Visuellement parlant

22 mai 2015 9h52 · Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec

Par Chloé Néron

Visuellement parlant

Son instrument à la main, ses yeux ancrés sur cet immense fond blanc qui n’en finit plus. Le rouge s’étend partout. Couleur évocatrice de pulsion de vie, de passion, mais aussi de danger et de sang. C’est avec un immense plaisir que l’artiste tisse sa toile au gré de ses envies. L’art visuel peut à lui seul démontrer un grand enjeu, mais aussi exprimer le plus simple des sentiments. Le 2 mai dernier au Cégep de Sherbrooke avait lieu la 26e édition de l’Intercollégial d’arts visuels. L’exposition qui se tenait du 28 avril au 10 mai 2015 au Musée des beaux-arts de Sherbrooke réunissait plus de 70 œuvres des étudiants du collégial en arts visuels. Cinq étudiants se sont vu offrir une bourse de 200 $ décernée par le RIASQ, afin de valoriser le talent artistique de la relève ainsi que la formation donnée dans les collèges.

 

Nathalie Grimard : une porte-parole de rêve!

Qualifiée de multidisciplinaire, c’est-à-dire qu’elle crée avec une variété de médias, de thèmes et d’idées, Nathalie Grimard préfère que l’on la qualifie de SDF (sans domicile fixe). « Pour moi, ce n’est pas le moyen avec lequel je crée qui est important, c’est mon idée. » Atypique est un mot qui s’agence bien avec sa personnalité colorée. Cette artiste renommée se dit encore en train de se déterminer. Rêvant d’abord de devenir dessinatrice de mode, Nathalie s’est plutôt lancée en arts plastiques au Cégep de Sherbrooke. Elle désigne ces années d’affranchissement, car elle s’est ensuite inscrite en histoire de l’art à l’Université de Québec à Montréal. « Dans la vingtaine, je rêvais beaucoup, mais de façon très détaillée. Ce sont des amis qui m’ont poussée à utiliser ces rêves dans l’art. » C’est pourquoi elle adore et a déjà beaucoup exploité le thème du sommeil d’une façon objective et médicale. En effet, l’inconscient, la vulnérabilité, la temporalité, la mémoire, la complexité de l’être humain sont des sujets qui l’inspirent naturellement. « J’aime le temps, j’aime m’imposer des méthodes qui demandent du temps et de la patience. Quand on fait ce travail-là, on ne peut pas faire abstraction de ce temps qui passe. » Elle s’est intéressée entre autres à l’acharnement qu’ont les gens à vouloir contrôler le temps en subissant des liftings et autre chirurgie esthétique. Sous cette artiste exceptionnelle se cache une femme passionnée par plusieurs sujets et elle encourage les jeunes à s’épanouir à travers leurs propres intérêts. C’est pourquoi a elle a accepté avec joie d’être la porte-parole de cette 26e édition de l’Intercollégial d’arts visuels. « Le but du RIASQ est de promouvoir la créativité chez les jeunes, de favoriser des échanges, des rencontres, développer le talent des jeunes et par extension aider à la réussite des étudiants. Je les encourage fortement à foncer. »

 

Des ateliers ancrés dans la pratique

Le 2 mai dernier au Cégep de Sherbrooke avaient lieu plusieurs activités et ateliers mis en place afin de partager certaines méthodes artistiques. Les talentueux professeurs du Cégep faisaient honneur à leur matière en présentant des ateliers tels que : le processus révisé, l’art action, la photo animée en boucle, l’estampe et gaufrage/monotype. En effet, caméras photo, peinture, sculpture, crayon et écoute étaient au rendez-vous. Les locaux du pavillon quatre étaient habités par une sorte de frénésie artistique où professeurs et étudiants se donnaient à cœur joie dans ces méthodes artistiques un samedi matin plein de soleil. Le centre de diffusion et de production en art actuel Sporobole, situé au centre-ville de Sherbrooke, offrait aux étudiants d’arts visuels des ateliers portant sur les images de synthèse et les modèles 3D enseignés par Philippe-Aubert Gauthier ainsi qu’une introduction à la création et au design sonore dirigée par Frédéric Dutertre. On y voyait des petits yeux quelque peu fatigués par un si tôt réveil, mais tellement concentrés et intéressés par ces apprentissages. Le cœur était à la tâche comme on dit.

