La Constantinoise : en mouvement
Histoires

La Constantinoise : en mouvement

Comme pour plusieurs autres, le parcours d’Imed Lakhdara en restauration a commencé dans le feu de l’action, dans un petit établissement en Algérie duquel il est devenu propriétaire. C’est en observant les chefs et cuisiniers et en mettant lui aussi la main à la pâte qu’il a appris les bases de cette cuisine qui le passionne depuis. 

«Elle est très variée, puisque l’Algérie est située entre l’eau de la Méditerranée et le désert, et a en plus été influencée par la présence de plusieurs peuples comme les Vénitiens, les Turcs, les Ottomans, les Français… On distingue 4 grands styles: celui de l’est, du centre, de l’ouest et la région saharienne», décrit-il avec enthousiasme.

Un porte-voix de la cuisine algérienne

De projet en projet, Imed a démarré six restaurants en Algérie. Lorsque l’occasion s’est présentée, il a voyagé vers l’Italie où il a effectué des stages et ouvert deux restaurants de plus. Il considère le pays des pasta, pizza et gelato comme un modèle en matière de démocratisation et d’internationalisation d’un style culinaire national. Ses séjours là-bas auront contribué à faire naître en lui l’ambition de contribuer au rayonnement international de la cuisine algérienne.

C’est notamment dans cet état d’esprit qu’il a ouvert La Constantinoise à Sherbrooke il y a un peu plus de 4 ans. Un petit restaurant de 24 places avec une cuisine ouverte, propice aux échanges avec la clientèle locale. Le chef propriétaire explique: «Au début, j’ai commencé avec un menu plus prudent, avec des plats traditionnels, mais pas choquants pour le palais ou le cerveau». Au fil du temps – et grâce à ses encouragements –, les clients sont devenus plus aventureux, jusqu’aux enfants qui boudent désormais les frites pour leur préférer un fragrant tajine.

Un métissage de saveurs

Tout en restant proche de ses racines, Imed a découvert avec une curiosité insatiable les produits du terroir de son pays d’accueil, comme la canneberge et le sirop d’érable. En plus des mets traditionnels, sa table d’hôte propose désormais certaines créations qui fusionnent les techniques de la cuisine algérienne, italienne, française et québécoise, comme son gigot d’agneau mariné servi sur une purée de pommes de terre douces ou son magret de canard et coulis de canneberges servi sur un masfouf, un couscous sucré très nutritif préparé pendant la période du ramadan.

Si ces délices piquent votre curiosité, vous avez tout intérêt à visiter La Constantinoise rapidement: Imed prépare son déménagement vers Ottawa avec sa femme et ses enfants pour 2020.