Travailler au Québec : une aventure?

photo: Jasmin Robitaille

Non, mais un voyage solitaire qui frôle l’amitié. On ne sait pas vraiment qui est l’autre, on est ami, c’est tout.

Tout a commencé sur une route entre Dresden et Sopron, tout est devenu voyage, passage, très long chemin jusqu’au retour à la mer, qui est devenue le Québec… Jamais je n’aurais osé penser, rêver que ca aboutirait sur le plancher rouge du Trident. Mais là encore, Frédéric Dubois est le maître d’œuvre, l’homme d’action. Il pousse, il tire… visiblement aussi dans le processus de la mise en scène : ca va droit au but, sans détour, on ne dérive pas, ce qui est très contradictoire sur le plan temporaire avec l’accouchement de ce texte et sa traduction des passages en allemand.

Les six semaines de répétition passaient tellement vite… Quelques fois, j’avais l’impression que ca manquait de profondeur, qu’on ne se permettait pas d’aller explorer les rivages et les sentiers à côté de la route principale. Là encore, Frédéric fut le guide sur le chemin : on cueille juste les fleurs les plus rares au bord de la route et on se remet en marche.

Je n’ai pas assez de mots pour chanter mon bonheur d’avoir rencontré Frédéric dans une station de tram et Véronique dans une gare, de passage en Europe. Ce hasard (qui n’existe pas!), ce bon endroit au bon moment, toutes les éventualités et les histoires qu’on a pas encore racontées, c’est ce que reflète pour moi ce spectacle porté par l’amour de chacun des membres de l’équipe.

Souvent on me demande, quelle est la différence entre l’Allemagne et le Québec dans ton travail? Je n’aime pas trop comparer car, finalement, je ne crois pas aux nationalités, aux frontières, au pays. Il y a pourtant des différences culturelles, bien sûr : ici c’est joyeux, ca aime la simplicité, pas de casse- tête, pas de martyre. On ne dit pas ce qu’on pense, on jase. On aime les mots sacrés pour jurer. Pourtant, l’autre jour, je me suis fait réveiller par les Témoins de Jéhovah qui se souciaient beaucoup de la paix de mon âme. Elle erre, je le sais, et j’apprécie beaucoup, car je ne voudrais pas être privée des rencontres magnifiques sur les routes de ce monde.

Cris du cœur de Julianna Herzberg, Québec, le 3 octobre 2012

Partagez cette page

+ Ajouter le vôtre Commentaires 7

  • 12 octobre 2012 · 18h54 Paméla Dumont

    La dualité du langage dans cette pièce est tout à fait intéressante. Alors que l’un des personnages, Marco, est de plus en plus privé de son ouïe, les spectateurs sont, d’une part, eux aussi «privés» d’un de leurs sens lorsque le personnage de Rose ou Moritz s’exprime. La traduction apparaissant sur le mur du fond, il faut choisir entre lire et ne pas regarder les acteurs ou entendre mais ne pas comprendre la succession de mots étrangers. C’est ingénieux comme parallèle, entre l’action dramatique et l’orientation de la participation passive du public.

  • 18 octobre 2012 · 15h24 Pascal Bouchard

    En apparence drôle et amusant !

  • 15 novembre 2012 · 21h40 Genest, Liliane

    J’aimerais bien voir cette pièce du Trident

  • 28 janvier 2013 · 20h01 pierrot rochette

    bravo sur votre magnifique témoignage
    de l’amitié au théâtre à Québec:)))

    dans le cadre de mon projet poétique
    blogs-musée pertinents mais aléatoires
    pour mon oeuvre littéraire
    pertinente mais aléatoire,

    permettez-moi de vous offrir
    une de mes chansons
    qui parle aussi
    du thème de l’amitié

