Ne manquez rien avec l’infolettre.
Après les épiceries zéro déchet, voici le bar La Cale
Visite

Après les épiceries zéro déchet, voici le bar La Cale

Depuis le 27 septembre, le pub La Cale a pignon sur rue sur la Plaza Saint-Hubert. Sa particularité? Être zéro déchet. 

Jusqu’alors, c’était surtout les épiceries qui mettaient en avant le zéro déchet. « Quand on a commencé à élaborer le projet, on avait beau chercher, on n’a pas trouvé de bar zéro déchet, même dans d’autres pays », raconte Lann Dery, la copropriétaire. La Cale fait donc office de précurseur en la matière. C’est que Lann fait aussi attention aux déchets qu’elle produit chez elle. « On a une conscience écologique en éveil, mais on trouvait que ce n’était pas suffisant de juste faire attention. Alors quand on a lancé le pub, on a voulu s’imposer certaines contraintes dès le début », raconte-t-elle.


« On », c’est elle et son conjoint, Gabriel Monzerol, ainsi que deux amis, Luca Langelier et Josh Gendron. Elle assure que pour le client, « ça ne change pas grand-chose ». Fini donc les pailles en plastique, les sous-verres en carton et les serviettes jetables, qui ont été remplacées par des faites main. Le pub se veut aussi être un espace culturel puisqu’il propose une salle de spectacle. Lann explique que l’équipe souhaite par ce biais soutenir la relève artistique québécoise. « Sur scène, nous avons impro, humour, musique, etc. », détaille-t-elle.

 

Des jus et sirops faits maison

Pour coller à sa philosophie zéro déchet, La Cale a décidé de faire elle-même ses jus et sirop. « Nous faisons notre sirop de gingembre, et on n’achète pas de grosses bouteilles de 7Up ou de Coca, on fait ça nous-mêmes. Les clients nous disent même que c’est meilleur », dit la copropriétaire.

Après quelques essais-erreurs, la recette est désormais au point. « Puis ça donne un goût différent à nos cocktails, ils sont vraiment uniques », ajoute Lann. Le Bloody Marin par exemple est aussi à base de jus de tomate fait maison. Et comme rien ne se perd, tout se transforme, les restes de pulpe sont utilisés en cuisine pour en faire du ketchup.

 

Des bières et des spiritueux de chez nous

 

Côté bières, La Cale souhaite mettre en avant les nombreuses microbrasseries du Québec. « On a une vingtaine de bières en fût, dont une dizaine en rotation », précise Lann. Des connues Coup de grisou et Sainte-Ambroise à la Milton, Grand Bois, Frampton, Knowlton ou encore Farnham, les joyeux marins de La Cale veulent faire découvrir les goûts du houblon du Québec à leurs clients. Côté spiritueux ils misent aussi sur les produits d’ici, histoire de coller à leur philosophie environnementale et limiter les importations de produits étrangers.

 

Un menu concocté par un pirate

 

Aux fourneaux, un certain Rusty Buckets, qui établit sa carte en fonction de la saison et des produits disponibles… au marché Jean-Talon, entre autres. Certains classiques sont toutefois sur le menu toute l’année : les falafels, les pâtes du moment (faites maison) et la poutine, servie avec une sauce maison végane à base de vin rouge et de champignon.

« Le menu est presque toujours entièrement végétarien, avec des options véganes, comme la poutine. De temps à autre, quand on a l’occasion d’avoir une belle pièce de viande pas emballée chez le boucher, on fera quelque chose avec, mais ce n’est pas systématique. On tenait aussi à envoyer le message que même si on n’est pas végétarien, il faudrait manger moins de viande», poursuit Lann. Tous les plats sont disponibles en trois formats pour que chacun puisse manger en fonction de sa faim, et donc éviter les gaspillages.