N’allez pas croire que je suis fâché. Je ne me fâche que très rarement et jamais pour des choses très importantes. Le plus souvent, je m’emporte pour des banalités. Le reste du temps, je rigole.

Je ris d’ailleurs pas mal depuis quelques semaines. Il n’y a pas une journée où vous ne me parlez pas de l’importance de «débarquer Charest». Le «vote stratégique» que vous appelez ça. Vous avez même des tableaux et des graphiques pour me démontrer que dans certaines circonscriptions, si je vote pour la CAQ, Québec solidaire ou Option nationale, les libéraux pourraient passer. Et ça, vous n’aimez pas ça…

Attendez, là… Vous m’avez cassé le dos depuis toutes ces années à propos de l’importance de voter pour m’inviter maintenant à «voter stratégique»?

… Vous devriez sérieusement envisager une carrière dans le domaine des variétés. Le burlesque vous va à merveille.

Soyez bien certains d’une chose. En donnant un simple «appui statistique» à un parti ou à un autre, vous lui offrez aussi une caution morale. Dans le flot des communications, un seul message sera désormais martelé afin de justifier tous les choix subséquents de l’aspirant au pouvoir qui sera élu: «Nous avons eu un mandat clair de la part de X% des citoyens.»

Ce mandat, vous ne pourrez pas le récupérer. Il aura été cédé sans garantie de retour. Jamais vous ne pourrez réclamer votre monnaie, tenter de faire valoir que vous n’étiez pas d’accord avec tel ou tel point ou que vous vouliez simplement voter contre l’autre, Jean Charest, en l’occurrence. Non. Une élection n’est pas un buffet chinois. Si votre candidat remporte son comté, il ira raconter que vous lui avez donné la permission de dire «nous» en parlant de vous, quoi qu’il dise.

… Je ne sais pas, je vous dis ça comme ça, mais si j’étais à votre place, en sachant cela, je trouverais plus intéressant de perdre en compagnie d’un chic type qui me semble intelligent que de remporter la lutte avec un tata patenté.

Pire encore, à ce chic type que vous aimeriez appuyer, vous refusez de donner cette caution statistique suprême que sont les résultats des élections? Et vous êtes prêts à sauter dans le navire d’un tata, pour y ramer enchaînés, sous prétexte de couler un plus gros tata encore? Mais nom de Dieu! Qu’allez-vous faire au juste dans cette galère?

Ne m’en veuillez pas trop d’avoir toujours préféré le pédalo en solitaire.

Vous connaissez bien la prochaine destination. Vous y avez été mille fois. Vous êtes repartis pour un autre tour de manège. Allez hop, un de plus! Vous m’en mettrez trois caisses, madame, je prends de l’avance pour l’hiver! Et on recommence, PQ contre PLQ, quatre ans, une autre élection, quatre ans encore… À propos, j’ai entendu dire qu’Air Supply serait bientôt en spectacle au Québec. Que des succès souvenirs au menu. Pensez à réserver une gardienne pour ce soir-là!

Je ne sais plus qui a dit que le début de la folie était de recommencer perpétuellement les mêmes actions en espérant chaque fois un résultat différent, mais j’aimerais bien le connaître.

Vous faites ce que vous voulez avec votre vote stratégique, mais quatre ans de plus de Charest, ça me semble moins pire qu’une condamnation à tourner à perpétuité dans ce carrousel électoral duquel nous mourrons étourdis de ne pas sortir.

Voter stratégique pour le PQ pour défaire les libéraux de Charest en attendant une réforme du scrutin est une impasse et un piège de la pensée. C’est une sottise pure et simple. D’abord, il est assez peu probable qu’une telle réforme soit mise en place au cours d’un éventuel prochain mandat péquiste. Avec tout ce qu’ils ont promis de défaire et d’inventer, des règles pour les écoles passerelles en passant par les réflexions en groupe sur les droits de scolarité et les référendums d’initiative populaire, le temps manquera inévitablement au PQ au cours des quatre prochaines années. Sans compter la volonté, qui est loin d’être au rendez-vous… Ça vous étonne? Ben quoi! C’est pourtant une aubaine, sans réforme du scrutin, vous votez pour eux…!

Ils réclameront alors un autre mandat selon les mêmes règles, et vous devrez encore «voter stratégique»… La belle affaire.

Plus ironique encore, le PQ, incapable de fédérer ses alliés naturels, est lui-même en bonne partie responsable de la division actuelle du vote. Le café est fort, ensuite, lorsqu’on nous demande de nous rallier «pour ne pas diviser le vote».

La seule manière de renverser ce mouvement perpétuel et de vraiment avancer vers une réforme du mode de scrutin et une Assemblée nationale plus représentative, c’est de démontrer par l’absurde l’inefficacité des méthodes actuelles. La recette est simple. Lorsque les partis condamnés à la marge pourront dire, scrutin à l’appui, qu’ils obtiennent la faveur d’une partie considérable de la population, on pourra constater l’ampleur de l’incongruité. Tant qu’un parti devra se satisfaire de miettes de pourcentage – ce que vous leur laissez en votant stratégique – , il semblera tout à fait normal à la moyenne des ours qu’il n’ait pas voix au chapitre au Parlement. Pourquoi aller changer le mode de scrutin si personne ne vote pour eux de toute façon?