 

Le vernissage : émotions en toile de fond

Dix-huit heures, Musée des beaux-arts de Sherbrooke, des étudiants fébriles de découvrir leur œuvre ainsi que celles des autres. Plusieurs furent étonnés de voir le résultat de l’exposition si bien installée ainsi que la diversité des quelque 70 œuvres exposées. « J’ai adoré mon expérience, c’était super bien organisé et l’exposition était bien montée, tout était parfait », a mentionné Sarah Choquette, étudiante représentante du Cégep de Sherbrooke. Sur les deux étages, nous pouvions en effet voir des œuvres de toutes sortes. C’est aussi à ce moment que fût décerné le prix Coup de cœur de la soirée. L’étudiante Kassandra Graham soulève que : « C’est à différents niveaux, mais on voit bien à travers les œuvres les liens de la génération, les influences que l’on a eues dans notre enfance et leur évolution. » L’espace était bien utilisé; certaines œuvres se trouvaient à même le sol et d’autres, juste devant la fenêtre y laissant traverser la lumière. C’est avec un sourire au visage et les yeux pétillants de fierté que notre porte-parole ainsi que Mme Nancy Roy, du Service d’animation du Cégep, ont livré des discours de bienvenue. Faisant ensuite place à l’admiration des œuvres avec sous la dent de petites bouchées et un verre rosé bien mérité.

 

Souper gala et remise de prix : une finale festive

Au Centre de l’activité physique du Cégep régnait une délicieuse odeur de riz, de légumes grillés, de tofu et de poulet. Au centre de la table, rien de moins qu’une panoplie de crayons de couleur sur une pile de sous-verres en céramique blancs. Les étudiants étaient invités à user de créativité afin de donner vie à ce sous-verre. Ces derniers devaient ensuite l’offrir à une personne dans la salle qui elle, repartirait avec ce souvenir de cette journée. Les cinq étudiants ayant remporté une bourse de 200 $ de la part du RIASQ furent ensuite dévoilés. Pier-Olivier Déry du Cégep de Drummondville a remporté une bourse pour son œuvre vidéo Obsolescence programmée, qui proposait un lien intéressant entre notre société de surconsommation et les anciennes technologies conçues pour durer. Anne Plourde du Cégep Limoilou fut elle aussi lauréate pour sa vidéo Si hier était demain, un plan-séquence énergique évoquant un contraste entre un présent morose et des souvenirs exaltants. Thomas Roy-Bourdages du Cégep du Vieux Montréal s’est également vu remettre une bourse pour son œuvre Cocoon, une sculpture faisant penser à de lourds vases antiques ou alors à de fragiles chrysalides, le tout entouré de matériaux incendiés pour montrer la transformation de la matière. Camille Lavoie du Collège Montmorency a aussi reçu une bourse pour son œuvre Paysage d’hiver réinventé. Par l’abstraction, elle cherchait à représenter un paysage d’hiver sur des planches trouvées dans son collège. Finalement, Kassandra Graham du Collège Lionel-Groulx a remporté une bourse pour son œuvre Diva Divan du vent ainsi que le prix Coup de cœur du public. Le jury a été séduit par l’expressivité et l’efficacité de ce sofa rose tenu par un tabouret muni d’élégantes jambes féminines. L’œuvre se veut un clin d’œil loufoque aux femmes d’aujourd’hui qui malgré l’âge, tentent de répondre aux standards de beauté.
Ce fut une journée bien rafraichissante, mettant en vedette la fibre artistique en chaque personne.

 

riasq2

Maxime Bouchard, Cégep de Jonquière
Décomposition ludique, 2014
Assemblage
Bois, métal, papier, encre
126 cm X 46 cm X 200 cm

 

riasq3

Annie-Claude Guilbeault, Cégep Marie-Victorin
Dégénérescence, 2014
Sculpture
Fils, broche, structure d’acier
200 cm X 56 cm X 120 cm

 

riasq4

Cégep de Sherbrooke
Atelier estampe et gaufrage avec Chantal Séguin

 

Partagez cette page

Présentation

Le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec (RIASQ) est une corporation à but non lucratif oeuvrant au développement d’activités éducatives de loisir culturel pour le milieu collégial : Cégeps en spectacle, l’Intercollégial de danse, l’Intercollégial de théâtre, le Circuit d’improvisation du RIASQ, le Concours intercollégial d’écriture dramatique l’Égrégore et l’Intercollégial d’arts visuels. Le RIASQ supporte également huit autres événements culturels intercollégiaux appelés « projets associés ».

  • FINALES RÉGIONALES
    Québec - Centre d'études collégiales en Charlevoix
    14 mars 2015
    Centre-Ouest - Cégep de l'Outaouais
    14 mars 2015
    Montréal - Cégep André-Laurendeau
    21 mars 2015
    Est - Cégep de Chicoutimi
    21 mars 2015
    Centre-Est - Cégep de Victoriaville
    28 mars 2015

    FINALE NATIONALE
    Cégep de Saint-Hyacinthe
    25 avril 2015

  • Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu
    10, 11 et 12 avril 2015

  • Cégep de Sept-Îles & Cégep de Drummondville
    17, 18 et 19 avril 2015

  • Cégep de Sherbrooke
    1er au 10 mai 2015

  • Collège de Valleyfield
    24, 25 et 26 octobre 2014
    Collège Laflèche
    28, 29 et 30 novembre 2014
    Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne
    6, 7 et 8 février 2015
    Cégep de Granby
    27, 28 et 29 mars 2015

  • Date limite de dépôt des textes
    28 novembre 2014

  • Plus de détails →