Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Dièse Onze : sur une très bonne note
Place publique

Dièse Onze : sur une très bonne note

Les rythmes et mélodies sans contraintes nés de la Louisiane trouvent encore et toujours un terreau fertile dans la métropole. Voilà presque 15 ans que le Dièse Onze fait vibrer les mélomanes et concocte une programmation cinq étoiles. Le club s’impose assidûment dans le parcours des jazzophiles.

Cette oasis du jazz dans un décor bien caché se classe notamment dans la très sélecte liste des meilleurs clubs au monde de la prestigieuse revue américaine Downbeat. L’entrée, établie en contrebas de la rue Saint-Denis et dissimulée entre des commerces, donne le ton. À l’intérieur du demi-sous-sol, un éclairage tamisé et une atmosphère feutrée ajoutent au côté intimiste alors que la position centrale du bar, propice aux échanges, consolide sa convivialité. Cette salle aux allures de bar clandestin a un petit côté hors du temps.

La proximité entre le public et les musiciens, via la petite scène où trône un piano à queue, est incomparable, comme l’explique Gary Tremblay, propriétaire des lieux. «Les gens peuvent s’asseoir très près de la scène, comme s’ils faisaient partie du show. Il y a peu d’endroits où l’on a ce privilège.»

Planète des cuivres

Le Dièse Onze a tout pour rallier les cœurs et séduire par sa musique live offerte chaque soir. Le lieu tient la cadence avec une programmation à forte majorité jazz, mais dont le souffle funk et soul imprègne aussi les murs.

Ici, l’esprit de découverte se fait sentir avec les jam-sessions et des rendez-vous ponctuels. Chaque mardi par exemple, les Big Band sont à l’honneur avec 18 musiciens sur scène. De retour dès juin, les soirées Soul Therapy qui se déroulent sous le signe du groove et de l’improvisation seront animées par le collectif The Brooks. Mention spéciale à Aaron Parks-Little Big, qui viendront pour la première fois à la mi-juin au Dièse Onze, eux qui sont habitués à jouer dans des salles de plus grande envergure.

La fleur du jazz 

La clientèle variée et mélomane est autant attirée par la qualité des prestations que par la sélection de vins et de bières ainsi que le menu de plats fins (tapas, salades, grillades et pâtes). Ainsi, chaque soir, on se laisse envahir par les sons du piano, de la contrebasse, de la guitare et du saxophone en sirotant un verre et en prenant une bouchée. On se sent tout à coup transporté dans le New York de John Coltrane. «C’est de l’amitié, de l’amour, de la passion, note M. Tremblay. C’est ce qui fait la signature du club. Les clients savent qu’ils vont y trouver une qualité musicale, d’ambiance et culinaire.»

C’est une tradition vivante et vibrante qui se goûte dans l’authenticité et le plaisir, que ce quartier général du jazz à Montréal.