Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Amener la montagne de Bromont à Montréal
Histoires

Amener la montagne de Bromont à Montréal

Edgar Hyperlodge est arrivé à Montréal et a choisi la rue Saint-Denis, en plein cœur du Quartier latin, pour amener l’esprit de la montagne dans la métropole. Son concept pas comme les autres fait de lui un établissement vraiment particulier…

Plus besoin d’avoir skié toute la journée sur les flancs du mont Brome ou d’avoir fait de la randonnée sur le mont Gale pour se relaxer au Edgar Hyperlodge autour d’un bon feu, un verre de bière en main. Il est désormais possible de retrouver à Montréal depuis mars l’espace convivial, chalet-chic et chaleureux de la brasserie.

«Compte tenu du succès qu’obtient le Edgar à Bromont et de l’expertise qu’avaient les propriétaires dans de nombreux bars montréalais, il allait de soi qu’un Edgar Hyperlodge prendrait vie à Montréal», explique la coordinatrice du projet, Véronique Pagliericci Hauteclocque. «Ce sera un retour aux racines pour les Montréalais qui avaient connu la formule Hypertaverne et un vent de chaleur et de réconfort pour ceux qui ont déjà mis les pieds dans l’établissement de Bromont», ajoute Nicolas Robillard, copropriétaire.

Pour la petite histoire, l’autre copropriétaire, Christian-Martin Proulx, rappelle qu’à l’époque, lorsqu’ils ouvrent l’établissement sur l’avenue du Mont-Royal, l’idée était de «revamper les vieilles tavernes», un peu à la sauce anglaise. «On offrait une sélection de vins et de fromages, et on travaillait avec des microbrasseurs du Plateau. Notre passion pour la bière est un peu venue de là», raconte-t-il.

Pour les fondateurs, le rêve de brasser leur propre mousse semble pendant longtemps inaccessible. «Ça nous a semblé possible lorsqu’en 2012, on a eu l’opportunité de faire l’acquisition d’une brasserie à Bromont», se souvient Christian-Martin. Avec cette passion naît aussi l’idée d’offrir une brasserie qui fait un peu penser aux chalets des bas de pistes de Whistler. «On est aussi des sportifs dans l’âme. Avec la bière, ce sont des passions qui nous animent», poursuit-il.

Activités variées et bières de Bromont

Dans la nouvelle succursale de Saint-Denis, l’équipe mise donc sur un décor similaire, fait de banquettes confortables et de bois de cerf qui parent les murs. «Le local de Saint-Denis nous a interpellés avec sa conception particulière sur deux étages et on a décidé d’y amener des éléments du Edgar Hyperlodge de Bromont, comme le feu rassembleur», explique Christian-Martin.

L’équipe met aussi le paquet sur sa programmation variée, qui existe déjà au Edgar Hyperlodge de Bromont. Les activités y sont nombreuses: DJ, week-end après-ski autour du feu sur la terrasse avant, shows case les lundis et soirées quiz durant lesquelles l’animateur se fait un plaisir de confisquer les cellulaires des participants. Les gagnants se voient récompensés en pichets de bière à chaque ronde. Jusqu’à 100 personnes pourront profiter de ce nouvel espace. La succursale du Quartier latin offre également trois terrasses, dont une ouverte et une autre disponible pour des réservations lors d’événements privés.

Mais surtout, l’équipe compte bien gâter les clients avec ses bières brassées à Bromont : de bonnes West Shefford blondes, rousses, IPA ou noires. Parmi elles, «Cette sorte-là», une blonde d’été rafraîchissante, au nez fruité et subtil, «L’autre sorte», une rousse légèrement fruitée avec des notes rôties et crémeuses et un petit arrière-goût de noisettes, ou encore la «Brassée de blanc», une blanche de tradition belge aux notes fruitées, épicées et quelque peu surettes. «Dernièrement, on a fait une mixture à la camerise. On l’a baptisée la «Mont Rose». Elle est comme les autres, accessibles à tous grâce à notre modèle d’affaires», poursuit Véronique.

Sur les ardoises, la brasserie offre des plats cuisinés à la bière (évidemment!) et les incontournables des pubs: frites maison, pogos, nachos, burgers et tartares, mais aussi des plats plus élaborés comme des rouleaux impériaux au canard confit, et même de quoi réjouir les végétariens avec un tofu général Tao servi sur un nid d’épinards, de fèves germées, de carottes et de daikon.

Faire des employés des patrons

Si l’établissement de Bromont a connu un franc succès ces dernières années, c’est justement parce que les propriétaires comptent sur l’authenticité. «Nous ne voulons pas nous prendre trop au sérieux et proposer nos coups de cœur un tonneau à la fois. Nos clients peuvent arriver après le travail sans s’habiller outre mesure, et ils sont sûrs de trouver une ambiance chaleureuse lors des 5 à 7 comme des soirées», précise l’équipe.

Et il n’y a pas que le client qui est roi pour la direction de l’Edgar Hyperlodge. Les employés sont eux aussi chouchoutés. Sa devise: faire des employés des patrons! «Selon notre philosophie d’entreprise, nous cherchons toujours nos futurs partenaires à l’interne, souligne Véronique. Jean-François Beaulieu, notre chef cuisinier, est devenu avec les années chef propriétaire du Edgar Hyperlodge de Bromont. Rachel Martin, qui était gérante à Bromont, est devenue propriétaire de celui de Montréal. Maxime Rousseau, qui travaillait pour la brasserie West Shefford, a ouvert le Pub West Shefford. Moi-même, j’ai eu la chance de devenir propriétaire du Central West Shefford…»

On vous le disait, un concept vraiment à part!