Ne manquez rien avec l’infolettre.
Marjane : plus qu'une épicerie, un oasis de prêt-à-manger
Place publique

Marjane : plus qu’une épicerie, un oasis de prêt-à-manger

Cette adresse de Québec propose bien plus qu’une boucherie halal et des produits importés du Moyen-Orient : son offre en plats cuisinés attire les amateurs de toute la ville.

Que ce soit pour manger sur place dans ce restaurant de Saint-Sacrement, apporter à la maison ou savourer en formule-traiteur, les créations de chef Hicham témoignent de la vingtaine d’années qu’il a consacrées au développement de ses recettes.

Des plats goûteux

Sa grande fierté? «Mon couscous royal», répond-il sans hésiter. Avec ses notes de coriandre,  curcuma et cannelle, il ne laisse personne indifférent. «Le secret est la cuisson lente. Il faut prendre le temps de faire revenir le mélange d’épices dans l’huile, de blanchir les légumes… Plus tu prends du temps, meilleur ce sera!» Le fait que ce couscous soit notamment servi avec des merguez maison n’est sans doute pas étranger au succès de cette création.

Au menu, on retrouve également une sélection de tajines, dont le tajine au poulet, citron confit du Maroc et olives, parfumé au gingembre. Celui au pruneaux, sucré et salé, promet aussi des délices uniques. «À la base on l’offre avec du bœuf, mais on peut aussi le servir avec de l’agneau du Québec.» Et il faut absolument mentionner les sandwichs chauds, servis avec des frites croustillantes: shishtaouk, shawarma, kefta, kebab et même shawaburger.

Ces copieux plats principaux se complètent d’une variété d’entrées (taboulé, hummus artisanal, aubergine grillée, comptoir à salades) et de desserts traditionnels (baklava au beurre et gâteaux marocains aux amandes)… Bien sûr, l’incontournable thé à la menthe fraîche est aussi servi tous les jours.

En mode découverte

Hicham note d’ailleurs une certaine évolution dans les préférences de sa clientèle au fil des ans, notamment grâce à la présence d’immigrants qui ont amené avec eux le meilleur de leur culture alimentaire. «À l’époque, les Québécois me demandaient si les plats étaient épicés avec une certaine crainte. Maintenant, ils veulent la harissa, que ce soit un peu piquant. Ils aiment découvrir de nouvelles choses!»

Le volet de prêt-à-manger de son établissement a pris un tel essor qu’il a effectué des changements radicaux dans l’aménagement afin de consacrer plus d’espace à ses petits plats mitonnés avec soin.