Ne manquez rien avec l’infolettre.
Profession : passionné de l'alimentation
Visite

Profession : passionné de l’alimentation

La Fruiterie du Plateau, située rue Roy à Montréal, célébrera ses 40 ans en septembre prochain. Fondée par un p’tit gars du coin en 1980, elle est devenue au fil du temps un incontournable du quartier. 

À l’été 1980, Christian Cousineau a 21 ans et 2000 $ d’économies en poche. C’est suffisant pour se lancer en affaires et le jeune homme rachète le fleuriste installé au 515 rue Roy Est afin d’y ouvrir une fruiterie. Débute alors une longue épopée pour ce passionné de l’alimentation. Ce ne sera toutefois pas un long fleuve tranquille : en 2001, le propriétaire vend son commerce afin d’explorer de nouvelles avenues. Mais il regrette aussitôt. « Deux mois plus tard, je me suis rendu compte de mon erreur », se souvient-il.

Il roule sa bosse dans le secteur de l’alimentation jusqu’au printemps 2019. C’est alors qu’il constate que la Fruiterie du Plateau est à vendre. La décision se prend rapidement : Christian est de retour aux commandes! « Je suis dans l’alimentation depuis que je suis capable de marcher. C’est dans mon ADN », indique-t-il. Sa famille possédait en effet une petite épicerie dans les années 50 et 60.

Depuis près d’un an, le propriétaire s’affaire à réinsuffler sa passion dans son commerce, qu’il appelle affectueusement son « bébé ».

Un curieux qui travaille pour les curieux

« La symbiose entre mes clients et moi est parfaite, confie Christian. Les gens du Plateau sont des curieux de nature. On vend un service, en fait. Notre spécialité, ce sont les petites trouvailles… J’appelle ça les trouvailles du patron! » Le propriétaire raconte avec excitation comment, en décembre dernier, il a mis la main sur une variété rare : des oranges chocolat. « Je me suis dit que mes clients allaient capoter! ». Une autre fois, il a trouvé des mains de Bouddha, une variété asiatique de cédrat, un agrume aromatique.

La majorité de ses fournisseurs n’ont pas changé depuis 1980. Des relations qui sont importantes pour l’entrepreneur : « Je vais au marché choisir les plus beaux fruits, j’adore ça! J’ai trouvé ma destinée jusqu’à la mort », lance-t-il en riant.

Miser sur le vrac

Christian n’est pas juste un passionné, c’est aussi un homme de son temps. « Dès que j’ai repris le magasin, j’ai mis sur pied une politique de réduction des déchets », explique-t-il. Fini le suremballage, fini les « infâmes » barquettes bleues à champignons et autres emballages faits de styromousse. Place au vrac!

Les fruits et légumes sont maintenant présentés dans des casseaux de bois ou de carton. Une fois à la caisse, ils sont transvidés dans des sacs en papier bruns. « J’ai trois enfants et une de mes filles est végane. Ils m’ont beaucoup conscientisé, ça m’influence fortement », explique Christian.

Spécialité végane

Christian mise d’ailleurs beaucoup sur les produits d’origine non-animale depuis son retour aux commandes de la fruiterie. En novembre dernier, il a entrepris des rénovations afin de faire de la place pour un nouveau réfrigérateur ainsi qu’un congélateur et un présentoir qui ne contiennent que des produits végans. « Il y a un gros marché là-dedans et je veux faire ma part », dit-il simplement.

Ce ne sont donc pas les changements qui manquent à la Fruiterie du Plateau. Et pour souligner les 40 ans de son commerce en septembre prochain, Christian voit grand : « J’ai l’intention de faire quelque chose de gros pour souligner l’occasion… » À bon entendeur!