Vous voulez que Khadir, David, Aussant ou Legault puissent dire que vous les appuyez?

Il n’y a qu’une seule manière pour ce faire. Bizarrement, il suffit justement de les appuyer…

«Voter stratégique», c’est les abandonner.

Partagez cette page

+ SUR LE MÊME SUJET : 

+ Ajouter le vôtre Commentaires 42

  • 29 août 2012 · 13h25 Daniel Roy, CPA, CA

    M. Jodoin, le scrutin proportionnelle n’est pas souhaitable avant l’indépendance du Québec. On s’en va vers un gouvernement majoritaire ou minoritaire péquiste, mais une majorité des votes iront aux partis fédéralistes de droite à Legault et Charest. D’une manière ou d’une autre, vous avez peu d’ambition: scrutin proportionnel ou rien. Il y a beaucoup d’autres choses pressantes, comme la protection de notre langue et la libération de notre peuple par l’indépendance du Québec. Il ne faut pas que la CAQ et le PLQ prennent le pouvoir, et pour cela, il faut le vote stratégique.

    • 29 août 2012 · 13h49 Dave

      Je dirais que vous avez des bonnes convictions, excepté votre foi au PQ monsieur Roy.

    • 31 août 2012 · 07h37 JCPomerleau

      La connerie idéale en politique mène au déni du réel.

      La gravité de la situation commende qu’on reprenne le contrôle de notre État des mains des affairistes, de toute urgence, total recall, une question existentiel.

      La proportionnelle nous donnerait une droite fédéraliste au pouvoir actuellement et pour longtemps.

      Voter pour un tiers parti dans la circonstance c’est devenir un allié objectif des affairistes. Simple constat.

      On a le choix de voter stratégique ou idiot utile :

      http://www.vigile.net/Vote-strategique-ou-idiot-utile

      L’enfumage de Québec Solidaire :

      http://www.vigile.net/L-enfumage-de-Quebec-solidaire

    • 2 septembre 2012 · 14h50 Pat

      Quand on est pas libre dans sa tete, changer des frontieres de place ne donne pas la liberte.

      Quand on est libre dans notre tete… des frontieres sur un bout de papier, on en a pas besoins…

  • 29 août 2012 · 13h49 Sylvian Deschênes

    1970: PQ 23% – 7 députés; UN 19%; 25 dép. CS: 12% 11 dép.
    Absurde?
    1973: PQ 30% – 6 députés…
    Morale: ce n’est pas en votant qu’on change le mode de scrutin.

    • 3 septembre 2012 · 22h24 Louis L'Heureux

      @ Mr Simon Jodoin :
      La citation que vous mentionnez est d’Albert Einstein !
      « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »

      Pour votre texte, je dis bravo. Ce n’est certes vraiment pas facile de ne pas voter stratégique dans un comté serré pour « éviter le pire », mais si on veut un jour sortir du cercle vicieux qu’est le bipartisme, il faut qu’une majorité de gens délaissent le vote stratégique pour le vote de conviction. Il est d’ailleurs ironique que ceux qui prônent à tout prix le vote stratégique sont en grande partie en ce moment pour le PQ, alors que ce parti a su s’intégrer au visage politique en 1976 grâce aux votes de conviction !

  • 29 août 2012 · 14h01 sgauvin

    Au diable le bien-être de l’état, au diable les 5 prochaines années. Avec le vote émotif, le vote avec les trippes comme ils le disent à ON, on se destine à être d’éternels perdants. Combiens d’années encore à endurer un partie néo-libéral aurions nous à endurer avant que l’absurdité du système actuel soit démontré? Combien d’années pour que cette absurdité atteigne un niveau telle qu’un premier ministre néo-libéral accepte la mise en place suicidaire d’un élément proportionnel? Combien??

    À voir l’histoire de l’évolution du système parlementaire britannique dans les autres pays/provinces, ce sera lorsque les poules auront des dents.

    Ne pas voter stratégique, c’est accepter que le mauvais partie, celui qui ne représente absolument pas nos valeurs, accède au pouvoir. Personnellement, j’aime mieux avoir un pouvoir un partie qui me représente à 50% qu’un autre qui me représente à 10%. C’est aussi simple que cela. Bien-sûr, dans un monde idéal, il devrait y avoir une réforme du scrutin… mais il y a infiniment plus de chances qu’une telle réforme provienne d’un partie comme le PQ où ça chiâle et ça discute que des parties de béni-oui-oui comme la CAQ ou le partie libéral.

    • 30 août 2012 · 13h44 Guillaume

      Tu me sembles un brin émotif. Essaie encore de nous dire que voter pour le candidat qu’on appuie est plus émotif que de voter ‘stratégique’.

