Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
La Fenouillière : du beau, du bon, du vrai
Suggestions du chef

La Fenouillière : du beau, du bon, du vrai

La Fenouillière continue d’élaborer sa définition de la cuisine évolutive, axée sur les produits régionaux et de saison, interprétée avec goût et avec cœur grâce à ses 30 ans de savoir-faire gastronomique dans le secteur de Sainte-Foy.

Histoire de rester dans l’air du temps, l’équipe traque les tendances alimentaires pour concevoir les mets les plus alléchants, du déjeuner au souper. «On fait les brunchs, mais on sert aussi le déjeuner tous les matins de semaine», rappelle le propriétaire Steeve Morin. En réponse aux demandes du marché, la fine cuisine de la cheffe Anne-Marie Boissonnault et de sa seconde Valérie Gagnon s’accompagne pour sa part de plus en plus de vins d’importation privée.

Voici ce qui anime en ce moment l’équipe de La Fenouillière:

Chef-d’œuvre salin

Dans la lignée des plats à partager, la brigade souligne cette année la saison chaude avec une somptueuse assiette de poisson et de fruits de mer du moment, baptisée «Le péché du pêcheur». Trouvant un équilibre entre le chaud et le froid, tempura, coquillage, gravlax, calmar, pieuvre et homard invitent les gourmands à un véritable festin marin. Cette création assortie de sauces et de légumes cuisinés attire l’œil autant qu’elle ravit les papilles, assure Steeve: «La réaction? C’est le wow! Ça attire une nouvelle clientèle qui ne prendrait pas nécessairement ça, mais ça accroche beaucoup. On croit que ça représente vraiment notre Fenouillière 2.0.»

Bon à s’en lécher les doigts

Un des secrets les mieux gardés de La Fenouillière est le boudin maison, issu de la recette du chef Yvon Godbout, qui a attiré l’attention du Club Lions Sillery/Sainte-Foy. Son «Club Boudin» collaborera à l’automne avec le restaurant pour la réalisation d’un événement thématique mettant en valeur son interprétation de cette charcuterie maison. «Notre boudin à base de sang de porc a une texture moelleuse. On le sert sans boyau, le plus souvent avec une sauce légèrement sucrée, à base de baies ou de porto par exemple.» Qu’il le serve avec l’assiette de cassoulet au déjeuner, en solo le midi ou en bouchée apéritive le soir, Steeve s’attend à ce que la spécialité de la maison séduise les amateurs les plus exigeants.

Le cœur à la cause

Saviez-vous que le 12 juin dernier, La Fenouillière a tenu un événement gastronomique afin d’amasser de l’argent pour la lutte contre la sclérose en plaques? Il s’agit d’un dossier très personnel pour Steeve, puisque son ex-femme en est atteinte. Au moment où il a repris l’entreprise, il a décidé de mettre à profit l’extraordinaire plateforme que représente un établissement de restauration pour soutenir la recherche avec un programme de dons mensuels. Le repas-bénéfice a été une manière de faire encore un peu plus. «La médecine est en voie de solutionner le problème, mais pour ça, il faut continuer de financer la recherche. Un événement permet bien sûr de ramasser des sous à court terme, mais aussi de médiatiser la cause…»