Ne manquez rien avec l’infolettre.
Les Frères de la côte : un boum d'amour
Place publique

Les Frères de la côte : un boum d’amour

Philippe Dehaye déborde d’amour. Pour ses clients. Pour ses employés. Pour son métier. Petit déjà, il aimait sincèrement les gens, inspiré par son père restaurateur qui les adorait aussi. « J’aime aimer. C’est tellement important, on n’a qu’une vie! »

Le succès d’un restaurant se trouve dans chaque petite attention accordée au client, comme s’il s’agissait de servir la personne que l’on aime le plus au monde. C’est en tout cas ce que croit fermement Philippe Dehaye, le propriétaire des Frères de la côte, bistro d’inspiration française situé à Québec. « Ma réussite, c’est de rentrer chez moi le soir et de me dire que j’ai rendu le plus de personnes heureuses possible. La bouffe n’est qu’un prétexte pour avoir du contact humain. » 

Pour Philippe, un bon patron est un chef d’orchestre avec de bons musiciens. « Chaque employé doit être dans la bonne chaise afin d’être aussi heureux que performant. » Pour lui, l’amour du métier veut aussi dire ne pas compter ses heures, être présent pour son équipe, bâtir des ponts entre les générations, et demeurer toujours au petit soin avec la clientèle. 

« Nous sommes des psychologues : on se met dans l’assiette de chaque personne. On redouble d’attentions. Même si une seule personne sur dix le remarque, ça vaut la peine. Cela fait une différence pour tout le monde : celui qui reçoit, mais aussi celui qui donne. »

1- Kathleen Duchesne : « une aura particulière » 

Femme déterminée, Kathleen est aux côtés de Philippe depuis la première journée. Ça fait 26 ans qu’ils travaillent ensemble, et encore aujourd’hui il leur arrive de se retrouver le matin et de savoir exactement ce que l’autre pense. « Elle a traversé vents et marées, a travaillé au contact de toutes les générations – des boomers aux milléniaux -, a connu les succès, les pénuries d’employés, les états d’âmes de toutes et de tous, mais malgré tout, elle a toujours su conserver l’amour de son métier. Elle est non seulement une confidente et une complice mais aussi une grande source d’inspiration pour moi. » 

2- Le chef Jason O’Keefe : discipline et passion 

Ce grand passionné, minutieux et talentueux, travaille avec Philippe depuis près de deux ans. Ses mots d’ordre? Propreté, rangement, méthode. Pour Philippe, un bon chef est comme un père de famille. « Il aime tous ses enfants de la même façon et il est là pour chacun d’eux. C’est important d’être présent et d’écouter les gens avec qui on travaille, d’essayer de faire les ponts entre les générations. Jason se met la barre très haute, il se lance de grands défis. S’il est un bon leader, c’est parce qu’il sait aussi bien apprendre qu’écouter. » 

3- Le gérant Enrico Loof, un homme de confiance  

Travailleur et disponible, Enrico fait le lien entre chaque individu. Il parle à tout le monde,  il aide, il reste à l’affût de tout ce qui se passe. Et ce depuis une quinzaine d’années. « C’est mon meilleur ami », dit simplement Philippe. Bourreau de travail, Enrico comprend toujours ce qu’il est nécessaire d’améliorer pour amener le restaurant à un niveau toujours supérieur. Avant tout, c’est un homme de confiance. « Ce genre de relation se bâtit dans la communication, avec moi et avec les clients. Il a le désir de leur faire plaisir, même quand je ne suis pas là pour le voir. Il fait preuve de beaucoup d’humilité. »