  • 29 août 2012 · 14h50 Andréanne Bouchard

    C’était Einstein monsieur Jodoin.

    «Insanity is doing the same thing over and over again expecting different results»

  • 29 août 2012 · 22h31 Jacques

    Difficile d’être plus dans le mille que ça!… À propos, le gars qui a dit ça, c’est Einstein!…

  • 29 août 2012 · 22h41 Joëlle

    Pour le PQ, vous êtes le peuple idéal. Malheureusement, puisque vous êtes trop peu nombreux pour les élire, ils doivent élargir leur programme pour plaire à plus de gens. Pour le PLQ, vous êtes une crotte de chien sur un trottoir. Avec qui croyez-vous avoir le plus de chances d’obtenir un scrutin proportionnel? Ceux qui vous souhaitent plus nombreux ou ceux qui vous méprisent?

  • 30 août 2012 · 00h15 I a n

    Si le vote strategique vous interesse allez donc voir les propos d’Amir

    http://www.montrealgazette.com/news/Amir+Khadir+woos+anglophones/7163761/story.html

    « Even federalists, especially those who believe in social justice, democracy and ecology, could vote QS, if only to send the Liberals into opposition for some “cleanup.” »

    « Khadir thinks the party can also take Outremont next door, however, Sainte-Marie—Saint-Jacques and Laurier-Dorion, or at least hold the balance of power – with some help from the anglophone community. »

    Si vous voulez pas voter pour un parti qui evoque le vote strategique je pense que vous allez devoir vous abstenir….

    —-

    Ensuite si vous me dites voter solidaire par conviction…

    « Vous faites ce que vous voulez avec votre vote stratégique, mais quatre ans de plus de Charest, ça me semble moins pire

    qu’une condamnation à tourner à perpétuité dans ce carrousel électoral duquel nous mourrons étourdis de ne pas sortir.  »

    disons que ca rejoint ce que je pense des militants solidaires….

    Je pense qu’ils pourraient vivre tres heureux sous un 4e mandat liberal en autant que Francoise est elu c’est une victoire…

  • 30 août 2012 · 01h02 Pierre

    Cet article est ridicule, j’ai voté PQ et pourtant je ne suis pas d’accord avec tous les points du parti. Je suis bien sûr d’accord avec la représentation proportionnelle mais pour l’instant, ce n’est pas ainsi qu’on fonctionne. On peut très bien faire changer ceci au sein du PQ sans pour autant se diviser et se fragmenter en dizaines de partis… Diviser pour régner, en effet si le PQ est minotaire, il n’aura pas plus de marge de manoeuvre et on va encore tourner en rond pendant des années.

    • 1 septembre 2012 · 22h30 Bernard Massé

      Le PQ a déjà été en faveur de la proportionnelle et il a changé d’idée. Allez donc savoir pourquoi. Peut-être parce que ça lui fait plaisir de former un gouvernement majoritaire avec moins d’un tiers du vote. Quelles belles convictions démocratiques…

  • 30 août 2012 · 01h06 Pierre

    Cet article frise le ridicule, j’ai voté PQ et pourtant je ne suis pas d’accord avec tous les points du parti. Je suis bien sûr d’accord avec la représentation proportionnelle mais pour l’instant, ce n’est pas ainsi qu’on fonctionne. On peut très bien faire changer ceci au sein du PQ sans pour autant se diviser et se fragmenter en dizaines de partis… Diviser pour régner, en effet si le PQ est minotaire, il n’aura pas plus de marge de manoeuvre et on va encore tourner en rond pendant de

  • 30 août 2012 · 05h49 Dok

    Un tien vaut mieux que deux tu l’auras. D’ailleurs, le « deux » est discutable, Québec Solidaire et Option Nationale étant destinés à ternir si jamais ils s’approchent du pouvoir : le PQ l’a fait, le NPD le fait en ce moment. Donc, voter QS ou ON ne sert pas à élire un gouvernement du bonheur, mais plutôt une opposition de la bravoure. Même dans les circonscriptions où QS ou ON sont un choix sans danger, voter pour eux, c’est voter par protestation. Or, à force de toujours protester, on oublie qu’on a le pouvoir d’agir. 33 souverainistes sur 43 comprennent que c’est le moment de se donner un meilleur gouvernement, mais les autres se maintiennent cyniquement en mode « le système est pourri ». Ils n’ont pas remarqué les efforts de la Marois pour ratisser large cette fois-ci. Des promesses électorales comme l’indexation, la fin de la loi 12, la limite du nombre de mandats, la hausse des redevances et le rapatriement de plusieurs pouvoirs ne les intéressent pas, car leur unique objectif, c’est la réforme du mode de scrutin, qui donnerait à leurs partis préférés la minorité qu’ils méritent à l’Assemblée nationale. Il y a pourtant d’autres façons d’exiger la proportionnelle que de baisser les bras au moment opportun.

  • 30 août 2012 · 07h37 Danielle Turcotte

    M.Jodoin, quand je lis votre article, je le trouve sensé et je me rallie à vos conclusions, sauf que…c’est inapplicable, car risquer de revoir Charest un autre quatre ans est impensable pour des douzaines de raisons dont seulement quelques-unes me donnent des nausées.

