Anonymous (2011)

Il est mal vu de s’adonner à la littérature sous le règne d’Elisabeth I. Ce qui oblige Edward De Vere, comte d’Oxford, à écrire sous le sceau de l’anonymat ses pièces de théâtre et sonnets. L’auteur Ben Jonson ayant refusé de lui servir de prête-nom, l’aristocrate ne s’oppose pas à ce qu’un ami de ce dernier, l’acteur William Shakespeare, revendique la paternité de ses oeuvres, bien qu’il soit pratiquement illettré. Pris au dépourvu, Jonson nourrit une rancoeur envers l’opportuniste Shakespeare, qui obtient un succès populaire immense, au point d’envisager la construction d’un nouveau théâtre. Pendant ce temps, les jeux de coulisses vont bon train en prévision de la succession de la reine vieillissante. Laquelle est dominée par le vieux William Cecil, un conseiller puritain qui méprise les arts, à l’instar de son fils bossu Robert, qui lui succède après sa mort. Pour sa part, Oxford, qui fut autrefois un amant d’Elisabeth et père illégitime d’un de ses enfants, se retrouve malgré lui au coeur de la rébellion des Essex. En revanche, il profite de ses dons de dramaturge pour se venger indirectement des Cecil, qui ont toujours brimé sa liberté artistique.

Pays
Grande-Bretagne
Durée
130 min.
Genre
Drame
Réalisateur
Roland Emmerich

Bande-annonce