Ne manquez rien avec l’infolettre.
Casa Calzone, un classique de Québec à l'ombre du Centre Vidéotron
Place publique

Casa Calzone, un classique de Québec à l’ombre du Centre Vidéotron

Il y a ces restaurants qui apparaissent avec les modes culinaires pour disparaître quelques années plus tard, et ceux dont le concept éclaté fascine quelque temps avant de perdre de son intérêt. Puis il y ceux qui, comme le Casa Calzone, sans faire de bruit, s’imposent comme classique dans leur genre. Jamais imité, le palais du calzone fait le bonheur de ses clients depuis vingt ans, comblant tant les habitués que les touristes de passage.

Le succès du Casa Calzone se trouve d’abord, et ce n’est un secret pour personne, dans l’assiette. C’est le calzone, mais attention, pas n’importe lequel, insiste Richard Gauvreau, propriétaire du restaurant : « À l’origine, le calzone traditionnel n’est qu’au jambon, servi avec du fromage ricotta. Nous, on l’a complètement revisité. Et nos calzones sont toujours servis bien gonflés, faits frais à la main. Chaque calzone est un travail individuel en soi et, à ma connaissance, on est les seuls à travailler le calzone de cette façon ».

Il suffit en effet de parcourir le menu pour réaliser que la tradition italienne a été abandonnée bien loin derrière. Le Flambé au cognac, le Fruits de mer, le Pulled Pork, le Suisse et le bien nommé L’infarctus sont quelques-uns des choix originaux qu’offre l’établissement. Liste à laquelle s’ajoute, douze fois par an, un calzone du mois. « Au départ, c’était pour permettre à mon équipe en cuisine d’avoir du fun, c’était un peu notre laboratoire, mais là on ne peut plus arrêter parce qu’on a développé une clientèle qui revient spécifiquement pour notre calzone du mois », explique Richard.

Intimité à l’abri des feux de la rampe

L’autre grand avantage du Casa Calzone se trouve, ironiquement, dans son emplacement un peu excentré. Loin de l’agitation de la Grande Allée ou des tables tendance de Saint-Roch, le restaurant du Vieux-Limoilou offre une intimité très appréciée de sa clientèle. « C’est un endroit super cozy, intime, chaleureux. Ce n’est vraiment pas la place pour être vu ou reconnu. On est une adresse un peu particulière, un peu underground, analyse Richard. J’ai des clients qui conduisent quinze kilomètres pour venir manger ici. »

Et le restaurant étant à un (puissant) jet de pierre du Centre Vidéotron, on s’y arrête avec plaisir pour s’armer l’estomac avant un spectacle endiablé ou un match des Remparts. Réservez vite !