    UN AMI POUR LA VIE

    COUPLET 1

    un ami est né ce soir
    un ami pour la vie ce soir
    j’en ai eu trop peu
    à cause de mon metier d’artiste

    il est temps
    que je cultive une amitié
    gigantesque et céleste

    j’aime son amour de la forêt
    les yeux de bonté
    qu’il pose sur sa femme

    son humilité à parler de ses défaites
    il est temps que je cultive une amitié
    gigantesque et céleste

    nous serons pas trop de deux
    pour dépasser son père Rock

    une immense chêne qui flotte
    dans l’univers des ames très propres

    dont la droiture nourrit nos vies
    de ses racines

    dont la carrure de l’arc en ciel
    nous illumine
    gigantesque et céleste

    COUPLET 2

    sous les étoiles
    au lac à beauce
    j’lave le plancher

    au restaurant chez Annick
    la femme de mon ami Pierrot, le magnifique

    dont la belle soeur qui m’fait tant rire
    s’appelle Martine
    dont la belle mère si humaine
    porte le prénom de Ghyslaine

    celle dont le fils le frère d’Annick
    s’appelle Danny
    chauffeur de camion la nuit
    fidèle à Martine pour la vie

    Martine
    dont la meilleure amie
    s’appelle Nicole
    celle dont les desserts m’affolent
    comme la candeur de sa soeur Dany
    si douce et si folle

    sans oublier Johanne et Lise du dépanneur
    j’suis leur enfant à barbe blanche
    qui s’est perdu entre deux dimanches

    pour mieux chanter
    au 50ème anniversaire
    de mariage

    des parents d’mon ami Pierrot
    à qui je pourrai direr bientôt

    Rock et Alma
    bon 50ème

    moi aussi
    je vous aime

    Pierrot
    vagabond céleste

  • 4 mars 2013 · 16h45 PIERROT VAGABOND POETE

    merci d’avoir accueilli
    ma chanson sur votre blogue

    puis-je vous partager
    DES NOUVELLES
    DU CONTEUR INTERNATIONAL
    SIMON GAUTHIER

    ET DE SON SPECTACLE
    LE VAGABOND CELESTE

    PRESENTÉ
    EN EUROPE

    courriel du
    1ER MARS 2013

    Allo Pierrot, je suis en France.
    Je rentre demain au Québec.

    Il fait froid et humide partout, même dans les lieux publics.
    Il fait gris et un brin de soleil redonnerait du tonus à tout le monde!

    Je voulais te dire que j’ai raconté (ou plutôt) le vagabond céleste est
    passé et a été entendu
    à Quévin (près de LOrient en Bretagne)
    Il a été entendu à la prison de Béthune (Nord de la France) et pas un
    prisonnier ne s’est levé durant le spectacle (comme il est de coutume) les
    gardiens mon dit que c’est la première fois qu’ils voyaient ca!)

    et le Vagabond à passé à Lille avec son et éclairage, 3 rappels!
    Les gens sont restés longtemps
    et plusieurs larmes d’espoir brillaient dans le noir.

    Plusieurs messages me sont parvenus pour te dire merci!
    Merci!
    Merci!
    ++++

    Autrement la tournée me rentre dans le corps. Un bon brin de fatigue et de
    grippe à la gorge.
    De bonnes tisanes et des amis pour guérir
    +

    +++
    J’espère que tu vas bien et que ton travail de vulgarisateur âme, société,
    gens et pays oeuvre d’art
    va bien!

    On se voit sous-peu
    en mars, si la vie le veut!
    pour aller plus loin!

    Bonne journée
    Simon :+)

    —–
    REPONSE DE PIERROT
    A SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL DU QUEBEC

    Cher Simon

    Je te prédis un succès international
    parce que tu es un poète-passeur:)))

    Bravo Simon
    longue vie à ta vie d’artiste
    et de conteur international

    Pierrot
    vagabond des mots

    http://www.reveursequitables.com
    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com

    http://www.demers.qc.ca
    chansons de pierrot
    paroles et musique

    sur google,
    Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste, promotion

    merci

    pierrot
    vagabond des mots et des routes
    http://www.demers.qc.ca.centerblog.net

  • 4 mars 2013 · 16h46 PIERROT VAGABOND POETE

    QUI EST SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL
    DU QUEBEC?