    Je pense plutôt qu’il est nécessaire ce vote stratégique au PQ afin qu’il soit majoritaire, qu’enfin nous puissions constater si ce parti se conduit avec toute l’éthique attendue. Nous avons besoin d’un parti nationaliste qui ne relaye pas le français aux oubliettes, qui s’occupe de notre économie en pensant à nos intérêts. Je ne le vois pas minoritaire, je ne le veux pas ainsi parce que je veux que certaines promesses soient tenues : le retrait de la loi 78, le retrait du 200 $ en santé qui touche tout le monde.

    Minoritaire, ce serait comme être gouverné par la CAQ ou le PLQ. À quoi ça sert d’avoir le PQ au pouvoir s’il ne peut démontrer ses couleurs ? Il faut lui donner la possibilité de faire ses preuves une fois pour toute. J’encourage donc les gens à consulter les prévisions afin d’arriver à faire entrer le PQ majoritaire.

  • 30 août 2012 · 09h49 martin dufresne

    « Vous voulez que Khadir, David, Aussant ou Legault puissent dire que vous les appuyez? »
    Vous avez vraiment choisi d’écrire « ou Legault »?…

  • 30 août 2012 · 10h58 Thomas

    Il ne faut pas traiter ceux qui ont une stratégie différente de la vôtre de « sot ». Vous qui prônez peut-être comme moi la délibération, la participation démocratique et le respect des citoyens, il faudrait commencer par savoir reconnaitre que d’autres personnes intelligentes peuvent avoir un point de vue différent du vôtre, sans les traiter de sots. C’est la base de la délibération.

    J’ai voté QS dans Mercier et je l’aurait fait dans Gouin parce que je crois que QS a de bonnes idées qu’il faut défendre. Je fait une thèse de doctorat sur la justice sociale dans laquelle je défend notamment le mouvement coopératif et la socialisation de la finance. Et je me suis impliqué dans plein d’associations au Québec et en Europe pour défendre la justice sociale. Ce n’est pas en traitant vos plus proches alliés de sots que vous arriverez à faire avancer la justice sociale et à aider les plus démunis.

    La réforme du mode de scrutin est importante. Il faut y réfléchir. J’ai vu en Europe plusieurs pays qui ont mis en place un système proportionnel et croyez-moi, s’il y a des avantages, il y a aussi des inconvénients. Ce n’est pas un système parfait. De plus, il y a des raisons qui peuvent justifier un système britannique, surtout dans un grand pays qui n’est pas très dense, parce que cela fait en sorte qu’un parti, pour gouverner, doit être présent dans toutes les régions du Québec et non seulement dans quelques centres urbains. Ce n’est pas forcément mauvais pour la justice sociale et l’équilibre démocratique.

    De plus, dans notre situation actuelle, au Québec en 2012, notre mode de scrutin avantage les progressistes parce que le vote pour la CAQ est les Libéraux est plus concentré dans les centres urbains (Québec et l’ouest de Montréal).

    Tout vote est stratégique.

    Nos idéaux sont la justice sociale, la souveraineté du peuple et la protection de l’environnement. Ce ne sont que nos stratégies qui divergent. Si j’ai voté QS dans Mercier, je m’implique au PQ dans d’autres circonscriptions parce que je crois qu’il faut donner le pouvoir au PQ face au danger que représenterait un gouvernement CAQ appuyé par les libéraux, ou même simplement un gouvernement PQ trop minoritaire et livré aux libéraux et à la CAQ pour gouverner.

    Pensez aux plus démunis, qui ne peuvent pas se payer pour encore quelques années une hausse de frais de scolarité, la taxe santé, etc. Ce n’est pas renoncer à nos convictions que de penser à eux.

    Dans un parti légitime de prendre le pouvoir qui représente éventuellement 40-50 % de la population, il y a forcément des divergences de point de vue parmi les membres. Il faut avoir le courage de rester, de participer et de délibérer avec eux. Si nous sommes pour la démocratie participative, il ne vaut pas se contenter de voter et d’attendre que quelqu’un propose les idées que l’on veut voir défendre. Il faut s’impliquer soi même et défendre nos idées en investissant les outils démocratiques qui nous sont donnés. Militez au PQ pour faire passer des idées plus à gauche. Militez au PQ pour nuancer leur conception de la laïcité. Les partis ne sont que les gens qui les forment.

    Solidairement.
    Bon vote

  • 30 août 2012 · 11h13 rscarcpac

    La situation est assez différente en France où l’on a deux tours de scrutin mais dans l’argumentaire anti vote utile que j’avais écrit, il y a peut-être des arguments applicables au Québec.

