Ne manquez rien avec l’infolettre.
Petit marché devenu grand
Histoires

Petit marché devenu grand

Bien connu dans l’est de Montréal, notamment au sein de la communauté italienne, le marché des Halles d’Anjou est l’hôte de nombreux commerçants qui gagnent à être connus et dont le savoir-faire est digne des plus grands professionnels.

Construit en 1981, le marché des Halles d’Anjou a toujours été une place de rassemblement pour les familles du quartier. Déjà, à l’époque, l’aire centrale était remplie de manèges afin de permettre aux enfants de s’amuser pendant que leurs parents faisaient le plein de provisions. Aujourd’hui on retrouve encore cette ambiance familiale au marché, souligne Laura Cabrera, coordonnatrice marketing pour les Halles d’Anjou. Pour elle, l’endroit est vraiment synonyme de sortie familiale pour les gens du coin : « Il y a des commerçants qui sont là depuis plus de 30 ans et l’esprit familial est important pour eux. Ils ont grandi avec les Halles d’Anjou. »

Les événements familiaux occupent donc une place importante dans le marché, notamment les fins de semaine. Que ce soit à Pâques ou à l’Halloween, l’équipe derrière les Halles ne rate pas une occasion de penser aux petits. Animés par Bob le Chef, l’ambassadeur des Halles d’Anjou, les ateliers Petits cuistots sont certainement les plus courus de ces événements. Chaque mois, le sympathique chef permet aux enfants de 5 à 12 ans de s’initier à la cuisine dans la bonne humeur.

Des familles marchandes

Bien plus qu’un endroit familial, le marché des Halles d’Anjou est d’abord et avant tout une destination gourmande qui compte sur plus de 40 marchands et restaurateurs pour répondre aux besoins des plus fins palais. Quelques commerces présents depuis plus de 30 ans forment la colonne vertébrale de l’endroit. « Parmi nos piliers, on retrouve deux fromageries, deux boucheries, un producteur de pâtes fraîches, une boulangerie et une poissonnerie, où à l’époque les gens pouvaient pêcher leur poisson dans un bassin », explique Laura.

Pour les pâtes fraîches, direction Pastafresca, où le propriétaire Joe Arena offre son expertise depuis 1983. Sans agents de conservation, ses pâtes sont toutes fabriquées à la main avec des ingrédients naturels. On trouve une vingtaine de sortes différentes, qui vont des courtes aux longues en passant par les farcies. « Nos ancêtres viennent de toutes les régions d’Italie, ce qui nous permet de connaître les différents plats italiens », explique fièrement Joe, qui a tout appris de sa mère et de sa grand-mère, Italiennes d’origine.

Pastafresca offre aussi des sauces maisons typiques de l’Italie : alfredo, arrabiata, bolognaise, cardinale, gigi, napolitaine… Une des spécialités de la maison est le plat d’aubergines au parmesan, pour lequel tout le monde craque.

Pour ce qui est des fromages, le choix est vaste. Chez Cavallaro, par exemple, Mario Piccirelli se fait une fierté de proposer davantage que de la nourriture. « Je ne veux pas juste vendre un produit. Si quelqu’un achète une burrata, on lui donne dix recettes et façons de la préparer. Si on vend une huile d’olive, on ne donne pas une bouteille au hasard, on explique les différentes huiles et saveurs. C’est ça le plaisir de la table », explique Mario.

Le secteur du fromage s’est beaucoup développé au cours des 30 dernières années au Québec, mais la fromagerie Cavallaro a su s’adapter. « Même si on a un peu plus de choix de fromages qu’avant dans les épiceries, M. Piccirelli et son équipe réussissent tout le temps à aller chercher le fromage ou le produit qu’on ne peut pas trouver ailleurs », renchérit Laura.

À l’été et à l’automne, de nombreux producteurs maraîchers s’installent aussi à l’extérieur afin de vendre leurs fruits et légumes fraîchement récoltés. Là encore, la relation entre le marché et ses producteurs remontent à loin. « Plusieurs d’entre eux nous accompagnent depuis le début », raconte la coordonnatrice.

Midis pressés

Les nombreuses tours à bureaux situées à proximités du marché permettent en outre aux quelques restaurateurs présents de pouvoir compter sur une clientèle nombreuse… et affamée! « On a vraiment l’embarras du choix quand on vient manger aux Halles d’Anjou, assure Laura. Entre la pizzeria italienne, le restaurant de la poissonnerie Odessa, les souvlakis grecs, Villa Madina, Thaï Express, les hot-dogs européens, les pokés… Tout le monde peut y trouver son compte. »

Que l’on souhaite manger sainement ou un peu plus grassement, l’offre est suffisamment diversifiée pour satisfaire tous les palais.