Ne manquez rien avec l’infolettre.
Le pâtissier Patrice Demers au Mesón
Place publique

Le pâtissier Patrice Demers au Mesón

Ça fait déjà plus d’un an que le restaurant espagnol accueille un chef invité, tous les premiers jeudis du mois. En février, ce sera un grand pâtissier : Patrice Demers.

Mesón a déjà tenté l’expérience d’allier les talents de la cheffe-propriétaire, Marie-Fleur St-Pierre, avec un pâtissier en janvier, et il récidive le jeudi 6 février. Bien connu pour son établissement Patrice Pâtissier, Patrice Demers s’est créé un nom dans le milieu de la gastronomie montréalaise. En 2018, son talent est souligné par Les Lauriers de la gastronomie, où il reçoit le prix du chef pâtissier de l’année.

Lors d’une entrevue, il confiait alors que c’est grâce au chef Normand Laprise (Toqué!) qu’il a décidé de se lancer dans ce métier. Encore aujourd’hui, il est surtout inspiré par des chefs plutôt que des pâtissiers. Il n’hésite pas à ajouter des ingrédients surprenants à ses desserts, comme des champignons sauvages et du sarrasin…

Que réserve-t-il pour le 6 février ? Surprise, car le menu ne sera dévoilé que quelques jours avant l’événement et sera disponible sur la page Facebook de Mesón. « Ils vont préparer ensemble un menu inspiré d’une région spécifique de l’Espagne. C’est un vrai travail de collaboration. C’est le chef invité qui choisit la région, car on aime que la cuisine soit représentative de ce qu’il fait », explique Victor Afonso, copropriétaire de Mesón et Tapéo.

Pleins feux sur Valence

Pour février, c’est la belle Valence qui sera ainsi à l’honneur. Région qui a vu naître la paella au 18e siècle, où l’on peut aussi y déguster de la horchata de chufa, une boisson à base de lait de souchet, une plante parfois appelée « amande de terre ». On y trouve aussi l’all i pebre, un ragoût à base d’anguilles et, côté sucré, le turrón, une préparation à base d’amandes, de miel, de blanc d’œuf et de sucre.

Pour le copropriétaire, ces rendez-vous sont une occasion unique pour les clients de rencontrer un chef célèbre dans un contexte particulier et plus décontracté. « Le chef va en salle discuter avec les clients, c’est convivial », poursuit Victor. Jamais à court d’idées, le copropriétaire compte aussi organiser un nouveau « marché », mais au Tapéo, situé dans Villeray. « On en a fait un premier à Noël qui a eu beaucoup de succès. On va réitérer l’expérience pour Pâques cette fois-ci, et proposer des produits qui correspondent à cette saison… »