Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Alim-Pôt : la tradition bouchère
Visite

Alim-Pôt : la tradition bouchère

Au sein de leur commerce établi depuis plus de 20 ans au cœur du Plateau-Mont-Royal, les frères Antonio et Johnny Vellucci, Robert Garcia et Johnny Nardelli perpétuent l’art de la boucherie et la métissent aux couleurs de Montréal. Nous nous sommes rendus à leur rencontre pour découvrir leurs meilleurs produits.

Lorsqu’en 1999 Antonio et Johnny Vellucci et Carlos Valentin et Robert Garcia quittent la Boucherie Saint-Laurent, devenue trop grande, pour fonder leur propre entreprise, ils sont déjà des spécialistes de la viande et des gibiers.

«Vingt ans plus tard, on travaille toujours à l’ancienne, confie Robert. Nous ne faisons pas venir ici des animaux en boîte, mais en entier, pour les travailler du museau à la queue.» Ce savoir-faire a fait d’Alim-Pôt une institution auprès de nombreux particuliers, mais aussi auprès de 200 restaurants attachés à la qualité des produits sur place.

Alim-Pôt dispose cependant d’une autre corde à son arc: celle de pouvoir offrir des coupes et des produits propres à plusieurs traditions culinaires. Une richesse que la boucherie partage avec les Montréalais de toutes les origines.

La meilleure picanha

Incontournable au Brésil et de plus en plus populaire au Québec, la picanha est un gros morceau de culotte de bœuf que l’on saisit sur le grill du côté gras et que l’on cuit ensuite une vingtaine de minutes de manière indirecte. «C’est une viande de choix que nous prenons sur l’animal avant toutes les autres», explique Robert, qui a été formé à cette tradition bouchère dans les années 90 par un collègue. Il n’est d’ailleurs pas le seul à l’apprécier, puisque une bonne partie de la clientèle du week-end d’Alim-Pôt est d’origine brésilienne.

Coupes françaises et canadiennes

On a souvent tendance à les différencier mais elles se ressemblent, selon le boucher qui attendrit toutefois ses coupes françaises. Chez Alim-Pôt, on les trouve sous toutes leurs formes: jupe, rosbif, filet mignon, araignée, tournedos, brisket, blanquette… Il y a l’embarras du choix! «Nous proposons beaucoup de coupes originales et des viandes vieillies pendant 90 jours, ce qui attire ici des Canadiens, des Européens, des Africains et des Haïtiens», commente fièrement le boucher.

Les produits qui comptent

Alim-Pôt est sans conteste une boucherie d’exception. Mais son univers ne se résume pas à la viande, puisque l’on peut y trouver tout ce qu’il faut pour l’apprêter, comme des huiles d’olive du Portugal, du sel spécial pour la picanha et des épices. Le volet épicerie comprend aussi une sélection de salaisons et de charcuteries, ainsi que des fromages québécois et importés, dont des raretés brésiliennes comme le Requeijão. Enfin, pour les amateurs, les bouchers préparent directement sur place une gamme de saucisses (merguez 100% agneau, chorizo, saucisses brésiliennes, etc.) et quelques brochettes et hauts de cuisses marinés.