Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Restaurant Zélé : une cuisine riche mais simple
Visite

Restaurant Zélé : une cuisine riche mais simple

La petite histoire de ce restaurant ne manque pas de charme. C’est en 2013 que Justin Lemieux a cofondé l’établissement avec Vanessa Julien-Picard. Les deux tourtereaux se sont connus lors de leur cours de cuisine à Québec; ensemble, ils ont rêvé un projet de vie qui leur permettrait de trouver un équilibre entre leur passion pour la restauration et leur désir de fonder une famille…

Ils ont démarré leur bistro français en se donnant pour mission de préparer pour leurs clients les plus beaux produits locaux, en toute convivialité. «On ne voulait pas tout déconstruire et réinventer, on souhaitait surtout créer un lieu où passer un bon moment.» La vision s’est transformée en beau succès régional un petit projet à la fois, dans cet espace qu’ils ont aménagé eux-mêmes au son d’Elton John, Claude Dubois, Eric Clapton… et même Hubert Lenoir.

Un emplacement idyllique

Installé dans un ancien magasin général datant du début des années 1900, sur le chemin Sainte-Flore, le Restaurant Zélé incarne tout le charme de ce petit coin de Mauricie situé au nord de Shawinigan. «C’est vraiment un beau secteur, affirme Justin. Il y a plein de lacs autour. Nous nous trouvons entre les deux entrées du Parc national de la Mauricie. C’est un lieu très couru dans le temps des couleurs.» Et cela n’est pas surprenant! L’offre commerciale regroupée sur cette artère en fait en une véritable destination épicurienne.

La richesse du terroir québécois

L’une des sources les plus tangibles d’inspiration pour Justin et son complice en cuisine, Benoît Monjeau, est le fruit du labeur des producteurs et artisans locaux. «Nous travaillons avec la Ferme Caron, un fromager situé à 20 minutes de notre restaurant. Nous achetons chez lui fromage de chèvre frais, feta et miel.» Lapin de Saint-Tite, légumes frais biologiques des Petites Terres Maraichères et des Jardins de l’Apothicaire, abondance de champignons sauvages: les petits trésors culinaires qu’ils débusquent sont mitonnés avec tout le soin du monde.

Quelques incontournables

Après plusieurs apparitions au menu, il est devenu incontournable: l’arancini farci au chèvre frais, façonné avec un riz crémeux aux champignons sauvages – chanterelles tube, armillaires ventrus et entolomes aux dernières nouvelles… Comme si ce n’était pas assez, il est surmonté d’une tranche de foie gras poêlé et rehaussé d’un soupçon de miel. «Le riz n’est pas cuisiné exactement comme un risotto. Il est plutôt cuit à la grande eau comme des pâtes, puis monté avec une sauce à part, ce qui nous permet de contrôler la densité. Je suis allé en Sicile récemment, le pays de l’arancini, et c’est la méthode la plus répandue!»

Tout aussi populaire, le ravioli à la courge Red Curry, assorti de pétoncles de l’Atlantique et de coppa de la Ferme Turlo, se déguste avec une sauce à base de fumet qui exhale les arômes de la Safrana, la safranière locale. Au dessert, la rencontre improbable d’un affogato et d’un morceau de tarte au sucre aura fait tourner bien des têtes… Peut-être la vôtre aussi?