    Simon Gauthier est arrivé au conte comme on tombe amoureux, avec fougue et passion. Depuis plus de douze années, il captive tous les publics par son imaginaire débridé, son énergie incandescente et sa sensibilité de poète.

    Natif de Sept-Îles, diplômé de l’UQAM en animation et recherche culturelle, Simon Gauthier est conteur professionnel depuis 1998. C’est après avoir vu le conteur Michel Faubert en spectacle, en 1997, que Simon a eu la piqûre pour ce métier. On peut dire que cette soirée de contes a été un point tournant dans sa vie professionnelle ; en effet, le lendemain de cette veillée mémorable, Simon s’est littéralement plongé dans la littérature de contes et a ainsi dévoré toute la section « conte » de la bibliothèque de l’UQAM, que ce soit les contes traditionnels du Québec ou ceux d’autres traditions. Cette nouvelle passion poussa Simon à se lancer impétueusement dans une aventure qui sera sa première tournée de conteur et qui le fera voyager sur toute la rive nord et la Côte Nord du Saint-Laurent, de Québec à Natashquan. Année marquante pour Simon Gauthier tout autant que pour les habitants de Natashquan, puisque c’était l’année même de l’ouverture du dernier tronçon de la route 138, de Havre-Saint-Pierre à Natashquan !!! En cet été 1997, Simon donnera donc quarante-deux spectacles, dont six à Tadoussac, au Café du Fjord, endroit mythique où s’étaient déjà produits Richard Séguin, Richard Desjardins, Claude Dubois et autres Fred Fortin de la chanson québécoise.

    Dès l’été suivant, en1998, Simon entreprendra une série de quelques dizaines de représentations de spectacles de contes qui auront lieu à la salle du CIMM (Centre d’interprétation des mammifères marins) à Tadoussac. Jusqu’à l’été 2003, Simon passera ainsi ses étés à Tadoussac et fera quelques dizaines de prestations, de fin juin à début septembre, soit durant la haute saison touristique.

    En 2000, Simon a fondé un festival de contes à Tadoussac, Conteurs en rafale, festival dont il assura l’organisation et la direction artistique jusqu’en 2004.

    Depuis 2004, bon an mal an, Simon effectue de trois à cinq tournées en France, d’une durée moyenne de deux à trois semaines chacune, présentant ses spectacles aussi bien dans des festivals qu’en salles ou en milieu scolaire. Il a aussi conté en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, au Burkina Faso, en Tunisie et au Maroc. Bien sûr, il se produit régulièrement au Québec et a aussi conté en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

    Simon Gauthier est un conteur établi et reconnu, tant par ses pairs que par le public, autant au Québec qu’en France. Un conteur phare nommé Auteur Nord-Côtier de l’année (Salon du livre de la Côte-Nord 2002) et récipiendaire du titre d’ambassadeur de la Côte-Nord (Les Grands Prix du tourisme québécois 2001).

    Le vagabond céleste

    Durée

    1h10

    Public visé

    à partir de 12 ans

    Simon Gauthier raconte l’abandon, l’abondance et le succès d’un homme qui avait tout pour être heureux. Mais un soir, il décille. Pierrot rêve de tout changer; il troque sa maison contre une paire de bottes, pour aller plus loin dans sa vie.

    Depuis, il marche le Québec. Réel, intense et actuel, Pierrot le vagabond enlumine la conscience des gens qu’il croise. Le rencontrer, c’est recevoir un grand souffle de poésie qui nous étreint, comme des bras chauds venus nous réconforter durant une nuit d’hiver, sans abri. Du bonheur à travers le froid. Un récit émouvant porteur d’avenir.

    Textes

    Simon Gauthier

    Direction artistique

    Daniel Gaudet

    JOURNAL LE REFLET DE TADOUSSAC
    VOLUME 7, NUMERO 34
    MERCREDI 29 AOUT 2012

    CRITIQUE

    DÉDÉTORIAL
    LE VAGABOND CELESTE DE SIMON GAUTHIER
    Bien fatigué, j’y suis allé avec la peur de m’endormir.
    Finalement je voulais que ce récit ne puisse finir afin de ne
    pouvoir partir pour continuer mes rêves.
    Quelle prestation! C’est l’histoire inspirée d’un personnage qui
    est passé par Tadoussac et que plusieurs ont eu la chance de
    côtoyer. Dans un premier temps il a séjourné trois semaines
    à l’Eau Berge puis il est revenu pour repartir sur la route de
    ses rêves. C’était un petit «grand homme» à chapeau, barbe
    blanche et guitare en bandoulière qui composait des chansons
    sur les gens rêveurs essayant de réaliser leurs rêves. Plusieurs
    personnages de Tadoussac ont noirci son cahier.
    Son Histoire remonte à plusieurs années alors qu’il était bien
    installé dans le nord de Mtl plus précisément à Val David. Là-bas,
    il avait tout pour être heureux, maison, femme, famille
    et argent……
    Un matin il s’est levé pour annoncer autour de lui qu’il laissait
    tout et partait sans le sous, vivre ses rêves. On a cru à un
    coup de déprime, on a tenté de le retenir mais devant ses
    arguments on a fini par le comprendre et lui souhaiter bonne
    chance dans son rêve. Pendant 5 ans il a fait les quatre coins
    du Québec sans rien demander à personne. Les hasards de
    la vie le guidaient au quotidien. Il attendait qu’on lui offre
    une «raye» pour avancer, sinon il marchait inlassablement.
    Jamais il a demandé à manger ou coucher, c’était… quand on
    l’invitait!
    Simon Gauthier l’a rencontré par le biais de Richard Fontaine
    qui lui aussi à sa façon, vagabondait ici et là avec ses pinceaux
    comme compagnons de route.
    Depuis, selon Simon ce «Vagabond Céleste» a balancé sa
    guitare à la rue pour s’installer dans une petite chambre
    dénudée près de l’Oratoire St Joseph, et il parcours les
    bibliothèques. A date il a à son actif une maîtrise et plusieurs
    doctorats en poche sur le rêve.
    Son nom est Pierrot (mais lequel?) Un monument existe
    encore en son honneur, rue St-Paul dans le bas le la ville de
    Mtl.
    Fondateur des Deux Pierrots dans le vieux, cette
    boite mythique des plus fréquentée encore, est le seul endroit
    qui ait survécu aux Boites à Chansons qui nous ont donné
    nos grands: Claude Léveillé, Vigneault, René Claude, Claude
    Gauthier, Raymond Lévesque, etc
    Si Pierrot en quittant, gloire, succès et argent pour vivre ses
    rêves est un message d’espoir, un baume sur le mal de vivre
    qui nous guette, Simon Gauthier par son spectacle nous a fait
    découvrir quelqu’un de chez nous porteur de bonheur.
    Simon offre à quiconque veut découvrir plus intimement
    ce personnage, de venir dans vos maisons, vos salons, vos
    verrières vous présenter cet être lumineux.
    Est-ce le présage que notre conteur national se prépare à
    parcourir les routes du monde avec dans son pack sac Pierrot
    le Vagabond Céleste disposé à vous faire du bien à l’âme et
    vous brasser les idées?

    L’OPINION D’UNE SIMPLE SPECTATRICE
    Bien sûr, l’avoir croisé à Natashquan au moment même
    où il rencontrait celui qui serait le personnage principal
    de son conte a ajouté beaucoup de magie au voyage
    onirique dans lequel m’a emporté Simon Gauthier ce
    mercredi¸15 août 2012 à Tadoussac.
    Pourtant, cela n’est pas nécessaire car le Vagabond
    Céleste transporte n’importe quel spectateur sans que
    celui-ci ne sourcille un instant, car nous apparaissent au
    travers de la voix du raconteur et de celle du musicien qui
    l’accompagne, Benoit Rolland, de «sacrés personnages»,
    au sens de personnes extraordinaires, dont on aime tirer
    exemple, car elles nous aident à vivre mieux.
    Lors de cette envolée entre réalité et rêve, entre un
    village et l’univers, entre ce que l’on est et ce que l’on
    voudrait être, on sourit, on rit parfois, on pleure même…
    Mais surtout, on touche du bout des doigts l’essence
    même de la vie: l’amour universel.
    Hier soir, mon esprit a grandi de cette bouleversante
    rencontre avec la vie d’un homme merveilleusement
    mise en mots par Simon Gauthier, et je souhaite qu’il en soit
    de même pour vous

