une grande diversité, continue-t-il.

Parmi les favoris de l’endroit, notons le Jeanne d’Arc, un mélange effervescent et légèrement fruité mariant un cava bio à de la liqueur de framboises du Québec, de la chartreuse et une touche de sirop d’hibiscus. Les amateurs de tequila pourraient quant à eux trouver leur compte avec La Señorita, dont la signature de notes herbacées et légèrement fumées est rehaussée de chartreuse, de sirop ananas-vanille, de lime et de thym. Manu Ruiz cite aussi le Meiji le Grand (saké Nigori, rhum agricole, liqueur d’orange, jus de yuzu et sirop d’orgeat maison) comme l’un des plus aboutis.

Pour sustenter ceux qui auraient un petit creux durant la soirée, l’équipe du Royal et le chef du Rouge Gorge, André Médina, ont élaboré une carte courte mais bien ficelée. Des charcuteries au ceviche, en passant par les cuisses de grenouilles tempura, les huîtres, la salade de poire et betterave ou le tartare de bison, il y en a visiblement pour tous les goûts.

Le bartender s’amuse souvent, de son propre aveu, à imaginer des mariages inusités entre ces plats et les différents cocktails. «J’aime nous faire sortir de notre zone de confort», indique-t-il, citant en exemple un accord fromage de chèvre et Queen Bee, offert en cocktail à partager.

À souligner également, les spéciaux du 17 h à 22 h qui mettent en valeur des accords huîtres et Spritz ou ceviche du moment et Margarita pour 15 $.

Un jardin sur le toit

Le Royal et Le Rouge Gorge partagent non seulement le même bâtiment, mais également un petit potager urbain où poussent entre autres les fines herbes (basilic, menthe, romarin…) et les fleurs comestibles qu’on retrouve à profusion dans leurs cocktails.

Autre valeur ajoutée : les sirops et autres garnitures, tous concoctés dans les cuisines en exploitant chaque ingrédient au maximum de son potentiel. «On essaie autant que possible de donner une deuxième, voire une troisième vie à nos ingrédients», indique le bartender. Les agrumes servent ainsi non seulement à faire des jus fraîchement pressés, mais la pelure et son zeste sont ensuite récupérés, par exemple pour les sels aromatiques.

Même la pulpe des amandes qui servent à préparer l’orgeat – un sirop à base d’amande et de sésame utilisé dans la composition d’une variété de cocktails – est revalorisée; on en fait de délicieux biscuits. Une garniture parfaite pour des cocktails spectaculaires!

Du nouveau pour la belle saison

Dès la mi-mai, une nouvelle carte de cocktails sera lancée. Élaborée par les bartenders Lotfi Belgherbi et Julie Lacasse, sous la direction de Manu Ruiz, on y verra davantage de créations à saveur estivale. C’est à suivre : ils commencent tout juste à plancher là-dessus!

La section des cocktails classiques sera quant à elle bonifiée, passant de quatre à une douzaine. Revus par l’équipe, «on leur donne une touche originale sans les dénaturer», explique le gérant, ils sortiront du lot, que ce soit grâce à une teinture, une solution saline ou un bitter.