    Ce qui est sûr c’est qu’il ne faut pas avoir l’illusion qu’on vote stratégique juste une fois à cause de circonstances particulières. Comme le dit l’article tant qu’on vote stratégique on est condamné à le faire pour l’éternité.

    http://courbedirecte.blogspot.com/2012/01/logique.html

  • 30 août 2012 · 11h17 Archie

    « …quatre ans de plus de Charest, ça me semble moins pire qu’une condamnation à tourner à perpétuité dans ce carrousel électoral duquel nous mourrons étourdis de ne pas sortir. »

    C’est cette attitude qui est absurde: quatre ans de plus de Charest ne fera *rien* pour faire avancer la cause du mode de scrutin proportionnel. Même chose pour la CAQ.

    Je suis désolé, M. Jodoin, mais votre argument n’est pas rationnel. Il est basé sur une illusion, que ce qui compte c’est « d’envoyer un message » au PQ, mais le seul message qui sera envoyé si la division du vote fait rentrer PLQ ou CAQ, c’est que le « mieux est l’ennemi du bien », et risque de faire perdre à QS toute la sympathie qu’ils ont accumulé à ce jour.

    Et puis, le vote stratégique ça ne veut pas dire « voter PQ ». Ça veut dire voter intelligent selon le comté où on se trouve. Si le PQ et QS sont tous les deux en premier, alors pas besoin de se poser la question, on peut voter pour qui on veut (je vais moi-même probablement voter pour Françoise David dans Gouin). Par contre, si QS ne fait qu’aider le PLQ ou la CAQ à se faufiler devant le PQ (ou vice versa, si QS est en deuxième place tandis que le PQ est en troisième), alors il faut voter pour le parti souverainiste en avance. Enfin, si on comprend que ce qui compte, ce n’est pas la victoire morale. Les bonnes intentions électorales n’ont aucun poids à l’Assemblée Nationale.

    Descendez de votre nuage idéologique. Faire gagner le PLQ ou la CAQ n’aiderait en *rien* la cause de progressistes.

  • 30 août 2012 · 11h48 Sylvian Deschênes

    Si voter selon le mode de scrutin actuel pouvait changer le mode de scrutin, ça se saurait.

  • 30 août 2012 · 13h48 drapeau sylvie

    J’ai pas besoin de lire jusqu’au bout pour comprendre où vous voulez en venir, 2 paragraphes m’ont suffit. Il y a une chose que vous semblez ne pas comprendre: la stratégie de la patience!

    J’admire la jeunesse qui a su se lever et j’admire mes semblables têtes grises qui ont crié ENFIN! NOUS SOMMES AVEC VOUS! mais il y a une chose que vous oubliez: ça fait longtemps qu’on l’attend celle-là et c’est pas un mandat de 4 ans qui va nous décourager.

    Depuis que vous sentez que le Québec se réveille, vous devriez faire confiance que nous ne reculerons plus! Comme le disait hier Mr Landry, on ne pourra pas faire l’indépendance si on a pas le pouvoir, simple à comprendre ça.

    Alors, nous n’élirons peut-être pas le parti que VOUS soutenez du premier coup mais nous élirons fort probablement un parti indépendantiste cette fois, ce qui n’est pas négligeable. Et le parti qui se comportera le mieux d’ici la prochaine élection aura toute notre approbation.

    Mr Aussant lui-même reconnaît déjà qu’il obtient plus de soutient qu’il en espérait…… Réjouissez-vous (mais attendons le 4 au soir avant de célébrer pour ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir enterré profond) et soyons solidaires! Les 3 partis indépendantistes valent la peine qu’on s’entraident!

  • 30 août 2012 · 13h56 Frederic Ouellet

    Je crois que chaque personne devrait voter comme bon lui semble.
    Si pour une personne, voter stratégiquement est son choix, bien il en a le droit.
    Juger l’oppinion des autres et désaprouver sans aucun doute, est selon moi une marque de non respect. Même, si on est totalement en désacord. (Oui, je suis un objectif née)

    Personnellement, je crois que tout les partis sont similaires.
    Je ne suis Ni Pour, Ni contre la souveraineté.
    Je serais aussi confortable avec un gouvernement valorisant le dévelopement social qu’un gouvernement valorisant les compagnies et l’économie.

    J’aime bien quelques députés dans tout les partis, mais aucun de ces députés n’est dans ma circonscription. Bref, demain matin l’élection d’un des cinqs partis ne changerait rien à ma vie.

  • 30 août 2012 · 13h59 Laurent Desbois

    Mais à court terme…
    La division du vote, Bravo Mme David
    Too Close to Call – 30 août 2012
    http://blogues.journaldemontreal.com/elections2012/?p=31231
    Voilà qui démontre très clairement pourquoi les Libéraux – Caquistes sont si heureux d’avoir Québec Solidaire… Bravo Mme David, vous faites tellement avancer la cause…
    Pour les électeurs de la formation d’Amir Khadir et Françoise David, le principal second choix est le PQ, à 46%. Le PQ souffre certes dans 11 comtés de la division du vote avec QS, mais bénéficie de la division du vote CAQ/PLQ dans au moins 12 comtés.

