Ne manquez rien avec l’infolettre.
Guardians of the Galaxy Vol. 2 : réussite cosmique
Cinéma

Guardians of the Galaxy Vol. 2 : réussite cosmique

Règle générale, les suites sont presque toujours plus faibles que les films qui les ont initiées. Est-ce que le second épisode de l’incursion cinématographique de Marvel dans son univers cosmique échappe à cette malédiction? 

Dans ce nouvel âge d’or du film de super-héros, on ne se surprend plus de voir des films aux synopsis complètement rocambolesques se retrouver dans les hautes sphères du box-office. Mais personne ne s’attendait au succès monstre de Guardians of the Galaxy, qui s’est ramassé très près d’être le film le plus rentable de 2014. Effectivement, c’était tout un pari du côté de Marvel Studios que de mettre en branle la production d’un film ambitieux basé sur une de ses séries qui, bien qu’elle soit populaire chez les fans de comics, est très peu connue du grand public.

Le film ayant été acclamé autant par les amateurs que les critiques, il va sans dire que la suite était attendue de pied ferme par sa horde de fans. Rassurez-vous, James Gunn est allé encore plus loin dans ses explorations cosmiques tout en réussissant à ne pas se brûler. Le réalisateur arrive avec ce film à ne pas le transformer en une simple suite, rendant ce Vol. 2 un long métrage qui mérite d’être vu comme une œuvre en soi. À l’instar de The Winter Soldier, ce deuxième opus construit sur les bases du premier pour bâtir un édifice solide et indépendant, sans dénaturer le ton et l’impression de pur plaisir que ce dernier nous avait offert.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..L to R: Star-Lord/Peter Quill (Chris Pratt), Drax (Dave Bautista), Gamora (Zoe Saldana), Groot (voiced by Vin Diesel) and Rocket (voiced by Bradley Cooper)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

Il est difficile de savoir par où commencer cette critique car le film, pour reprendre une expression anglophone, packs a lot of punch. Il y a énormément de matériel significatif en termes d’histoire, l’univers cosmique de Marvel étant l’un des plus riches à explorer. Sur une toile de fond de découverte plus intime de chacun des personnages, Vol. 2 nous dévoile énormément de sous-texte qui explique mieux d’où ils viennent réellement. C’est le thème de la famille qui unit chaque branche qu’explore le film, autant à travers les liens du sang que ceux, parfois plus fort, qui lient l’équipe de marginaux ensemble.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..L to R: Rocket (voiced by Bradley Cooper), Groot (voiced by Vin Diesel) and Yondu (Michael Rooker)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

C’est d’ailleurs sur ces liens entre les personnages que se base le film pour tisser son scénario, et force est d’admettre que les acteurs reprennent avec brio leurs aises dans ces très grandes bottes spatiales qu’ils avaient à remplir. Dave Bautista est particulièrement surprenant dans ce nouveau film, où il prouve qu’il peut tour à tour être drôle, badass et plus profond que ce que l’on aurait pu présager dans son rôle de Drax. La réplique lui est savamment donné par la nouvelle héroïne Mantis (Pom Klementieff), qui répond à la littéralité du guerrier avec une candeur désarmante. L’arrivée de Kurt Russell dans le rôle d’Ego, le père disparu du Peter Quill de Chris Pratt (ceux qui seraient tentés de crier au spoiler, retournez écouter la deuxième bande-annonce) est également un vrai bonbon pour les amateurs de film de genre.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..L to R: Mantis (Pom Klementieff), Drax (Dave Bautista), Star-Lord/Peter Quill (Chris Pratt), Ego (Kurt Russell) and Gamora (Zoe Saldana)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

Ce qui a fait la force du premier opus est définitivement de retour. L’humour sarcastique de Rocket (Bradley Cooper), l’action intense et les nouvelles planètes visuellement saisissantes nous le rappellent, et Gunn parvient avec son scénario à cocher toutes les boîtes attendues sans donner l’impression que c’est au coût d’un effort particulier. Les références au reste de l’univers Marvel et à de futures aventures du Marvel Cinematic Universe foisonnent (attendez de voir l’inévitable caméo de Stan Lee), mais toujours d’une façon qui ne semble pas forcée. Malgré que le film s’éparpille parfois dans de très nombreuses directions, l’action se déroulant pendant tout le deuxième acte en trois lieux et avec trois groupes différents, le montage efficace et le dénouement viennent tout lier dans un esprit de cohésion indéniable.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..Star-Lord (Chris Pratt)..Ph: Chuck Zlotnick..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

Comme on peut s’y attendre dans ce genre de films, l’une des vedettes qui a le plus de temps à l’écran est le département d’effets spéciaux. Le visuel de Vol. 2 est tout bonnement époustouflant, tout autant au niveau de la direction artistique que du traitement 3D lui-même. Chaque environnement est détaillé et extrêmement coloré, ce qui accentue l’ambiance ’70s de l’ensemble. La photographie très fortement stylisée nous fait voir cet univers sursaturé sous tous ses angles, et réussit en de nombreux endroits à rappeler sincèrement l’imagerie contenue dans les bandes-dessinées.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..L to R: Drax (Dave Bautista) and Mantis (Pom Klementieff)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

Les points faibles sont rares pour un film du genre (il ne faut pas s’attendre à une expérience qui redéfinit votre vision de la vie et de l’amour), mais de leur nombre on peut souligner l’abus de Baby Groot (Vin Diesel) comme élément cute. Au départ on l’apprécie beaucoup, mais la production étire quelque peu la sauce. Disney, ne transformez pas Groot en un nouveau Jar Jar Binks! Sinon, les moments sentimentaux, bien que relativement efficaces pour le style, font parfois un peu surjoués. À la défense de Gunn, on sent à quelque reprises une ironie certaine qui les rend drôles, pour ceux qui arriveront à la déceler. Finalement, comme mentionné plus haut, ceux qui ont plus de difficulté à suivre et qui connaissent un peu moins l’univers Marvel pourront vite se retrouver perdus dans les dédales du deuxième acte.

Guardians Of The Galaxy Vol. 2..Groot (voiced by Vin Diesel)..Ph: Film Frame..©Marvel Studios 2017
©Marvel Studios 2017

Malgré ces quelques erreurs de parcours, le film parvient à atteindre son but premier : plaire aux fans et ne pas s’engluer dans les dangers de la «suite hollywoodienne». On sent ici que Marvel Studios a trouvé un ton, un rythme et un traitement des plus efficaces, une recette presque parfaite acquise après de nombreuses années de sorties tantôt excellentes tantôt moyennes. Ici, on atteint une vitesse de croisière à la fois surprenante et confortable, dans un film qui est (et les fans finis des Avengers me lanceront des roches s’ils le souhaitent) probablement le meilleur long métrage du MCU jusqu’ici.

Guardians of the Galaxy Vol. 2 est en salle dès aujourd’hui

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie