Ne manquez rien avec l’infolettre.
La Fenouillière: l'élégance en action
Visite

La Fenouillière: l’élégance en action

Porte-étendard de la fine cuisine dans le secteur de Sainte-Foy, La Fenouillière assume avec fierté son approche nappe blanche et son souci marqué pour la qualité des produits. Mais à rebours de l’idée répandue que l’élégance serait intemporelle, le restaurant est conscient de l’importance de se mettre constamment à jour afin d’offrir une expérience attrayante. 

Espaces revampés, menus revisités, photos refaites: rien n’est laissé au hasard! Voici un aperçu des chantiers qui ont mobilisé l’équipe dernièrement.

Une salle de banquet au goût du jour

Rénovée au printemps dernier, la salle Saint-Louis a été modernisée afin d’offrir un espace élégant et convivial aux groupes jusqu’à 64 personnes. Située au sous-sol du restaurant, elle dispose maintenant d’une ambiance plus intimiste. Afin de rehausser son caractère chic, on a installé des chaises à dossier haut et un bar roulant qui permettent aux convives de profiter d’un service rapproché. Ils bénéficient aussi d’un accès exclusif au lobby attenant, doté de tables hautes parfaites pour l’apéro, ainsi que de divans où il fait bon relaxer. «Dans ces espaces, nous avons cherché à maximiser le confort!», indique le propriétaire Steeve Morin, satisfait que ces travaux aient pu être exécutés avant la période des fêtes.

Des déjeuners sous les feux des projecteurs

Ouvert dès 6h30 en semaine et à compter de 8h les fins de semaine, le restaurant La Fenouillière offre des déjeuners signature et un menu brunch qui font la part belle aux grands classiques: œufs béné, crêpe, omelette, assiette continentale… Lors d’un tout récent shooting, le photographe avait reçu le mandat de mettre en valeur ces assiettes et de faire découvrir aux clients certaines créations originales comme le «gâteau» aux carottes: «Il s’agit en fait d’un pain doré en croûte de noix de Grenoble, garni d’une marmelade à la carotte et à l’orange et d’un sirop à la cannelle», précise Steeve. Cependant, un plat n’a pas été pris en photo: le délicieux cassoulet rehaussé de canard confit et de boudin, 100% maison. «Il est délicieux, mais malheureusement pas si photogénique.»

Le nouveau Péché du pêcheur

Le plat vedette de l’été, une assiette de poissons et de fruits de mer à partager baptisée Le Péché du pêcheur, subit une transformation pour l’automne. Exit les gravlax et tartares: on fait de la place pour le homard. Toujours accompagné de pétoncles poêlés et d’huîtres sur écaille, il sera complété d’une sélection de produits frais du marché comme des moules ou des palourdes. «Nous l’offrirons à compter de la mi-septembre. C’est une assiette qui demande beaucoup de soin en cuisine car elle exige plusieurs petites manipulations. Par exemple, nous prenons le temps de décortiquer le homard afin que nos clients puissent se contenter de le savourer.» Assurément une bonne idée pour épargner les chemises!