  • 30 août 2012 · 14h17 Jean Gaudreau

    C’est du Walt Disney:
    « La seule manière de renverser ce mouvement perpétuel et de vraiment avancer vers une réforme du mode de scrutin et une Assemblée nationale plus représentative, c’est de démontrer par l’absurde l’inefficacité des méthodes actuelles. La recette est simple. Lorsque les partis condamnés à la marge pourront dire, scrutin à l’appui, qu’ils obtiennent la faveur d’une partie considérable de la population, on pourra constater l’ampleur de l’incongruité »

    Ça n’a aucun sens. Tu peux pas interpréter les résultats d’une élection en te disant « si les règles avaient été différentes, j’aurais eu tel résultat ». Les gens votent en ayant conscience des contraintes du système actuel, on peut pas interpréter le résultat comme étant un souhait de changer de système. Il y a mille autres facteurs qui influencent le résultat du vote.

    Au lendemain de l’élection, tous les partis vont regarder le tas de feuilles de thé au fond de la tasse, et interpréter ça à leur guise.

    Mais au final, il y aura un parti au pouvoir avec les clés du gouvernement dans les mains. Et même s’il est minoritaire, personne ne voudra renverser tout de suite le gouvernement. On a vu ça au fédéral. Alors qu’est-ce qu’on fait?

  • 30 août 2012 · 15h31 P. Lagassé

    « D’abord, il est assez peu probable qu’une telle réforme soit mise en place au cours d’un éventuel prochain mandat péquiste.  »

    D’autant plus que le PQ, l’an dernier pour la première fois de son histoire, a retiré la réforme du mode de scrutin. Lévesque doit se retourner dans sa tombe, lui qui considérait le système actuel, vieil héritage colonial anglais des siècles passé, comme « démocratiquement infect ».

    Votez « stratégique » cette élection-ci, c’est être sûr qu’à l’élection suivante, on va nous dire, encore: « QS et ON c’est bien beau, mais plus tard. Pour l’instant, il faut voter stratégique pour empêcher le PLQ de reprendre le pouvoir ».
    Et ainsi de suite, ad vitam eternam.

    Personnellement, je n’ai aucun goût de voter stratégique pour avoir l’assurance de devoir être obligé de toujours voter stratégique.

  • 30 août 2012 · 19h26 P. Lagassé

    1970: Le parti des progressistes du Québec, celui de Jean Lesage, de la Révolution Tranquille, qui nous a sorti de la grande noirceur, lance une solennel appel: Votez stratégique!
    Évitons que l’Union Nationale, vieux parti, conservateur, corrompu et usé, garde le pouvoir !
    Le PLQ, sous la direction du jeune et dynamique Robert Bourassa, le dauphin et l’héritier spirituel de Lesage, nous promet de reprendre le mouvement de la Révolution Tranquille et de faire entrer le Québec dans la modernité.

    Évitez, disent-ils de voter pour le groupuscule fondé par Lévesque, un transfuge du PLQ. Son tout nouveau parti, le PQ, n’a aucune chance de prendre le pouvoir et voter pour eux enlève des votes aux progressistes du PLQ et pourraient maintenir l’UN au pouvoir.
    Les progressistes du PLQ admettent que le PQ a des idées sympathiques, mais disent que Lévesque est trop pressé. Ils préfèrent, disent-ils, faire l’unité des progressistes plutôt que de brusquer les plus timides et risquer le retour de la grande noirceur.

    D’autres, moins complaisant, disent que le programme du PQ est « communiste » ou, du moins, teinté des idées « extrémistes » du Ralliement National, l’aile « radicale » du jeune PQ.

    A quoi sert de diviser le vote pour un parti qui n’a aucune chance d’arriver au pouvoir dans cette élection ? Plus tard, peut-être. En attendant, votez PLQ et Bourassa!

    • 1 septembre 2012 · 22h34 Bernard Massé

      Je m’étais fait la même réflexion, mais je n’arrivais pas à la rendre aussi clair que vous l’avez fait dans votre explication. Merci

  • 30 août 2012 · 19h45 Christian Alain

    Je voulais voté QS mais j’ai décidé de voté PQ afin de ne pas aider surtout la CAQ.

    • 31 août 2012 · 10h19 Michel

      J’ai dû prendre la même décision car, bien que la circonscription où je réside soit à forte couleur souverainiste, elle a néanmoins déjà porté au pouvoir un député de l’ADQ. Hypothétiquement, je ne pourrais vivre avec le fait que le Dr Barrette de la CAQ ne soit élu par une seule voie de majorité et que j’aie contribué à son élection en « votant égoïstement » par pure conviction. Cette année, je vais contribuer à réinstaurer le PQ au pouvoir en sachant que dans un premier mandat, ce gouvernement ne pourra faire beaucoup de dégâts. Puis, à la prochaine élection, alors que « l’alternance naturelle des partis » ne sera pas encore prête à se concrétiser, je vais recommencer à voter « par conviction » comme je l’ai fais aux derniers scrutins.

