CKUT et Coup de cœur francophone (CCF). Une radio universitaire majoritairement anglophone et un festival musical promouvant la langue de Molière. Outre un lien évident – la chanson – , ces institutions culturelles ont d’autres traits en commun, voire des organes qu’elles partagent aussi avec bon nombre d’organismes culturels: des couilles, des tripes et, surtout, du cœur.

«C’est un véritable travail d’artisan», résume Steve Marcoux, responsable de la programmation de Coup de cœur francophone, en abordant le travail réalisé par le personnel réduit de l’organisation – quatre employés préparant le festival de novembre, mais collaborant aussi aux événements pancanadiens qui y sont liés. Du côté de CKUT, la radio universitaire de l’Université McGill qui est présentement en campagne de financement, le travail accompli par les centaines de bénévoles s’y bousculant chaque semaine est aussi ardu que gratifiant. «J’ai l’impression que, pour plusieurs d’entre eux, CKUT est une “maison”», fait valoir Courtney Kirkby qui y collabore depuis quatre ans. «Comme notre programmation aborde plusieurs communautés délaissées par les grands médias, elles se reconnaissent chez nous.» Parmi ces communautés, on retrouve, justement, les anglophones du Grand Montréal.

Sur une île cosmopolite où les imprimés anglophones se font rares (le Hour n’est plus, l’excellent Mirror a levé les feutres, mais est finalement revenu sous le nom de Cult MTL), Kirkby fait valoir qu’on ne peut plus se permettre d’accorder de l’importance à ces médias que lorsqu’ils coulent. «Du même coup, je crois que ça a fait comprendre à certaines communautés toute l’importance que des médias indépendants comme CKUT, mais aussi CJLO et CUTV, peuvent avoir ici», glisse-t-elle.

D’où l’importance de la campagne de financement annuelle de la station, qui se déroule jusqu’au 4 novembre. Un moment charnière pour l’équipe de CKUT – qui souligne du coup son 25e anniversaire – , car il permet de récolter une somme représentant 20% de son financement annuel, en plus d’injecter une bonne dose de motivation au sein des troupes. «C’est super cool pour nous!» s’exclame Courtney, visiblement excitée. «On présente plusieurs émissions spéciales, tout le monde s’active ici et, mine de rien, les montants – autant les petits que les plus gros – nous démontrent qu’on nous écoute et qu’on tient à nous!»

Heureusement, la situation financière – sans être extravagante – est plus stable pour Coup de cœur francophone, en dépit de la réorientation des programmes du MAMROT qui aurait pu avoir un impact sur CCF. «C’est toujours un enjeu difficile – autant sur le plan des commandites que du financement – , alors on se doit d’être toujours actif, de montrer qu’on a notre place, mais c’est quand même une bonne année», lance fièrement Marcoux.

Pour avoir plus de détails sur la programmation de Coup de cœur francophone: coupdecoeur.ca. Pour épauler CKUT: ckut.ca/funding.

Jour de paie

Tant qu’à aborder Coup de cœur francophone, autant vous proposer quelques concerts! Ainsi, le 2 novembre au Divan orange, on pourra voir la nouvelle mouture du combo indie rock On a créé un monstre qui partagera la scène avec le groupe rock trash Rouge Pompier. Après avoir perdu un des monstres fondateurs du projet, on verra comment le quatuor devenu trio rebondit. Le lendemain, au même endroit, le samouraï Xavier Caféïne se met doublement en danger. Tout d’abord en proposant un concert en formule acoustique, puis en s’alliant à Gazoline, la jeune troupe rock qui en a surpris plus d’un lors de la plus récente édition des Francouvertes. Le 5, on pourra voir l’orchestre folk country Madame Moustache proposer son album Maison mobile – un disque qui surprend par sa maturité – sous les feux du Lion d’or. Ensuite, le 7, le vénérable Lawrence Lepage – personnage méconnu de l’histoire musicale locale – présentera les pièces de son plus récent disque au Lion d’or. Au même moment, au Divan orange, la cowgirl Michèle O. – qui sortait finalement de l’underground avec la refonte de son premier disque livrée plus tôt cette année – sera accompagnée d’un autre chenapan folk de talent: Francis Faubert. Puis, le 9, au Lion d’Or, tout un combo: Keith Kouna et Les Revenants!

Pour ceux et celles qui préféreraient une expérience qui sort vraiment de l’ordinaire: le Babel Orkestra offrira un opéra orchestique de voix parlées accompagné de jeux d’ombres du 6 au 23 novembre à la Satosphère. Info: sat.qc.ca.

Partagez cette page

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel