BloguesVol de temps

Journal des bonnes nouvelles!

Chez les Souverains, on n’attend pas après les bonnes nouvelles, on les fait! 

Le Journal de bonnes nouvelles vous annonce la libération de la Palestine, l’élection d’un président paysan en Haïti et la nomination d’un noir comme Président de Radio Canada. 

Il annonce les projets et les rêves que les Souverains projettent de réaliser ou aimeraient voir réalisés.

Voici la première édition du Journal des bonnes nouvelles, avec la brillante et précieuse collaboration de l’actrice Schelby Jean-Baptiste!

——–

Idée du projet!

Si aujourd’hui, beaucoup considèrent que la prison fait partie d’une industrie de la punition, elle n’a jamais cessé pour autant, d’être une fabrique de création.

À chaque instant du jour ou de la nuit, il y a un détenu, quelque part dans une prison, qui  réinvente sa vie. Il recrée un temps et un espace qui le libère de son passé et son présent.  Rien n’est plus important pour un détenu que l’avenir.

Quelque soit la durée de sa sentence, il rêve d’un avenir meilleur. Il le projette,  il l’envisage et très souvent, il lui donne forme, en poésie, en musique, en dessin, en poterie, en toute sortes de créations.

Sur l’écran noir de sa nuit blanche, un homme en dedans, regarde devant. Il fait sa bonne nouvelle!

Souverains anonymes existe depuis 26 ans. Après avoir été un programme radiophonique pendant 23 ans, depuis trois ans, avec le projet « La vie devant soi », Souverains anonymes explore le médium cinématographique.  Quelques 80 productions ont été réalisées depuis janvier 2013.

Des capsules, des rencontres et des créations de toutes sortes ont été réalisées avec la participation des Souverains et leurs différents invités, des artistes en particuliers. 

À partir de l’hiver 2016, j’envisage réaliser des courts-métrages avec la formule d’un télé-journal sur le thème de la vie après la prison.

L’objectif de ce projet est d’inviter les Souverains à créer eux-mêmes des petits scénarios avec  des situations qui correspondent à leurs rêves, leurs ambitions, leurs espoirs. Des situations qui les mettent devant leur responsabilité de citoyens capables de se reprendre en main.

Mon défi est de donner une forme cinématographique à ces rêves, ces ambitions, ces espoirs.

Journal des bonnes nouvelles correspond au principe d’ouverture des personnes incarcérées à la communauté des Services Correctionnels du Québec.  Le médium cinématographique peut donner une forme nouvelle à cette ouverture.

11