  • 30 août 2012 · 20h30 I a n

    Moi j’aimerais qu’on m’explique le plan pour croissance du parti …

    On dirait que les membres veulent eviter la question je vais l’evoquer encore…

    Je comprends le plan du NPD… on vise clairement le pouvoir et il y a 3 facons…

    -on se tasse au centre un peu plus pour ettoufer les liberaux

    -alliance avec les liberaux un genre de parti liberal progressiste

    -on reste ou on est car on a compris que l’electorat semble vouloir des parti qui s’eloigne du centre et on espere que des membre plus a droite du PLC a force de ne plus avoir le pouvoir

    aille au PC et que ceux plus a gauche nous rejoigne de maniere a marginaliser le PLC…

    Pour Quebec solidaire c’est quoi le plan… avaler au complet le PQ ?

    Quand on ecoute Amir qui disait que le PQ devrait laisser sa place on a l’impression qu’il pense que QS voudrait avaler le PQ au complet.

    Mon point…

    On se retrouverait pas avec un paquet de membres plus au centre gauche, au centre et des souverainiste plus presse qui viendraient nuancer notre programe ?

    Donc pas ca…

    Le plan dans le fond c’est que le bout le plus gauche vienne a QS, les souverainistes plus presse a ON et l’autre bout un peu plus a droite et orphelin avec la CAQ…

    Et donc le but c’est viser dans le fond 10-15 % ( 20 % au max ) pour QS et c’est la que la proportionnelle entre en ligne de jeu.

    Avec 15% par exemple on devient un incontournable pour la grande valse des jeux de coulisses et des alliances post electorale et des gouvernement minoritaire et de coalition.

    C’est ca le programe elimine le PQ mais pour le remplacer par un parti souverainiste qui peut pas avoir le pouvoir et un QS un peu reflouer de membre mais qui veut pas le pouvoir.

    Ma question a quel moment on fait avancer la souverainete avec ca ?

    Moi j’aimerais ca que les militants de QS nous disent explicitement c’est quoi votre plan de croissance.

  • 30 août 2012 · 23h34 Keven D

    Je trouve cet article intéressant, mais je suis pas d’accord. De dire que l’ensemble des politiques libérales à subir pendant 4 ans vaut l’idée de faire un statement que le mode de scrutin marche pas, ça manque de répartie. C’est une nouvelle pour personne que le mode de scrutin marche pas. Les libéraux ont pris deux ans pour partir une commission d’enquête et tu penses qu’ils vont s’émouvoir devant des statistiques d’élection remettant en question leur légitimité démocratique? T’as pas regardé la politique fédérale toi depuis la dernière « majorité » des Conservateurs? Ceci dit, je ne prone pas le vote stratégique systématique. Si tu vas dénaturer ton vote, assure-toi que tu le fais pas pour rien. Ex: t’es un QS dans Westmount, si tu votes « stratégiquement » PQ, t’es un pauvre con, y a pas de stratégie là-dedans, Westmount va aux libéraux quoi que tu fasses. Moi dans Ste-Marie-St-Jacques, je peux voter QS avec mon coeur parce que de un, ma candidate a des chances, et de deux, si elle passe pas, c’est mon choix qui aurait été « stratégique » qui va passer, les autres partis étant loin derrière. La plupart des circonscriptions n’ont pas besoin d’être votées avec stratégie. Mais pour certaines oui, mon exemple fétiche est Hull, avec des projections de PLQ(35%), PQ(34%) et QS (18%). Les 52% à gauche peuvent regarder le PLQ partir avec la circonscription grâce à 35% des voies, ou bedon, une petite partie de l’électorat de QS et pouvant être également sympathique au PQ (ça existe, c’est plausible, j’en suis) pourrait voter pour leur choix no.2 et battre le PLQ. Il me semble que ça rend ces votes stratégiquement transférés à un second choix plus significatif que la différence que ces votes ont sur des statistiques dont je suis vraiment pas convaincu de l’utilité révolutionnaire suggérée par M. Jodoin. Moi je veux de la lumière sur les contrats de l’ile d’Anticosti, juste ça, je trouve ça plus important qu’un mode de scrutin. Si l’enjeu de l’élection est devenu le mode de scrutin, je trouve que c’est aussi réducteur que si on avait eu une élection comme Charest la voulait, simplement sur la loi et l’ordre et les frais de scolarités. Et pour ceux qui croient que le PQ est le moindre mal comparé à la CAQ, y aura les référendums d’initiative populaire qui pourraient s’avérer le seul moyen concret de forcer la main à un gouvernement en pouvoir de revoir le mode de scrutin. La CAQ va pas le faire, le PLQ va pas le faire, même si soudainement l’entièreté de la population abandonnait le vote stratégique pour offrir des statistiques pures de scrutin. Bref, un mode de scrutin qui ne force pas le recours au vote stratégique, j’en veux un moi too. Mais c’est pas ça qu’on a là maintenant, et voter partout comme si c’est ce qu’on avait peut manquer de proportion dans l’utilité de ce geste pour nos valeurs propres. Informez-vous de vos projections, et jugez par vous-mêmes, votez avec votre coeur autant que possible, mais dans des circonscriptions plus critiques, votez avec votre conscience, que ce soit stratégique ou non, c’est un choix personnel, et dans le système actuel, il n’y a pas de honte à la stratégie, c’est une conséquence du mauvais système qu’on a, et non un mal absolu à abattre.

