Ne manquez rien avec l’infolettre.
Bistro Mimmo, la cuisine italienne à la sauce du chef
Histoires

Bistro Mimmo, la cuisine italienne à la sauce du chef

En reprenant les rennes du Bistro Mimmo en août dernier, Camillo Noorjalali est, pour la première fois, seul à la barre de son propre resto. Désormais libre d’exprimer toute sa générosité envers ses clients, il leur offre une cuisine italienne à la fois simple, authentique et de qualité. 

Après avoir officié deux ans derrière les fourneaux du Bistro Mimmo, Camillo Noorjalali est devenu l’an dernier propriétaire de ce restaurant italien situé dans le Vieux-Montréal. Il a éliminé les paninis du menu pour l’enrichir d’antipasti, de poissons frais et de viandes plus élaborées, qui côtoient pizzas et plats de pâtes traditionnels.

Né d’une mère italienne et d’un père iranien, Camillo Noorjalali a grandi en Italie, notamment à Rome et à Pérouse. C’est en Italie qu’il a fait ses débuts comme cuisinier avant de s’envoler pour le Canada au milieu des années 1980. Après un passage à Toronto, il a posé ses valises en 1993 à Montréal, où il a travaillé dans plusieurs restaurants italiens dont le défunt Pavarotti, qui était prisé des amateurs de cuisine italienne dans le Vieux-Montréal au milieu des années 1990, ou encore le Pasta Mia à l’Ile-des-Sœurs.

Donner sans compter

Au cours de sa longue carrière, Camillo s’est trop souvent heurté à des patrons ou à des associés pour qui la qualité n’était pas toujours la priorité. « Je fais tout à ma manière maintenant que je suis chef propriétaire », se réjouit-il. Depuis qu’il a pris la tête du Bistro Mimmo, il se démène pour proposer une cuisine goûteuse, composée le plus possible de produits frais, de saison et locaux. Cela constitue une évidence pour ce chef qui y voit une marque de respect pour les produits, mais aussi pour la clientèle.

« On travaille fort pour nos clients, pas pour nous. On veut leur offrir de la qualité, dit-il. On prépare avec soin nos plats, on fait notre propre pain foccacia et on n’hésite pas à dépenser plus pour avoir une bonne huile d’olive par exemple. » La table d’hôte est renouvelée chaque semaine et le restaurant propose un menu du jour différent chaque jour. « Je me laisse guider par les saisons », explique le maître des lieux.

Focaccias et tomates séchées maison

En plus de confectionner quotidiennement des focaccias à l’huile d’olive et à l’ail, qui remplacent le classique pain déposé sur les tables, le chef du Bistro Mimmo fait pousser ses herbes sur le comptoir, et l’été il fait ses propres tomates séchées pour agrémenter les plats. Elles sont ensuite marinées avec de l’huile d’olive, de l’ail et des herbes afin de leur apporter de la saveur et du moelleux.

Autre signe de l’importance accordée aux produits de qualité, le Bistro Mimmo utilise du poulet de Cornouailles pour concocter son petti di pollo al limone, où le poulet est cuit dans une onctueuse sauce au citron et au romarin.

Son pari de mettre en valeur le poisson à la carte s’avère être un succès puisque le plat le plus populaire du menu est la morue à la sicilienne. Poêlé dans une sauce légèrement tomatée relevée d’ail, de vin blanc et d’olives noires, le poisson est servi avec des pommes de terre rôties au four et des légumes frais de saison. « Je suis content et fier de ce qu’on a réussi », se félicite Camillo au sujet de son restaurant.

Des assiettes pleines de saveurs et de couleurs

En plus de travailler le goût de ses créations culinaires, le chef accorde également une grande attention à la présentation des assiettes qu’il imagine comme des tableaux. « C’est la première impression que le client a du plat alors il faut que ce soit coloré et agréable pour les yeux », explique-t-il.

Côté décoration, le Bistro Mimmo a misé sur les toiles d’amis qui ornent les murs et de plantes naturelles pour donner une impression de fraîcheur faisant écho à celle de sa cuisine. « Montrer des plantes toutes belles, car on s’en est bien occupé, reflète l’attention portée à l’ensemble du restaurant », affirme le chef.

Au milieu des plantes s’activent des serveurs qui sont aux petits soins pour la cinquantaine de gourmands que l’établissement peut accueillir. Un service que Camillo souhaite aussi impeccable que sympathique. « Je suis très sévère avec le service! » La carte des vins élaborée l’été dernier va bientôt s’étoffer pour offrir une plus grande variété de bouteilles ainsi que davantage de vins locaux et de crus d’importation privée.