Ne manquez rien avec l’infolettre quotidienne.
Torii Izakaya: la buvette japonaise gourmande et décontractée
Visite

Torii Izakaya: la buvette japonaise gourmande et décontractée

Ouvert en juillet 2018, Torii Izakaya s’est vite imposé comme l’antre des gourmands de Québec. Malgré la consonance plutôt nipponne de son nom, l’établissement ne s’est jamais réclamé d’une quelconque authenticité. 

Au fil des plats créés, la cheffe Alexanne Grenier et son partenaire en cuisine, Lucas Drapeau, ont mis des mots sur un processus intuitif, né d’un désir de liberté. «On sert une bistronomie moderne, alliant la cuisine française à des éléments de la cuisine japonaise.» Cette approche sans rigidité lui permet aussi de travailler avec les plus beaux produits du terroir plutôt que de s’en tenir au répertoire d’ingrédients nippons. C’est ainsi qu’une tarte Tatin à la pêche se retrouve couronnée d’une glace caramel et miso, au grand bonheur des papilles aventureuses…

Déconnexion décontractée

En contraste avec l’approche Instagram de sa salle à manger, le Torii a d’abord été conçu comme un lieu urbain et festif, où il fait bon déconnecter… «C’est pour ça que nous avons choisi des couleurs sombres. Ça crée une bulle feutrée et décontractée, avec quelque chose d’intemporel», explique Alexanne. Le lieu s’avère aussi être un écrin parfait pour des accents bien choisis: des toiles aux teintes pastel de l’artiste Phelipe Soldevila, de luxuriantes plantes naturelles de Folia Design et le coloris des céramiques qui mettent en scène les affriolantes créations culinaires de l’établissement, servies sous la supervision feutrée d’Isabelle Tremblay, responsable de la salle à manger.

Découvertes à partager

Dans l’esprit d’une buvette japonaise, Torii a décidé de mettre résolument le cap sur le concept d’assiettes à partager, avec un menu fixe enrichi par une ardoise éclatée. «C’est là qu’on s’amuse beaucoup, avec une approche plus saisonnière et selon les arrivages», précise la cheffe. «On s’assure d’avoir toujours un poisson, une viande, un plat végétarien et un dumpling du moment.» En ce moment, on y retrouve par exemple les dumplings à l’agneau, servis avec un baba ghanouj à l’ail noir et au miso et parsemés d’avelines grillées, ainsi qu’un tataki de cerf assorti d’ingénieuses déclinaisons de betterave, dont la betterave longue laquée au sweet miso.

Le saké sous toutes ses formes

Avec une carte d’importations privées élaborée en collaboration avec l’agence L’Eau et le Riz, Élise Caron, qui prête son palais complexe à l’exercice, vise à offrir qualité et exclusivité tout en demeurant abordable. «Cet été, nous proposions des sakés frais et froids, mais avec l’arrivée de l’hiver nous allons aussi proposer deux sakés chauds servis à une température parfaite grâce à nos thermocirculateurs», souligne la cheffe.

Grâce à de nouveaux verres, un format modéré de 3 onces permettra aux clients d’approcher la sélection haut de gamme sous l’angle de la dégustation. Ajoutez à cela des sakés aromatisés et des cocktails à base de saké, et vous obtenez l’une des expériences les plus complètes qui soient en la matière à Québec! Et pour ceux qui n’ont pas encore vécu leur coup de cœur pour cet alcool, une gouleyante sélection de cocktails signés Juan David Molina Velasco, de vins d’importation et de bières locales promet d’épancher toutes les soifs…