  • 31 août 2012 · 00h02 Jacriver

    J’ai laissé tombé l’idée du vote stratégique et j’ai voté libéral
    Ce parti n’a pas de chances d’entrer dans mon comté mais je tenais à affirmer mes choix; je tenais a dire « OUI- a-quelque-chose » plutot que « NON-a-quelque-chose »

    Je me sens bien avec mon choix car je n’ai pas voté pour un Parti mais pour « quelque chose » qui s’appelle « le développement économique »

    C’est comme ca que j’ai voté!(J’ai choisi une ligne directrice a appuyer)

  • 31 août 2012 · 00h24 Danielle Turcotte

    J’ai écouté les nouvelles à R-C et ce que j’y ai entendu m’a donné des frissons dans le dos. Les indécis (environ 18 %) attendraient le sondage de La Presse de samedi matin pour se fixer. Si le tableau démontrait une baisse pour le PLQ, ils se tourneraient vers la CAQ ; cette stratégie pourrait donner à ce parti la gouvernance. Maintenant que quelqu’un vienne me dire que voter stratégique n’est pas une bonne chose…

    Alors, j’espère que tout ceux qui sont contre le néolibéralisme vont enfin comprendre que le vote stratégique est plus important que jamais.

  • 31 août 2012 · 08h57 Sylvain Allard

    M. Jodoin

    Parfois il y a des urgences nationales et un vote vrai qui donnerait le pouvoir aux Libéraux serait un vote irresponsable.

    ——-

    Pour ceux qui vivent mal avec la stratégie en politique, je vous propose de vous enfouir la tête dans le sable jusqu’aux prochaines élections.

    • 31 août 2012 · 12h41 Guillaume

      oui pour les stratégistes c’est toujours une urgence nationale.

  • 31 août 2012 · 21h16 AM Bilodeau

    Dans mon comté, le vote des membres de tiers partis comme ON,QS, et PV permet au PLQ de garder un député assis depuis 23 ans et que l’on ne voit que pour pavoiser en période électorale. Alors par conviction, par mon coeur et par ma tête, je vote PQ pour un excellent candidat qui a été député du Bloc pendant 5 ans avant d’être battu par un chanteur unilingue anglais NPD. Ben oui, je suis souverainiste pour de vrai, contrairement à QS dont les membres sont partagés.(en parts presqu’égales). Je vous invite à lire cet article: »Élections québécoises – Analyse politique plutôt que vote stratégique
    Michel Seymour – Professeur au département de philosophie de l’Université de Montréal 29 août 2012 Élections 2012
    http://www.ledevoir.com/politique/elections-2012/357925/analyse-politique-plutot-que-vote-strategique

  • 2 septembre 2012 · 11h47 Normand Murray

    Voilà le topo,PLQ;Vassal notoire dirigé par l’appât du gain et la haute finance.
    CAQ;Affairistes et aussi prêt a gouverner comme leurs prédécesseurs.
    QS;Socialistes passéistes et polémistes de carrières.
    PQ:Historiquement redresseurs de tort fait par leurs prédécesseurs travaillant pour le bien commun et non pour des consortiums étrangers.
    ON:Copie carbone du PQ le pourquoi je cherche encore.
    Maintenant la décision à mes yeux semble assez clair.Partisan me direz vous, certes mais combien éclairé et en se qui concerne le proportionnel peu importe le bon sens prévaut et pour tous ceux que voté c’est de la rigolade mourir de rire c’est aussi mourir peu importe la manière.

  • 2 septembre 2012 · 12h09 Richard Bourdeau

    Désolez mais on n’est pas si niaiseux que cela en votant stratégique. On veut en éliminer un à tout prix. Pour moi c’est ce qui m’importe lelus le temps que tous les québécois comprennent que le vote stratégique n’est pas nécessairement la meilleure option. C’est illusoir aussi de croire que dans cette élection tous les Québécois vont changer leur façon de faire leur choix. Vous oublier la force des habitudes acquises et le poids des médias de désinformation.

  • 3 mars 2014 · 11h36 Christian Montmarquette

    «Pourquoi aller changer le mode de scrutin si personne ne vote pour eux de toute façon?».,.dit Simon Jodoin

    Penser comme ça, c’est être aveugle que s’il y avait un scrutin proportionnel, les votes des tiers partis augmenteraient de manière significative, puisque c’est la distorsion du scrutin lui-même qui fait que les électeurs ont tendance à voter stratégique pour ne pas jeter le vote à la poubelle.

    Ce n’est pas parce que les partis sont petits qu’ils ont peu de votes, ils sont petits parce que le système annule leurs votes.

    Christian Montmarquette

    .

    .

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Requis
Requis (ne sera pas publié)
Optionnel

Infolettres