    http://WWW.SIMONGAUTHIER.COM

  • 4 avril 2013 · 12h20 pierrot vagabond des mots et des routes

    courriel de Simon Gauthier
    du 3 avril 2013
    le lendemain de son spectacle
    LE VAGABOND CELESTE
    à la maison de la culture
    cote des neiges, montreal

    Salut Pierrot,

    Tu dormais mon cher,
    sur ta paillasse
    hier au soir
    tu dormais sur la plancher
    de ton ami chansonnier

    tu dors dans les draps de ton doctorat

    pendant que je conte
    l’histoire de cet homme vagabond
    de cet écho de ta vie
    de cet inspirant récit
    d’un homme voyageur
    vêtu de lumière

    Pendant que le vagabond céleste marche
    parmi les étoiles
    tu peux dormir mon ami
    tu peux dormir

    dans l’esprit des gens
    réunis,
    tinte tinte les clefs
    tinte
    tinte
    le rêve
    Le vagabond céleste
    habille de chaleur

    le corps désir de ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent
    ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent

    Bonne journée Pierrot

    Simon

    ——

    réponse de Pierrot

    Cher Simon

    Oui, hier soir, je dormais avec, dans mes bras, la biographie de Cervantes
    de Jean Canavaggio. Ce Cervantes qui a écrit Don Quichotte à 53 ans alors qu’il était en prison et qu’il lui manquait un bras.Qui aujourd’hui ferait confiance à un homme de 53 ans en prison à qui il manque un bras?:))))) Seul un impossible rêve permet un tel surgissement d’impossible réalité.

    On m’a rapporté l’immense délicatesse artistique avec laquelle tu redonnes
    espoir à ceux et celles qui écoutent le conteur-poète de la Côte nord.Autant Mon ami Woodart que mon compère de bibliothèque Raymond le philosophe ont été invités par ta passion de passeur de rêves à naviguer vers leur rêve personnel. Tu as fait de ma démarche un conte post-moderne qui risque d’enflammer les humains comme des lampadaires. Tu es vraiment devenu un allumeur de coeurs-réverbères. Woodart a été plus qu’épaté. Lui qui me connait à l’usure depuis 40 ans, il a noté ta force à coudre des tableaux de mots par de la lumière de rêve dans laquelle il a reconnu ta signature d’une très grande maturité créatrice.

    Une vie d’artiste, c’est une longue marche
    et je te vois enjamber des continents
    un flambeau à la main.

    Mes 64 ans bien au calme
    dans leurs bottines
    qui se préparent à repartir le 15 juin
    saouls de liberté, te souhaitent

    Bonne route internationale camarade, car,
    comme Félix, un jour, le succès t’attendra
    ici au Québec à un de tes retours d’Europe.

    Pierrot



Concours

À gagner, une paire de billets pour Les Enrobantes.

Pour participer, commentez un texte en expliquant pourquoi vous voudriez aller voir la pièce.

Les gagnants seront sélectionnés au hasard parmi ceux qui auront soumis un commentaire durant la semaine précédent le tirage et qui auront fourni tous les renseignements nécessaires lors de l'envoi de celui-ci. Les gagnants seront contactés par courriel et/ou par téléphone. Tirage le 1er mai 2013.

Saison 2012-2013

Crédit photo : Vincent Champoux

Téléchargez la brochure de saison

L’histoire du Trident

Calendrier

@TheatreTrident sur Twitter

Derniers commentaires

À lire également

Théâtre du Trident
269, boul. René-Lévesque Est
Québec (QC) G1R 2B3
T 418 643-5873
F 418 646-5451
info@letrident.com
www.letrident.com